DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Le consommateur et le sport

Étude de cas : Le consommateur et le sport. Rechercher de 49 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  21 Novembre 2021  •  Étude de cas  •  2 851 Mots (12 Pages)  •  19 Vues

Page 1 sur 12

Le consommateur et le sport

Emmanuel Dufour-Fatoumata Sangare (TC1, 1TD3, Groupe C)

Introduction :

64 % des Français pratiquent un sport au moins une fois par semaine. Le sport en France est

très important aussi bien au niveau amateur qu’au niveau professionnel. On est par exemple

obligé de faire du sport dans le cadre de l’école, de la primaire jusqu’au lycée. Il s’agit d’un

secteur qui suscite un intérêt grandissant. Malgré l’importance du sport dans notre société,

on retrouve moins les femmes à un niveau compétitif ou amateur que les hommes.

Nous nous sommes demandé dans ce cadre, quelle est la perception du sport féminin par les

consommateurs en France et dans le monde ?

1- La place du sport féminin entre le passé et aujourd'hui

a- Nombre des spectateurs du sports féminins vs nbre des spectateurs du sports masculins

Si on prend l’exemple du football et plus précisément de la coupe du monde 2019 féminine,

en quart de finale, les Bleues ont été éliminées par les États-Unis devant 11,8 millions de

personnes sur TF1 contre 12.9 millions pour le quart de finale entre la France et l'Uruguay

pour la Coupe du monde masculine en 2018. L’audience est presque la même pour cette

coupe du monde record. Record parce que l’audience n’a jamais été aussi élevée pour une

coupe du monde féminine : au total, 1,12 milliard de téléspectateurs ont suivi les

retransmissions officielles de la Coupe du Monde Féminine 2019 sur les différentes

plateformes. Soit une augmentation de 30% par rapport à l’audience de l’édition 2015 tenue

au Canada (764,0 millions de téléspectateurs à domicile).

Le tennis féminin n’est pas non plus mal lotie, en effet les joueuses gagnent autant dans les

tournois que les hommes en grand chelem même si elles disputent des matchs de 2 set et

non de trois set (comme les hommes). Les amateurs de tennis suivent aussi bien la

compétition masculine que le parcours des meilleures joueuses mondiales comme Serena

Williams qui a marqué de son empreinte le tennis féminin.

b- Les raisons de la faible consommation du sport féminin dans le passé

Le sport féminin étant jugé moins impressionnant et de moins bon niveau, historiquement

la différence de performances pouvaient être attribuées à divers facteurs sociaux tels qu’un

recrutement moins large, un entraînement moins organisé ou moins encadré, voire de plus

grandes difficultés à s’entraîner. Avec l’évolution des droits, le statut des femmes évolue et

leur situation devient de moins en moins inégalitaire, la deuxième moitié du XXe siècle a

montré une diminution progressive des écarts de performance avec les hommes.

Même si aujourd’hui, bien que les femmes participent désormais aux plus grandes

compétitions en nombre équivalent, la réduction de l’écart de performance entre les hommes

et les femmes a cessé depuis plus de vingt ans.

Le sport féminin a souvent été ignoré par les amateurs de sport sauf pour quelques

disciplines comme la gymnastique, l’équitation ou les sports de glace, des disciplines jugées

alors plus adaptées pour les femmes car elles requièrent d’autres qualités comme l’adresse ,

la souplesse…

C) Le sport féminin aujourd’hui dans le monde

La mentalité a bien changé et de plus en plus de personnes se mettent à consommer du

sport féminin. Le sport féminin connaît une véritable explosion, de plus en plus de

femmes obtiennent des licences et font du sport à un niveau professionnel surtout dans

les sports jugés « plus masculin » comme le rugby ou le football : depuis 2011, le nombre

de licenciées en football a augmenté de 90 % (Les Chiffres clés du sport, 2017). Les

marques s’empresse de sponsoriser des équipes car ils voient sur ce marché une

opportunité et cela leur garantit une bonne image (69 % des Français déclarent qu’ils

auraient une meilleure image d’une marque qui s'appliquerait dans le sport féminin), des

reportages mettent en lumière des femmes qui se réunissent autour de la même passion

comme le documentaire : footeuse.

Les différences entre femmes et hommes s’atténuent entre 40 et 49 ans et s’inversent même

à partir de 50 ans : les femmes âgées de 50 à 64 ans sont légèrement plus nombreuses que

les hommes à avoir pratiqué une activité physique ou sportive au moins une fois dans

l’année (48 % contre 46 %) ou régulièrement chaque semaine (36 % contre 30 %). L’aspect

moins médiatisé du sport féminin laisse de vraies opportunités de développement. Le sport

féminin a un énorme potentiel économique. Il est encore à l’abri de gros scandales (dopage,

corruption …) comme on peut le voir dans le sport masculin. Ainsi l’image du sport féminin

est excellente.

Mais cela n’empêche pas certains amateurs de sport à boycotter ou critiquer le sport

féminin, ils utilisent comme principaux arguments des matchs de tennis ou de foot entre

femmes et hommes qui se sont déroulés à un niveau professionnel.

Par exemple :

Le 7 avril 2017, les joueuses de l’équipe nationale américaine, championne du monde en

2015, se sont inclinées 5-2 face à la section moins de 15 ans du club de Dallas. Il ne s’agissait

pourtant pas de matchs officiels, comme l’avait relevé le site spécialisé 90min, qui parlait de

«match d’entraînement», n’ayant donc qu’une valeur relative

Ou encore la défaite des deux sœurs Williams au tennis 6-1 6-2 face au 203e

mondiale

Karsten Braasch, mais les deux sœurs n’avaient alors que 18 ans et le match n’était pas

vraiment pris au sérieux par les sœurs williams et Braach. Mcenroe, star du tennis, estime

que Serena Williams a le niveau d’un 700 e mondiale chez les garçons.

D) Le sport féminin perçue par les consommateurs de façon de plus en plus positive

en France et dans le monde

a- Définition de la perception

C’est un processus par lequel chacun reçoit et interprète divers messages et

sensations en fonction de son mode de pensée, de sa culture, de son expérience, de ses

préjugés mais aussi de l’état d’esprit dans lequel il se trouve au moment où il reçoit

l'information. Cette interprétation permet de catégoriser.

Le processus comporte quatre phases : l'attention à l'information (grâce aux cinq

sens), son interprétation (on donne du sens à l'information en fonction de son vécu),

sa compréhension et sa mémorisation.

Pourquoi s'y intéresser ? Parce que chacun consomme en fonction de ce qu'il perçoit.

Exemple : la grenadine est un sirop rouge qui contient surtout, dans la plupart des

pays, de la vanille. Or, des enfants (ou des adultes) qui n'aiment pas la vanille boivent

de la grenadine alors qu'il la détestait si sa couleur et son nom étaient différents...

C’est le domaine

...

Télécharger au format  txt (19.2 Kb)   pdf (61.1 Kb)   docx (19.8 Kb)  
Voir 11 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com