DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Les violences de guerre des deux guerres mondiales

Dissertation : Les violences de guerre des deux guerres mondiales. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  4 Février 2017  •  Dissertation  •  2 044 Mots (9 Pages)  •  1 099 Vues

Page 1 sur 9

Les violences de guerre dans la 1ère et la 2e GM

Introduction:

Les violences de guerre peuvent être définies comme l’ensemble des brutalités infligées, physiquement ou psychologiquement, aux individus participant directement ou non à une guerre. La Première et Seconde Guerre mondiale ont marqué le monde et l’histoire des hommes suite aux violences endurées par les combattants et les civils. Durant ces deux guerres totales qui ont frappé l’Europe, l’Asie, l’Afrique, impliquant également l’Océanie et l’Amérique de 1914 à 1918 et de 1939 à 1945, toutes les ressources humaines, économiques, politiques et idéologiques furent employées pour remporter la victoire. L'extrémité des brutalités a traumatisé corps et esprits des combattants et civils, les soumettant à des formes inédites de violence.

En quoi les deux guerres mondiales ont franchi des seuils de violence jamais atteints auparavant ?

Dans un premier temps, nous analyserons la violence des combats et des combattants durant les deux guerres mondiales, dans un second temps, nous verrons les violences envers les civils. Puis dans un troisième temps, l’impact physique et moral des violences de guerre.

I/ La violence des combats et des combattants

Lors de la Première Guerre Mondiale, de nouvelles armes sont créées, comme des nouveaux fusils ou des mortiers pour les tranchées. Les lance- flammes et les gaz de combats sont inventés et utilisés pour la première fois: La Grosse Bertha (énorme artillerie de siège) est utilisée et peut tirer des bombes jusqu’à 100 kilomètres. La production d’obus passe de 5 millions en 1914 à 1867 millions en 1918. C’est une production de masse pour une guerre totale. 70% des morts ont été tués par l’artillerie.  

Lors de la Seconde Guerre Mondiale, de plus en plus d’armes massives sont inventées et produites, comme des nouvelles mitraillettes ou des chars d’assaut. La production est massive, surtout vers la fin de la guerre, à partir de 1944. La production allemande baissera d’ailleurs en janvier car la principale usine de production à Berlin sera bombardée. Les portes-avions seront beaucoup produits pendant la guerre, notamment chez les américains et les japonais. L’aviation fait beaucoup de progrès durant la guerre, et les avions américains B29 pourront même voler à 10,000 mètres d’altitude. Face aux avions, les nazis construisent des nouveaux types d’avions et de missiles : le V1, un avion sans pilote et le V2, un missile balistique.

Lors de la Première Guerre Mondiale, les soldats sont forcés de creuser des tranchées pour s’abriter des bombardements. Cependant, l’hygiène y est regrettable (les rats, les maladies, l’infection des blessures), le bruit de l’artillerie est incessant, le choc psychologique très courant (voir ses camarades blessés ou agonisants) et moins d’1% des morts sont causées par le gaz moutarde.

En comparaison avec la Première Guerre Mondiale, on peut constater une évolution des stratégies lors de la Seconde :  on bombarde désormais les fabriques d’armes et les bases militaires (Pearl Harbor, Berlin, Coventry…). Les bombes utilisées  sont incendiaires et font atteindre au sol une température de 800,000 degrés : les habitants meurent soit brûlés vifs, soit asphyxiés. On constate aussi la création de nouvelles attaques stratégiques et offensives comme La Blitzkrieg ou l’opération Barberousse. Lors de cette dernière, les allemands avancent plus vite que prévu et ont donc à faire à des soldats soviétiques : ces derniers seront faits prisonniers, envoyés dans des camps de concentration, ou tués directement. Un peu plus tard, pour économiser des balles, des soldats soviétiques vont être mis dans des camions dont on va détourner les pots d’échappement pour les asphyxier. Les premiers tests avec le gaz à Auschwitz seront faits sur les soldats soviétiques avec le Zyklon B.

De février à décembre 1916, lors de la bataille de Verdun, 379000 militaires français sont morts, contre 350000 allemands. La journée du 26 août 1914 était une hécatombe, la journée la plus meurtrière de la 1ère guerre mondiale : 26000 soldats français sont tués.

