DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

L'Homme A T'Il Besoin D'Un Maître

Rapports de Stage : L'Homme A T'Il Besoin D'Un Maître. Rechercher de 51 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 4

t donné que tous les individus sont libres au même titre, aucun n’aura de légitimité particulière à diriger l’autre et à peser sur l’autonomie de son jugement, sur sa liberté.

« Un homme qui ne pense pas par lui-même ne pense pas du tout » disait Oscar Wilde.

A partir du moment où autrui exerce une autorité sur un sujet, il n’est plus libre.

« Ni Dieu, Ni Maître », c’est sous cette phrase que les anarchistes résument leur rejet de toute forme de pouvoir exercé sur l’Homme. Pour eux, la domination n’est pas nécessaire à la société, et ils rejettent toute autorité. Leur principal ennemi est donc l’Etat puisque ses institutions exercent leurs pouvoirs et qu’il s’attribue le monopole de la violence légale. Ainsi Bakounine dénonce cet Etat qui est le sacrifice et la négation de la liberté des individus. Avoir un maître et croire en lui, c’est du dogmatisme, cela écrase la volonté personnelle de l’individu. L’Homme doit se passer d’un maître sinon il n’est plus libre, il est soumis et dominé.

Dans ce cas, il est un esclave au sens d’Hegel dans sa « dialectique du maître et de l’esclave ». Hegel définit comme maître celui qui a conquis la suprématie et l’esclave celui qui y a renoncé. Dans la situation initiale, l’esclave a pour lui le travail et il obéit au maître qui lui ne travaille pas et qui est libre. Cependant le maître consomme et détruit tandis que l’esclave par son travail réalise une œuvre, qui laisse une trace de son existence. Il transforme la nature alors que le maître la nie. L’esclave prend conscience de sa valeur et n’a plus besoin du maître pour sa survie. C’est ce dernier qui dépend du travail de l’esclave. Ainsi l’esclave est finalement plus libre que le maître et peut s’en passer.

Aussi, que ce soit avec le travail ou au nom de ses valeurs, l’Homme peut voire doit se passer d’un autre individu ou groupe d’individus le dirigeant. Ne trouvons nous point cette volonté de nos jours, au sein de discussions collégiales où plusieurs entités sont au même pied d’égalité sans qu’une ne domine ?

« A-t-on besoin d'un maître ?

Qu'est-ce qu'avoir besoin d'un maître ? Cette obéissance nécessaire et péremptoire n'entrave-t-elle pas l'idée même d'humanité ? Car si ce maître s'incarne en un autrui nécessairement semblable à moi, pourquoi aurais-je besoin de lui, besoin de sa gouverne ? Rien ne semble pouvoir créditer ce besoin d'un maître, du moins pas en tant que je suis une conscience libre de mes actes et de mes pensées. Mais n'est-ce pas conclure un peu vite ? Ne peut-on en effet pas trouver une ou plusieurs formes de domination qui soient nécessaires ? Quels en sont les exemples, les limites et les dérives possibles, et dans chaque cas, comment répondre à la question posée ? »

« On peut se demander dans quelle mesure l’humanité dont la dignité est la liberté aurait-elle besoin d’avoir un maître ? Dans une première partie on observera les raisons du besoin de l’homme d’avoir un maître puis en

...

Télécharger au format  txt (5.4 Kb)   pdf (65.2 Kb)   docx (7.1 Kb)  
Voir 3 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com