DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

L'Homme Et La Musique

Rapports de Stage : L'Homme Et La Musique. Rechercher de 37 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  15 Mars 2012  •  8 207 Mots (33 Pages)  •  116 Vues

Page 1 sur 33

...

roductions linguistiques de plus en plus complexes. »

Nous sommes donc sensibles à la musique dès la naissance, elle doit avoir une base génétique spécifique et participer à la structure même du cerveau.

B. A l'adolescence:

L'adolescence est une période importante dans la vie de l'homme en ce qui concerne son approche à la musique. C'est une période difficile qui résulte de la formation de l'adulte qu'il deviendra. C'est ainsi qu'à cette période de malaises et d'angoisse que la musique joue un rôle, elle peut capter ses émotions et l'adolescent se reconnaît alors à travers certaines musiques. La musique est inférieure au langage pour dire une idée précise mais elle est supérieure pour éveiller les sentiments et les émotions.

La musique se grave en nous dès l'adolescence pour nous suivre tout au long de notre vie.

Chaque génération connaît des musiques à la période de l'adolescence qui diffèrent selon les années, on parle alors de musique générationnelle. Chaque membre d'une génération peut alors se reconnaître en entendant une musique de sa décennie qu'il a aimé à un moment précis.

Selon Levitin, la musique a pu servir à favoriser les sentiments d'appartenance à un groupe.

C'est à l'adolescence que l'on décide de la musique que l'on va aimer.

Selon l'auteur de l'article ( document Le cerveau musicien), « une musique au moins nous a touché et suivis toute notre vie ».

C'est à l'adolescence que l'on découvre généralement la sexualité, on sait que la musique a une relation fondamentale avec l'amour, le désir et le sexe, elle peut ainsi servir à attirer un partenaire.

L'adolescence est une période propice à la découverte de la musique, en effet les adolescents sont plus réceptifs à toutes les formes de musique. Les connexions neuronales se multiplient à ce moment de la vie, c'est pour cela que l'adolescent est plus réceptif à de nouvelles formes de musique. Ce qui ne l'empêchera pas plus tard dans sa vie d'adulte d'écouter de la musique d'autres générations telle que celle de ses parents.

C. Le rapport avec la musique à l'âge adulte :

À l'âge adulte, les individus continuent d'écouter les chansons qu'ils écoutaient dans leur adolescence car c'est à ce moment que les musique s'imprègnent en nous. Comme nous avons pu le voir précédemment, c'est au cours de l'adolescence que nos goûts musicaux se définissent car certaines musique représentent pour nous des émotions et des moments inoubliables. La musique de notre adolescence stimule notre mémoire et provoque des flashback lors de notre vie adulte car elles nous rappellent des moments de notre vie ou encore font resurgir des émotions. ( document Le cerveau musicien).

Des expériences ont étaient menées sur le lieu de travail des individus ( document Un si délicieux narcotique) par Wyatt et Langdon en 1937. Ces expériences ont montré que les jeunes salariés travaillaient plus efficacement lorsqu'ils travaillaient en musique car cela permet de combattre l'ennui et la fatigue. L'entreprise Black et Decker a aussi testé la musique et en a retiré des résultats positifs avec une augmentation des gains de productivité de 1,47%. Pour le Laboratoire d'ingénierie humaine de l'armée américaine parle de musique « fonctionnelle » car elle augmente la vivacité intellectuelle, la vigilance et la productivité.

Chez l'adulte la musique est aussi liée à la sexualité ( document Des pathologies peu ordinaires ). Sacks, évoqué dans le document, compare les rapport entre la sexualité et la musique avec « l'effet de la queue de paon ». Pour ces spécialistes avoir un talent musicale signifie que nous possédons de « bonne facultés de reproduction », une « bonne santé », que nous sommes intelligents (« signe d'intelligence ») , et une «agilité et une qualité émotionnelle ». Les talents pour le chant et la danse nous permettent d'attirer des partenaires vers nous et cette « chasse au partenaires » dépend fortement de l'instinct musical des individus ,qui, celui-ci renvoie à la sélection sexuelle.

Levitin définit cette effet comme étant un rituel de sélection sexuelle qui se fait à travers tout ce processus et il le différencie de la sélection naturelle. Celui-ci prend l'exemple des rocks stars qui dégagent généralement un fort pouvoir érotique mais on se rend compte que très peu de ces stars ont une femme et des enfants.

