DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

La métropolisation

Résumé : La métropolisation. Rechercher de 53 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  23 Juin 2024  •  Résumé  •  2 203 Mots (9 Pages)  •  42 Vues

Page 1 sur 9

Géographie chap 1

Le métropolisation, un processus mondial différencié

1/un réseau mondial urbain organisé par des métropoles

[pic 1][pic 2][pic 3][pic 4][pic 5][pic 6][pic 7][pic 8]

1/ Une urbanisation qui accélère le processus de métropolisation.

Depuis 2007, la moitié de la population mondiale est devenue majoritairement urbaine et cette part ne cesse de progresser. On a atteint le milliard d’urbains en 1959, quatre en 2015. On devrait dépasser 5 milliards d’urbains en 2028.

 En 2018, 55% de la population mondiale vit dans des villes et l’ONU prévoit à terme une urbanisation généralisée du monde avec près de 70% d’urbains en 2050. Le processus d’urbanisation dans le monde se fait différemment selon les régions du monde. Dans les pays du Nord (Amérique du Nord, Europe, Japon…), si le taux d’urbanisation est fort (environ 75%), la croissance urbaine est faible en raison de la stagnation démographique et de la transition urbaine achevée. Dans les pays des Suds, tout particulièrement en Afrique et en Asie, le taux d’urbanisation est plus faible (entre 40% et 60%) mais la croissance urbaine est rapide. Cette croissance est liée à un fort exode rural accentué par la concentration des activités et richesses dans les métropoles et une croissance démographique importante. En Asie, la situation est inégale : en Chine, le pays devient majoritairement urbain tandis qu’en Inde la population est encore rurale.

 L’urbanisation favorise l’émergence de très grandes villes, qui sont de plus en plus nombreuses et peuplées. En 2020, il y aurait selon l’ONU 579 agglomérations de plus d’un million d’habitants, dont 140 rien qu’en Chine, 63 en Inde, 46 aux EUA. 35 dépassent les 10 millions d’habitants alors qu’elles n’étaient que deux en 1950 (New York et Tokyo). Les villes de plus de 10 millions d’habitants sont désignées sous le nom de mégapoles. Elles sont principalement situées dans les pays du Sud en raison de leur réserve démographique. Tokyo est la plus peuplée avec 37 millions d’habitants, suivi de New Delhi avec 29 millions puis Shanghai, 26 millions. En s’étendant, ces villes finissent par former des mégalopoles : cette notion correspond à une vaste région comprenant plusieurs métropoles et mégapoles reliés en réseaux et parfois en conurbation quand les banlieues se touchent.

 Les plus connues sont la Mégalopolis ou Boswash sur la côte Nord Est des EUA (55 millions d’habitants de Boston à Washington), la mégalopole japonaise ou ceinture du Pacifique (105 millions, soit 82% de la population japonaise) ainsi que la mégalopole ou « dorsale » européenne (70 millions d’habitants).

Les métropoles concentrent des fonctions de commandements et ce sont des centres d’impulsion, elles attirent les activités qui créent de la richesse et de l’innovation. On rénove des quartiers pour y accueillir des nouvelles entreprises, une population plus riche. On construit de nouveaux lieux d’habitats, des hébergements modernes et luxueux. Mais dans des métropoles ou le logement est en tension, on éloigne les familles et les habitants les plus modestes qui vivaient auparavant dans des quartiers et ils sont remplacés par une population plus aisée. Cette transformation et modernisation de certains quartiers se nomme la gentrification. Les plus modestes sont repoussés vers les périphéries des métropoles. Ce sont des populations qui peinent à trouver un emploi, un logement ils sont exclus de cette rénovation urbaine.

Les villes écartées de ce processus, les shrinking cities. Le terme de Shrinking cities traduit ville rétrécissante désigne un phénomene de rétrécissement urbain. Qui touche les villes sur 3 plans, démographique : perte de population. Economique : par la perte de fonctions, d’activités, de revenus et d’emplois

Social : développement de la pauvreté urbaine du chômage et de l’insécurité (ville de la manufacturing belt) , crise de l’industrie auto e est allemande (déclin démographique+ industrielle)

2/ Comment le métropolisation renforce des pôles urbains ? Cette urbanisation s’accompagne d’un processus de métropolisation. Le métropolisation profite aux plus grandes agglomérations, leur taille favorisant la concentration des populations, des activités et des fonctions de commandement dans les métropoles. Le métropolisation est aussi la conséquence de la mondialisation, la métropole doit être attractive et influente car une forte concurrence existe entre elles. Une métropole se distingue des autres agglomérations pas seulement par sa taille et sa population. La puissance des métropoles s’exprime à travers la concentration des lieux de la puissance économique (entreprises, sièges sociaux de FTN), financière (place boursière, banques centrales, assurances) mais aussi les fonctions politiques (chef de l’Etat, Parlement, institutions internationales) et culturelles (musées, presse, média TV, salle spectacle, studio de cinéma). Dans ces lieux, se concentrent des fonctions supérieures (quartiers d’affaires, institutions de recherche et innovation, institutions politiques, la présence de places boursières très importantes).

