DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Nietzsche Par Delã Bien Et Mal

Commentaires Composés : Nietzsche Par Delã Bien Et Mal. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 5

« fous, crétins, homines minime sapientes ».

Raison pourquoi les hommes de science ne préfèrent pas qualifier l’homme de « raisonnable ». En effet, il existe trop de particularité pour que cette définition soit universelle, le degré de raison admet la valeur zéro jusqu’à une valeur indéfiniment grande. Les définitions scientifiques doivent constituer des vérités et les scientifiques ne peuvent se permettre de laisse échapper une quelconque erreur dans leurs thèses, cela leur rapporte de ne jamais connaître le doute. Ils douteront le jour où ils seront face à une chose extraordinaire, ils qualifieront cette chose d’extraordinaire car ils ne seront pas sûrs si cette chose est un humain, un dieu, un spectre ou un singe. Ils savent avec certitude qu’ils sont des hommes et que les gens identiques à eux sont humains également, sans même avoir besoin de réfléchir, de manière instantanée. (Descarte, Le Cogito). Un homme au sens de la science doit mériter le titre au sens humain, en effet, le scientifique ne s’arrêtera pas à l’apparence, car il ne faut pas que la définition de l’homme soit aussi simple. Ils chercheront, en ce sens, les qualités semblables aux leurs.

L’homme est donc un animal doué de raison et de langage : cela veut dire que les hommes, en réalité, ne disposent pas d’ordinaire de la raison et du langage raisonnable, mais qu’ils doivent en disposer, pour enfin, être pleinement humain. L’homme au naturel, est animal, l’homme raisonnable devient un homme à part entière. La définition de l’homme n’est pas donnée pour qu’on puisse le reconnaître, mais pour qu’on puisse le réaliser et le devenir.

La dialectique de l’être, de l’homme et de la raison

L’homme est de nature descriptible, mais est à la recherche de son être véritable, être qui ne peut être décrit. Il est doué de raison et de langage raisonnable en se trouvant pourtant toujours en dessous de la raison. On a définit l’homme dont aucune définition ne peut être donnée, même pas par lui-même.

Toutes ces tentatives de définitions portent à confusion, mais est-ce aussi grave ? L’homme après tout, lutte (et en vain) pour se définir afin de devenir ; nous ne semblons pas avoir progressé depuis le début.

Mais, après mûre réflexion, il se peut que nous n’ayons pas progressé en vain, nous ne pouvons définir ce qu’est être raisonnable et ce qu’est la pensée raisonnable mais nous savons ce qu’elle n’est pas.

Le langage raisonnable comme outil de la négativité

La raison nous intéresse-t-elle ? Pas en elle-même. Nous devrons en parler, car nous devons admettre que l’homme en général, n’est pas raisonnable et doit l’être. Il faudrait se demander ce qu’est cet X qui serait une personne la plus raisonnable possible, puisqu’il s’agit apparemment, de la seule voie praticable pour avancer.

Comment être raisonnable ? Nous savons que nous devons avancer, mais nous ne savons pas par où commencer. Ne faudrait-il pas fixer le point de départ ? Peut-être nous indiquerait-il la direction.

La « négativité de l’homme » (Hegel) se reconnait ici, car l’homme est un être qui veut quelque chose de lui-même, pour lui-même. L’homme est un être comme les autres, mais également différent des autres : Il a des désirs, des besoins. L’instinct sexuel par exemple, se retrouver chez lui comme chez n’importe quel animal, mais lui a besoin en plus, que le partenaire l’aime*. De même dans le domaine de la nourriture, l’homme peut se nourrir mais il ne lui suffit pas de se nourrir, il transforme ce que lui offre la nature.

Nous n’accèderons à la raison que par voie de la double négativité, il n’y a que ça qui puisse le permettre d’être raisonnablement raisonnable. A partir de là l’homme sera raisonnable au sens strict, ça ne sera plus un outil mais l’homme même. De cette manière, l’homme sera libre et content.

La raison comme présence

Le travail de l’homme est de travailler sur lui-même pour transformer son être et réduire un maximum la part qui n’est que raisonnable pour devenir simplement raison. Certes, il n’y arrivera jamais, il aura toujours des gènes animales, il ne sera jamais totalement raison. Il le sera cependant quelquefois, pour quelques

...

Télécharger au format  txt (7.1 Kb)   pdf (74.7 Kb)   docx (7.6 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com