C'est en démontrant ces phénomènes que Sacks et Levitin ont montré le lien entre la musique et la sexualité qui peut paraître étrange et anormale ,selon eux, mais qui est plus fort que nous pouvons le penser. C'est pour cela que les chansons d'amour sont les plus populaires.

II- La force de la musiqueA. Des émotions émissent par notre cerveau

De nombreuses recherches scientifiques ont montré que la musique agissait sur notre cerveau comme une clé dans une serrure. En effet, notre cerveau transforme un ensemble de sons en structures perçues comme des chansons, en mémorisant et classant ces structures et en générant des émotions intenses. Selon Levitin, « quand nous écoutons de la musique, notre cerveau accomplit un travail de calcul d'une formidable complexité – si complexe qu'aucun ordinateur n'est capable de faire quoi que ce soit d'aussi sophistiqué sur le plan sonore » grâce aux subtilités de deux sujets difficiles, les neurosciences et la théorie musicale. Ainsi, notre cerveau peut instantanément distinguer deux versions d'une même chanson, même si elles sont radicalement différentes.

Levitin a aussi découvert que les gens écoutant une chanson qu'ils aiment activent l'une des parties les plus anciennes du cerveau, le cervelet. Ce dernier joue un rôle dans certaines émotions, notamment dans le plaisir que nous tirons du rythme. À mesure que l'air se déploie, le cervelet essaie de prédire la mesure. Ainsi, lorsque notre cerveau prédit le bon rythme, la musique nous séduit et devient vraiment intéressante quand elle trompe l'attente en créant la surprise, « elle respire, accélère et ralentit, et notre cervelet trouve du plaisir à s'adapter à ces changements pour rester synchronisé ».

Le phénomène des chansons, active entre autre de nombreux systèmes de notre cerveau, par exemple les lobes frontaux qui traitent la structure musicale ou aussi le système mésolimbique qui est impliqué « dans la montée du désir et le plaisir, à travers la transmission d'opioïdes et la production de dopamine. C'est la raison pour laquelle la musique peut paraître si agréable et produire des émotions si profondes. »

En effet, la musique active la quasi-totalité de notre cerveau entre les centres sensoriels, le cortex pré-frontal, le cortex visuel, les aires émotionnelles, l'hippocampe pour stocker la mémoire des expériences musicales et le cortex moteur pour le mouvement. Et selon le genre de musique que nous écoutons, notre cerveau réagit et met en jeu des mécanismes cérébraux particuliers.

Tout au long de notre vie, la musique va avoir un rôle majeur et essentiellement à l'adolescence, années fortes en souvenirs possédant une charge émotionnelle, après quoi la structure de notre cerveau se stabilise et commence à élaguer les connexions neuronales au lieu de les multiplier.

Enfin, il existe une relation fondamentale entre la musique et l'amour ou, plus précisément, le désir et le sexe. Les êtres humains ne produisent pas de chants spécifiquement sexuels à l'inverse de certains animaux, pour cela la musique peut y jouer un rôle important. Pour faire naître des pensées précises, elle est inférieure au langage, mais pour éveiller les sentiments et les émotions, elle lui est supérieure. C'est pour cela que les films ont une bande-son afin d'éveiller dans le cerveau du spectateur, des émotions telles que la tristesse, la joie, la peur ou encore la surprise.

B. La musicothérapie

Grâce à la musique on peut étudier le cerveau humain, celle ci génère des émotions intense. C'est ce que nous prouve les études menées par Daniel J. Levitin, il utilise la musique pour étudier le fonctionnement global du cerveau. Comme vue précédemment la musique stimule certaines zones du cerveau et peut avoir des effets plus ou moins forts selon chaque personne, c'est pour cela qu'elle est utilisée dans une science appelée musicothérapie. Selon le document (Des pathologies peu ordinaires) il existerait un instinct de la musique, la musique active la quasi totalité du cerveau, mais stimule aussi la mémoire et le mouvement. Nous possédons tous des capacités en musique mais nous ne l'exploitons pas tous pareil car les circuits cérébraux ne sont pas bridés de la même façon. L'humain peut donc être considéré comme une espèce musicale.

La musicothérapie a connu ses premiers adeptes dès le Xème siècle, aujourd'hui c'est devenu une discipline à part entière.

La science et les études ont prouvé que la musique ne guérissait pas mais elle peut apaiser certains troubles. Elle peut apporter

...

Télécharger au format  txt (52 Kb)   pdf (356.3 Kb)   docx (27.1 Kb)  
Voir 32 pages de plus »