DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Germinal Fiche De Lecture

Dissertations Gratuits : Germinal Fiche De Lecture. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 13

nages principaux :

-Etienne Lantier, 20 ans, héros du roman, amoureux de Catherine.

-Catherine Maheu, 15 ans, amoureuse d'Etienne, maîtresse de Chaval.

-Antoine Chaval, 25 ans, amant de Catherine, brutal et jaloux.

-La famille Maheu : famille type de mineurs composée de:

*Le père Maheu, dit Bonnemort, 58 ans.

* Le fils Maheu, Toussaint, 42 ans.

* Constante Maheu, dite La Maheude, femme de Toussaint, 39 ans. * Les sept enfants: Zacharie. Catherine, herscheuse, 15 ans. Jeanlin, galibot, 11 ans. Alzire, la petite infirme, 9 ans. Lénore, 6 ans. Henri, 4 ans. Estelle 3 mois.

-Les Levaque:

*Jérôme Levaque, 40 ans.

* Angélique, La Levaque, 41 ans.

* Philomène, 18 ans, maîtresse de Zacharie (dont elle a deux enfants).

* Bébert, ami de Jeanlin, 12 ans.

*Louis Bouteloup, le "logeur", amant de la Levaque, 35 ans.

-Les Pierron :

*François Pierron, 30 ans.

*Suzanne, La Pierronne, 28 ans.

*Lydie, 10 ans

*Danseart, maître-porion, amant de la Pierronne, 40 ans.

*La Brûlé, 50 ans.

-Souvarine, anarchiste russe, sabote la mine, 28 ans.

-Les Hennebeau:

*Philippe Hennebeau, directeur général des mines de Montsou, 48 ans.

*Blanche Hennebeau, maîtresse de Négrel, 40 ans.

- Paul Négrel, ingénieur, fiancé de Cécile Grégoire, 25 ans.

-Les Grégoire:

*Léon Grégoire, 60 ans.

*Amélie Grégoire, 58 ans.

*Cécile Grégoire, fiancée à Paul Négrel, étranglée par Bonnemort, 18 ans.

-schéma narratif :

1. Situation initiale (stable - le coron quand Etienne n’est pas arrivé)

2. Elément déclencheur (l’arrivée d’Etienne, son 1er jour à la mine)

3. Péripéties - Aventures (la guerre constante contre les patrons pour prendre leur liberté)

4. Elément de résolution (les ouvriers se remettent au travail)

5. Situation finale (Etienne repart et le coron revient à la normale)

-un schéma actanciel :

Le SUJET : c'est un personnage ; il doit accomplir une «mission».

L’OBJET : c'est ce que cherche à obtenir précisément le sujet .

Les ADJUVANTS :c'est tout ce qui vient aider le sujet à accomplir sa mission.

Le DESTINATEUR :c'est ce qui pousse le sujet à agir.

Le DESTINATAIRE : -c'est celui, celle, ceux en faveur de qui la mission doit être accomplie ; le destinataire peut être le sujet lui-même, mais nouvellement enrichi par la possession de cet objet.

C) LES LIEUX DU ROMAN:

-LIEUX

L’écrivain a visiblement choisi le nord, en particulier la région de Valenciennes.C’est surtout dans les plaines du nord que les phénomènes de concentration ont atteint le plus grand développement. La multiplicité des puits de mine et la variété des lieux ont pu amener Zola à choisir de préférence la bassin d’Anzin pour le cadre de son roman.

- LE TEMPS

Pour la date, Zola était guidé par de nombreuses raisons.Tout d’abord son personnage central, Etienne était né en 1846.Il était difficile de lui donner moins de 20 ans « il aurait 19 à 21 ans pendant tout germinal qui doit se passer rapidement en 1865 ».Il fallait aussi à Zola une période critique qui pu s’insérer dans sa chronologie : quoi de mieux que la période de la guerre du Mexique (1861 à 1867) et l’épidémie du choléra en 1865 ? Finalement Zola opta pour les années 1866-1867.Mais s’y ajoute une autre, beaucoup plus simple : » il y ‘a eu une grève momentané dans le bassin d’Azin du 22 au 27 octobre 1866.Vingt huit mineurs furent arrêté, puis jugés et condamnés, (14-15 novembre 1866).Elle a pu servir de catalyseur pour le choix définitif, sinon du lieu, du moins de la date ».