En comparaison, de juillet 1943 à février 1944, la bataille de Stalingrad opposa 250 000 soldats des forces de l'Axe ainsi que 480 000 soldats soviétiques, sans compter le nombre toujours inconnu de civils tués -estimé à 250 000. Avec son nombre de morts total estimé entre 1 et 2 millions de personnes (soit entre 4500 et 9000 morts par jour), la bataille de Stalingrad est considérée comme la bataille la plus sanglante de l’histoire.

Les pertes humaines de la Première Guerre mondiale s'élèvent à environ 18,6 millions de morts, incluant les 8,9 millions de civils contre 50 à 70 millions de morts pour la Deuxième, les 45 millions de civils inclus, ce qui en fait le conflit le plus meurtrier de l'histoire de l'humanité. Cependant, les nombres de morts pour la Seconde Guerre Mondiale restent imprécis et varient selon les historiens.

II/ Les violences contres les civils

Au cours de la Première guerre mondiale, les civils deviennent des cibles. On va commencer à tirer sur eux volontairement. Par exemple, un paquebot de commerce italien, Le Lusitania, revenant de Philadelphie est torpillé par les allemands en mai 1945, faisant 1959 morts dont 1198 civils. 128 américains ont été tués. En octobre 1914, Lille est bombardé et les soldats allemands pillent, exploitent et déportent même certains civils dans des camps de travaux forcés en Rhénanie. Des zeppelins sont également conçus par les allemands et tueront au total 1400 personnes civiles au cours de la guerre.

En comparaison, lors de la Deuxième guerre mondiale, les civils sont énormément touchés : on trouve un nombre de morts 4 fois supérieur à celui de la Première guerre mondiale (42,2 millions (62%) de civils tués, soit près d’un tiers du nombre de morts total (58% d’alliés et 4% de l’axe)). Les déportations seront aussi un facteur de ce nombre gigantesque de morts. La Pologne a vu la plus grande partie de ses civils mourir dans deux combats majeurs : son invasion par les nazis en 1939 et l’opération Barbarossa en 1941.

Lors de la Première guerre mondiale, les civils sont importants pour cette guerre, ils encouragent et aident les soldats. Toute la société est mobilisée : les femmes dans les usines (les munitionnettes) et les vieillards dans les champs.

Cependant, la Deuxième guerre mondiale est particulièrement riche en massacres: En Ukraine, de 1941 à 1942, on tua 33000 morts en 2 jours. En France, le massacre d’Oradour-sur-Glane aura lieu le 10 juin 1944. On enferme femmes et enfants dans des églises avant de les brûler et on fusille tous les hommes. Sur 642 habitants, seul 6 ont survécu. En Chine et en Corée, les nationalistes japonais vont tuer les hommes et rafler, violer, et prostituer les femmes au profit des soldats.

Mais le plus grand génocide perpétré est celui sur les Juifs: Hitler souhaitait que certaines “races” en dominent d’autres. Il passe d’abord les lois de Nuremberg (lois visant à humilier les Juifs (pas le droit de porter les couleurs nationales) et à "préserver le sang allemand") puis demande aux Juifs d’aller se faire recenser. On réquisitionne ensuite leurs biens et les envoie dans des ghettos (Varsovie,...). 

Mais c’est la conférence de Wannsee qui détermine la solution finale pour savoir comment exterminer massivement les juifs. Ils sont envoyés en camps de concentration ou d’extermination, vont être spoliés de leurs biens en arrivant, puis gazés et envoyés dans des fours crématoires. Puis le Reich va s’occuper d’une nouvelle population : les tziganes. En moyenne, quelque soit la population, 12,000 corps seront brûlés par jour. Les déportations sont massives et violentes. Entre 5 à 6 millions de juifs ont été tués, dont 800,000 dans les ghettos. 1,3 millions de juifs ont été tués par balle, 2,7 millions dans les camps d’extermination (1 million pour le camp d’Auschwitz, soit 37%) et 300,000 dans les camps de concentration. 500,000 tziganes ont été tués.

...

Télécharger au format  txt (12.8 Kb)   pdf (77.1 Kb)   docx (12.9 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com