DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Le Rôle Des Principes De Consonance Cognitive Dans Les Changements Et La Stabilité Sociale.

Documents Gratuits : Le Rôle Des Principes De Consonance Cognitive Dans Les Changements Et La Stabilité Sociale.. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 5

s, 1967). Selon ces critères, l’individu va moduler ses attitudes et/ou ses comportements dans le but d’atteindre un état de consonance cognitive.

Le premier exemple est une étude menée par Felix Bühlmann, Guy Elcheroth et Manuel Tettamanti en 2009 sur l’adéquation entre les valeurs égalitaires et les pratiques inégalitaires dans la parentalité chez les couples européens. Les auteurs montrent que les valeurs égalitaires de la division du travail entre genres avant la naissance d’un enfant, se transforment en pratiques inégalitaires lors de la naissance de ce dernier. La mise en pratique des valeurs étant contrainte par des structures sociales difficilement changeables, les parents optent pour des attitudes inégalitaires. Le processus de changement idéologique entre donc, paradoxalement peut être, dans une logique de stabilité sociale. Cet exemple nous permet également de constater que c’est la confrontation entre cognitions individuelles et réalités sociales du monde extérieur qui crée la dissonance. Ainsi, si la théorie de la dissonance cognitive est bien une théorie intra-individuelle, on ne la rencontre qu’en situation d’interaction avec autrui ou avec le monde. Les principes qu’elle met en évidence peuvent donc s’appliquer à des groupes entiers comme le montrent Jost et collèges dans la théorie de la justification du système (Jost & Banaji, 1994). Les auteurs postulent l’existence d’une forte tendance chez les individus à considérer comme juste et légitime le système social dont ils font partie, et ce dans une proportion inverse aux bénéfices que ce dernier leur apporte. Le décalage ressenti entre les attentes et la réalité crée une dissonance qu’il s’agit de rationnaliser. Ainsi, une femme recevant un salaire sensiblement plus bas que son collègue masculin à travail égal, sera encline à justifier sa situation par les contraintes du marché, les avantages qui lui sont offerts ou la lente évolution des mœurs. De manière analogue, les personnes souffrantes de précarité auront tendance à adhérer au système méritocratique libéral qui les dessert afin de rendre psychologiquement vivable leur appartenance à une société ”injuste”. On observe donc une contradiction entre le besoin de justifier le système et le besoin de valoriser son groupe et soi-même afin de conserver une identité sociale positive. Cette nouvelle contradiction interne montre bien que la consonance recherchée ne peut être tout à fait atteinte par de telles stratégies d’adaptation cognitive (Guy Elcheroth & Dario Spini, 2007). La dimension contestataire fait bel et bien partie du monde dans lequel nous vivons. « La tyrannie est toujours contrebalancée par la révolte, même dans les circonstances les plus extrêmes » (Reicher, 2004, p. 941) . Le cadre théorique de la dissonance cognitive ne propose pas une compréhension globale des phénomènes de contestation et de révolte sociale, il permet en revanche de comprendre certaines dynamiques de changement d’attitude et de comportement dans des circonstances particulières. On peut imaginer que passé un certain point d’incohérence, il devient plus facile, ou psychologiquement viable, de changer de comportement et d’attitude envers un élément nocif plutôt que d’en faire abstraction ou de justifier son pouvoir. Ainsi, un fumeur peut trouver plus simple d’arrêter la cigarette plutôt que d’ignorer les méfaits de la fumée, une centrale nucléaire peut être démantelée afin d’éviter de nouvelles catastrophes écologiques ou encore, un gouvernement peut être renversé au nom de la démocratie. Dans un perpétuel mouvement entre stabilité et changement, les mentalités évoluent, façonnant continuellement de nouvelles structures sociales.

Au nom de la consistance cognitive, les individus sont prêts à changer d’opinion, de valeur, de vision du monde et même de comportement. Ainsi, si nous avons vu que les principes de consistance cognitive permettent une justification des normes établies bien qu’elles soient contraires aux intérêts propres, ces mêmes principes proposent une compréhension du changement d’attitude comme composante primordiale de la gestion des contradictions internes aux individus. A défaut de proposer une théorie consistante sur les changements sociaux par la contestation, les théories de la consistance

...

Télécharger au format  txt (7.1 Kb)   pdf (80.6 Kb)   docx (7.6 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com