C’est ainsi que l’on peut dater le roman de la façon suivante : première et deuxième partie : premier lundi de mars 1866 ; troisième partie : mars- fin novembre, l’été étant passé sous silence ; quatrième partie : décembre 1866 ; cinquième à septième partie : janvier – février 1867, la dernière page annonçant avril.Tout s’est donc déroulé en 1 an à peu près.

-LE STYLE DE L’AUTEUR

En général « si Zola compose bien, il n’écrit pas ».Il abuse semble t-il des lieux communs, des auxiliaires des verbes faibles, utilise trop les « on », les « ça », lie à bon compte de ces phrases, d’une façon souvent monotone. « Il n’a pas la religion de l’élégance formelle.Il n’a pas la religion du mot juste ».

Mais Zola va plus loin et n’hésite pas à créer des mots nouveaux en –ment tels » envolement » « et dansement ».L’écriture si elle est artiste reste cependant épaisse, le vocabulaire peut se révéler pauvre et doit souvent une partie de se variété à la technique et aux catalogues.Pourtant, il faut bien le reconnaître, c’est cette pauvreté, ce relâchement dans la syntaxe, cette monotonie des constructions, cet emploi de formule toute faite ( on, ça, c’est) qui ont fait la réussite de Germinal.Zola a saisi le langage du mineur dans sa portée générale.

Il parle de briquet du mineur.Ce terme est probablement le diminutif de « Brique ».Il parle aussi de lichette.C’est avec de pareils emprunt que Zola nous donne l’expression d’une langue propre aux mineurs.

Il a d’ailleurs déclaré (dans le matin 07 mars 1885) : si j’avais écrit le roman dans le patois du nord, je doute que personne ait jamais consenti à me lire. »

THEMES PRINCIPAUX :

LA GREVE : La misère des ouvriers , les mauvaises conditions de vie et de travail, la baisse des salaires sera les causes principales de déclenchement de la grève. Les mineurs espéraient avoir gain de causes en optant pour une grève pacifique avec refus de redescendre dans les mines. Mais, ils vont très vite se rendre à l’évidence que le patronat ne les écoutait pas. Ils vont alors entamer des séries de marches et de sabotages des installations des mines afin de forcer la main du patronat et d’empêcher ceux qui veulent descendre de le faire. Ces marches vont parfois dégénérer à des affrontements contre les soldats. Lors d’une marche, les soldats vont tirer sur les mineurs, ce qui va causer la mort de plusieurs mineurs. Cette marche va aussi déterminer l’arrêt de la grève et le retour des mineurs dans les fosses.

LA MISERE : la misère des ouvriers est largement commentée durant tout le long de l’œuvre. Tout d’abord avant la grève, on peut constater cette misère à travers les conditions de logements des mineurs. Ils vivaient dans de petites maisons, très petites pour le nombre de personne dans la famille .Par exemple chez les Maheu, ils étaient au nombre de dix ( 10) et ils étaient obligés de se coincer de telle sorte qu’a l’intérieur il fasse chaud qu’à l’extérieur de la maison il faisait très froid. Leur maisons étaient aussi coincées ce qui fait que l’on pouvait savoir ce qui se passe chez les voisins. Pendant la grève cette misère va aller en accroissant, les mineurs n’auront plus de quoi se soigner. Ils seront obliger de vendre leurs biens pour pouvoir acheter un peu de pain. Les femmes allaient mendier s’endetter auprès de Maigrat pour nourrir leur famille.

THEMES SECONDAIRES :

L’amour, la trahison, la débauche, la solidarité, la violence, la souffrance.

Etienne Lantier : C’est avec lui que s’ouvre et se ferme le roman. Né en 1846, il est le fils de Gervaise Macquart et de son amant, Auguste Lantier. Mais Gervaise, abandonnée par Lantier, épouse Coupeau, un ouvrier zingueur qui maltraite souvent l’enfant. Etienne dès l’âge de 12 ans, travaille comme apprenti dans une fabrique de boulons. Par le suite, il est envoyé à Lille et devient mécanicien. Au début de Germinal, Etienne a 20 ans. Il erre depuis 8 jours sur les routes du Nord, à la recherche d’un travail. Il venait d’être renvoyé de son poste de mécanicien à Lille pour avoir giflé son patron.

Sur le plan physique, il est brun, poli, l’air fort malgré ses membres menus. Son type méridional le distingue de ses camarades. D’ailleurs Catherine apprécie

...

Télécharger au format  txt (19.7 Kb)   pdf (158.4 Kb)   docx (15.2 Kb)  
Voir 12 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com