DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Fiche de lecture - La part de l'autre - Eric-Emmanuel Schmitt

Fiche de lecture : Fiche de lecture - La part de l'autre - Eric-Emmanuel Schmitt. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  26 Octobre 2016  •  Fiche de lecture  •  1 437 Mots (6 Pages)  •  1 037 Vues

Page 1 sur 6

Colmenero Hugo G3[pic 1]

Fiche de Lecture :

La Part de l'autre de Eric-Emmanuel Schmitt

La Part de l'autre est un roman de 503 pages écrit par Eric-Emmanuel Schmitt publié pour la première fois en 2001 aux éditions Albin Michel.

Biographie de l'auteur : Il est né le 28 mars 1960 à Sainte-Foy-lès-Lyon. C'est un dramaturgenouvellisteromancier et réalisateur français naturalisé belge en 2008.

Fils de sportifs (un père champion de France de boxe et une mère championne de course à pieds), qui deviendront par la suite tous deux professeurs d'EPS, Eric-Emmanuel Schmitt se décrit lui-même comme un adolescent rebelle, refusant les idées reçues et parfois même pris d'accès de violence. C'est lorsque sa mère l'emmène pour la première fois au théâtre quand il était enfant, voir Cyrano de Bergerac avec Jean Marais qu'il su qu'il serait auteur. Il déclara plus tard que c'est la philosophie qui l'aurait sauvé en l'aidant à se sentir libre.

Plus tard il devient normalien et agrégé en philosophie.

À la fin du roman La Part de l'autre, il décrit la scène d'un enfant terrifié lors d'une séance de cinéma où ses parents l’avaient emmené voir un documentaire sur la Seconde Guerre Mondiale et sur les atrocités commises durant cette dernière.  Le garçon s'interroge : Hitler et les allemands étaient-ils fous ? Est-ce que le pouvoir politique se résume au mal commis aux autres ? Mais c'est son père qui lui dira qu'un Homme est fait de choix et que personne ne choisit les circonstances mais que tout le monde a le choix.

Ce petit garçon c'était Eric-Emmanuel Schmitt.

Bibliographie : Eric-Emmanuel Schmitt s'est tout d'abord fait connaître au théâtre avec Le Visiteur, devenu un classique. Ses pièces rencontrent, dans les années 90, un franc succès et il est plusieurs fois récompensé par les Molières, le Grand Prix du Théâtre de l'Académie française.

Sa carrière de romancier début avec La Secte des égoïstes en 1994, puis se poursuit avec L'Évangile selon Pilate, La Part de l'autre, Ulysse from Bagdad et Monsieur Ibrahim et les fleurs du Coran entre autres.

En 2006 il écrit et réalise son premier film : Odette Toulemonde.

Grand amateurs de musique il est aussi l'auteur des spectacles musicaux : Ma vie avec Mozart et Quand je pense que Beethoven est mort...

Construction et résumé de l'ouvrage :

On ne pourrait parler de la construction de cet ouvrage sans parler en premier lieu de la couverture, en effet celle-ci est constitué d'une moitié de portrait d'Adolph Hitler nous regardant d'un œil vide de toute émotion. L'autre moitié correspond à l'autre partie du visage d'Adolph Hitler mais en négatif et ne peut être associé à son propriétaire d'origine sans la première moitié tant elle est floue.

Le roman s'ouvre sur un premier chapitre au titre évocateur et terriblement racoleur : "La minute qui a changé le cours du monde..."

Au cours de ce chapitre on assiste à deux incipits à la fois jumeaux pour les premières lignes mais qui deviennent très vite des antithèses l'un de l'autre.

Adolph Hitler est recalé pour la deuxième et ultime fois au concours des Beaux-Arts, son univers s'écroule et ce jeune homme brisé deviendra la tyran que l'Histoire et que la planète entière connaît.

Adolph Hitler est reçu aux Beaux-Arts, il est enfin reconnu pour ce qu'il est, il se sociabilise et deviendra un homme tout à fait différent de ce que l'on connaît.

C'est à partir de cet instant en la date du 8 Octobre 1908 que Eric-Emmanuel Schmitt scinde son ouvrage en deux parties totalement distinctes mais qui n'en forment qu'une :

- La première retrace l'histoire d'Hitler telle qu'elle a été véritablement été quoique un peu romancée.

- La seconde retrace l'histoire d'un jeune étudiant des Beaux-Arts qui deviendra un patient de Freud, un amant, un mari, un père, qui aimera, sera aimé et qui sera victime et non bourreau.

Le premier est nommé Hitler tout le long du roman, le deuxième est nommé Adolph.

Quelques extraits :

A la fin de la Première Guerre Mondiale, quand Hitler est réellement devenu antisémite :

P 240 «Gutmann, Bruch, Goldschmidt… tous juifs. Nous avons perdu la guerre à cause des Juifs.  Comment ne m’en suis-je pas rendu compte plus tôt ? Ah Gutmann, je revois ton air embarrassé quand j’ai ramassé ta kippa ; et moi, crétin, qui ne comprenais pas ta traîtrise. La guerre a été perdue parce que l’état-major était plein de juifs comme toi et qu’on ne peut pas être allemand et juif. Nous étions commandés par des traîtres. Ils étaient dans tous les camps, tous les pays, ils ne croient en rien parce qu’ils sont juifs. Ils mangent à tous les râteliers parce qu’ils sont Juifs…Oh, Schopenhauer, pardon. Je ne comprenais pas pourquoi tu écrivais que les Juifs sont «les maîtres du mensonge».  Ils sont doubles, allemands en apparence, Juifs au fond. Pardon, Nietzsche, pardon Wagner ! Je n’avais pas saisi l’ampleur de votre perspicacité… vous auriez dû m’éclairer par votre antisémitisme… J’étais moi-même infecté de culture Juive, d’universalisme, d’examens critiques…»

...

Télécharger au format  txt (8.6 Kb)   pdf (101.4 Kb)   docx (307.6 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com