DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

La Géographie Ça Sert d'Abord à Faire La Guerre

Note de Recherches : La Géographie Ça Sert d'Abord à Faire La Guerre. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 6

d'abord à faire la guerre, la «géographie des états-major», la «géographie universitaire et scolaire», la «géographie spectacle», et la «géographie appliquée»

La géographie a toujours été présent dans la sphère du pouvoir. Les chefs de guerre, les princes ont été dans la nécessité de se représenter l'espace. Plus précisément, depuis des siècles, les classes dominantes produisent des cartes à différentes échelles pour voir l'étendue de leur domination, et pour voir se projeter sur d'autres territoires.

La géographie est un outil de contrôle et de pouvoir incontournable notamment avec l'utilisation des cartes. Le choix des échelles des cartes donne une perceptive différente.

Plus tard, et encore aujourd'hui, la carte peut être utile comme notamment pour mener une manifestation. Savoir lire une carte permet de penser l'espace et d'éviter de prendre des itinéraires saturés, en prenant des voies de communication secondaires.

Il est important de souligner que la géographie est d'abord un instrument de pouvoir en politique. Yves Lacoste illustre l'importance de la géographie en politique en prenant l'exemple des États-Unis pendant la guerre du Vietnam. Selon lui, les États-Unis aurait pendant ce conflit bombardé les digues du fleuve rouge pour provoquer des inondations, dans le but d'affaiblir leur camp ennemi.

Vidal de la Blache (1845-1918) est le père de l' «École géographique française». Il est connu sa «géographie-région», qui est illustré par son œuvre: le Tableau de la géographie de la France (1903). Ce livre vante le sentiment d'appartenance envers le territoire français, présenté sous ses meilleurs angles, et écarte de sa présentation toute l'utilité de la . De plus, il introduit la description régionale, qui est considérée comme la forme la plus poussée de la réflexion géographique. Il explique les raisons pour lesquelles les paysages d'une «région» sont le mélange, tout au long du temps, des influences humaines et des données naturelles. Lacoste a reproché Vidal de la Blache de ne pas avoir justifié ou expliqué son découpage en région de la France, puisqu'à l'époque cette concept n'existe pas entant que collectivité territoriale. Il avance qu'il aurait du proposer d'autres formes de découpage de l'espace. Il n'évoque pas les transformations économiques, et sociales récentes. De plus,Vidal de la Blache comme ses successeurs, a exclus de son analyse la dimension politique de son œuvre, qui était présente chez Elisée Reclus. Cependant, Vidal de la Blache a publié plus tard en 1916, un ouvrage de géopolitique, qui est resté peu connu, La France de l'Est (1916). Aussi, ce modèle vidalien s'est développé en opposition à la géographie allemande et notamment à la conception de Ratzel, qui justifie la politique expansionniste du Reich. La géographie vidalienne a influencé l'orientation donnée à la géographie française, et a réduit son champ de géographicité. La volonté d'affirmer la géographie comme une science est une autre explication à ce rejet de la géopolitique. C est une façon selon certains géographes d'assurer une certaine scientificité de la géographie.

La géographie entant que discipline scolaire connaît des problèmes de légitimité. Yves Lacoste affirme que les élèves ne perçoivent pas l'intérêt de cette matière. Cette dernière est vue comme une matière à apprendre par cœur, et qui n'exige aucun raisonnement et d'application concrète. La géographie scolaire jusque dans les années 1930, énumérait les différents types de reliefs, de végétation, de fleuve, de climat. Puis, la géographie est devenu une étude des différents régions sous l'influence du modèle vidalien. Toute les connaissances transmises par l'enseignant relevait seulement de la géophysique, et les autres branches de la géographie telle que la géohumaine, et géopolitique étaient oubliées. Autrement dit, la géographie enseigné, ne mettait pas en valeur en avant l'intérêt stratégique des raisonnements portants sur l'espace. Les difficulté de la géographie dans l'enseignement secondaire est lié au fait qu'elle enseigné par des professeurs, qui ont un goût plus prononcée pour l'histoire, et donc connaissent plus de difficultés pédagogiques.

La géographie est devenue un spectacle, en étant omniprésent dans la société. En effet, la géographie connait entant que thématique un véritable succès dans les magazines, et entant que représentation iconographique des paysages. Le tourisme en lui-même et les cartes postales, qui véhicule des stéréotypes des lieux de destination. Ainsi, depuis plusieurs décennies, les professeurs n'ont plus le monopole de la connaissance géographique. Parallèlement, la géographie diffusée à l'école n'a pas connu, le même succès. La géographie diffusée à l'école, fruste les élèves puisqu'elle ne répond plus à leurs attentes. Ils aimeraient étudier une géographie plus politisée, c'est à dire en lien avec le monde qui les entourent. Ils vivent dans un monde où la politique est très présente que se soit à travers les journaux (de différents supports), la radio, dans les émissions de télévision, qui explique le décalage entre la géographie enseigné, et les envies des élèves. Selon l'auteur,

...

Télécharger au format  txt (8.7 Kb)   pdf (90.3 Kb)   docx (8.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com