 Leur influence peut aussi être mesurée en s’intéressant au nombre de grandes universités et des événements accueillis, ainsi qu’aux sièges des grandes institutions internationales (ONU à New York, FAO à Rome, UNESCO à Paris).On peut classer les villes en fonction de leur puissance économique, par le PUB, mais aussi en comptant les sièges sociaux des FTN.

Cette puissance s’exprime spatialement dans les quartiers centraux, notamment les CBD (central business district) ou quartiers des affaires. Ils se distinguent souvent par la verticalité du paysage urbain. Le sol se couvre d’immeubles de bureaux, des forêts de gratte-ciel (Manhattan à New York city) forment l’identité des métropoles, une skyline montrant leur puissance. S’y concentrent les entreprises de services générant de hauts revenus, tels que la finance, l’assurance, l’informatique, la publicité, l’audit et conseils.

 Ces quartiers d’affaires, ces skylines, sont imités sur les autres continents (Business Bay à Dubaï, Lujianzui à Shanghai), on modernise d’anciens centres (La City de Londres, la Défense proche de Paris), formant un nouvel « hypercentre ». Une autre caractéristique est l’étalement urbain. Le développement de l’automobile et l’aménagement de grands axes routiers et autoroutiers entrainent une forte accélération de l’étalement urbain. Dans les pays développés le paysage correspond à de vastes banlieues constituées de lotissements pavillonnaires géométriques. Cet étalement pose plusieurs problèmes : foncier, car il consomme des surfaces importantes, de transports car les flux pendulaires provoquent une congestion (bouchons) des réseaux et une pollution accrue et le phénomène de villes-dortoirs.

 Cette croissance urbaine à une autre conséquence, l’apparition de métropole polycentrique, c'est-à-dire avec plusieurs centres intra-urbain. Le processus s’explique par la décentralisation liée aux distances trop importantes par rapport au centre. De nouveaux centres se développent autour de nœuds de transport (grand aéroport, carrefour autoroutier) et s’implantent des activités marchandes (centres commerciaux), des activités de services, des sites industriels, des technopoles ou des parcs d’attraction dans une banlieue de lotissements. Ces nouveaux centres ont été nommés edge city (ville de bordure) comme en exemple dans la banlieue de Los Angeles et l’edge city de Burbank. La proximité d’un hub aéroportuaire attire de nouvelles activités formant un aérotropole, comme à Chicago.

Une métropole se distingue aussi par sa meilleure connexion grâce aux réseaux de transport et de communication. Inscrites dans la mondialisation, les métropoles sont au cœur de réseaux modernes. Elles bénéficient d’infrastructures de communication qui leur permettent de rayonner à toutes les échelles (aéroports, lignes ferroviaires LGV, plateformes portuaires) ce sont des hubs. Les plus grandes mégalopoles et les métropoles mondiales sont interconnectées entre elles et organisent les flux planétaires dans ce que l’on appelle l’AMM pour archipel mégalopolitain mondial (Amérique du Nord, Europe, Japon).

Exemple avec la ville de détroit, dan l’Etat du Michigan dans la région des grands lacs en frontière avec le Canada

500000 habitants vivent dans un désert alimentaire,

Problèmes d’accessibilité et financiers pour acheter des aliments frais. Une association réutilise des terrains vagues et installe des potagers et jardins communautaires et des fermes urbaines. Les habitants bâtissent plusieurs projets viables sur leur territoire et maintiennent le lien social

II

1/Une mégalopole est un espace de fortes concentrations (densité (à mettre dans feuille un monde hiérarchise Une mégalopole s’étend sur une centaine de kilomètres et son espace dispose d’axe de communication moderne et rapide. C’est un espace urbain riche, dynamique et attractif

2/NY ne concentre pas que des fctns (quartier de Manhattan), mais aussi politique et culturel

DEF ville globale : métropole qualifiée de ville mondiale car elle est un centre de commandement concentrant de nombreuses fonctions politiques économiques et culturel mais elle se distingue par sa position stratégique, elle est un nœud de connexions important (hub aéroportuaire) à la croisée des flux financiers importants avec une bourse active et elle exerce un pouvoir d’attraction en raison de son patrimoine historique.

...

Télécharger au format  txt (15.4 Kb)   pdf (472.2 Kb)   docx (418.8 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com