DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Ma Liberté Est - Elle Absolue ?

Mémoire : Ma Liberté Est - Elle Absolue ?. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 9

terminisme de la nature contrairement à

l’homme qui a le choix de choisir arbitrairement quelque chose alors que rien ne l’y pousse.

L’homme possède la liberté d’indifférence où il est capable de se déterminer alors qu’il a le choix

entre deux possibilités exerçant sur lui une même attraction. La volonté de l’homme lui permettre de

mettre en mouvement la matière de son corps et de résister à des forces extérieures. L’homme a la

liberté de choisir en exprimant sa volonté qui est une force venant de son esprit et de son cœur.

L’homme manifeste le plus haut degré de son pouvoir lui permettant de se déterminer soi-même.

L’homme, pour prouver sa liberté a même le choix d’aller à l’encontre de l’ordre des choses, un motif

renvoyant à la raison, ou, au désir de fanfaronner pour prouver qu’il peut faire ce qu’il veut. C’est

ce que nous explique Descartes dans La Lettre à Elisabeth. Descartes reconnaît une certaine forme

d’indifférence où l’homme s’affirme lui-même, contre toute raison, et fait le contraire de ce qui

paraît pourtant évident. L’homme affirme donc son indépendance en rejetant un jugement dont

nous reconnaissons le bien fondé. Pour Descartes pourtant, la plus grande liberté c’est de faire

concilier notre volonté et notre savoir sans se précipiter dans un acte dépourvu de jugement. On est

plus libre lorsque l’on consent à l’évidence et lorsque l’on agit conformément à ce que la raison lui

enseigne. Socrate développe une idée qui s’apparente à celle de Descartes. La liberté consiste, selon

lui, à choisir les désirs qui ont le plus de valeur et de façon modérée. C'est-à-dire ‘être tempérant et

maître de soi et commander en soi aux plaisirs et au passions’. Dans la religion, par exemple,

l’homme s’impose des contraintes, au sein du couvent, telles que l’abstinence, des restreintes de

nourriture, une absence de confort afin qu’il soit entièrement détaché de toute chose matérielle

pour arriver à atteindre une spiritualité, un état de grâce. De cette façon, cet homme par sa propre

volonté s’est soumis à aliéner certaines de ses libertés pour accéder à une liberté supérieure, à une

transcendance de son être. Pour cet homme, ceci représente une liberté absolue. Il y a aussi les stoïciens, Zénon en Grèce Antique puis les philosophes latins tels que Sénèque qui affirment la suprématie de la volonté personnelle pour atteindre une liberté intérieure, une ataraxie où il y aurait absence de troubles afin de se rapprocher de la sagesse et d'une paix intérieure. De même,

l’ermite qui, antérieurement, a bénéficié, dans la société, d’enseignements qui lui ont appris l’art de

la dialectique, est capable d’intérioriser toutes ses connaissances et d’atteindre un tel degré de

spiritualité qu’il peut maintenant se passer de la société. Sa liberté est alors absolue car l’ermite n’a

plus à répondre à des impératifs mais peut accéder à une forme de sérénité et de bonheur total où il

se sent plus proche de Dieu. Il est en parfait accord avec lui-même. Cet exemple illustre la possibilité

d’atteindre la liberté absolue hors du contexte social et politique. A titre d'exemple on pourrait aussi citer Diogène de Sinope, un philosophe cynique grec qui décide de vivre dans un amphore (un tonneau) pour s'affranchir des conventions de l'homme pour être plus proche de la nature. Il demande à Alexandre ' ôte-toi de mon soleil', montrant bien qu'il dénonce l'artifice des conventions sociales.

Lorsque l’on parle de liberté absolue, on dit que l’homme est maître de sa vie. S’il est maître de sa

vie, ce ne sont pas des obstacles qui vont empêcher sa liberté d’action. En effet, comme l’alpiniste

qui veut dépasser ses limites en surmontant des obstacles, l’homme recherche un dépassement de

soi. En réalité, l’obstacle est même une nécessité afin de ressentir sa liberté. C’est ce que exprime

Sartre lorsqu’il dit dans L’existentialisme est un humanisme que ‘ l’homme n’est que ce qu’il se fait ’.

C'est-à-dire que l’homme est un être qui se crée.

‘ L’homme est condamné à être libre’ (Sartre) mais pourtant il y a un ensemble de déterminations

extérieures qui vont à l’encontre de la volonté et donc de la liberté. Dès lors, ne serait-ce pas utopique de prétendre atteindre une liberté absolue?

II/

Tout d’abord, l’homme en tant qu'individu, possède un corps soumis aux lois physiques. La pensée est

tributaire du corps et la santé retentit sur la vie psychique. Même si l’on est prêt à lutter et à mettre

toute notre volonté au service de notre corps, il y a des limites que l’homme ne peut pas

dépasser. Ainsi, selon J.P Sartre dans L’Etre et le néant, 'il semble que nous ne puissions pas nous

changer nous même’. Il exprime sans doute par là une impossibilité d’échapper à son destin car on ne peut

pas choisir les conditions de notre existence. En effet, la maladie place l’homme dans des conditions

qui limitent ses possibilités d’action par rapport à ce qu’il aurait voulu faire. Ces circonstances

atténuantes permettent à l’homme de se rendre compte véritablement de sa liberté. L’homme est

contraint d’agir d’une certaine façon, une façon qui va à l’encontre de sa volonté. Nous

réalisons ce qu’est la liberté lorsque nous sommes enchaînés, lorsqu’on est empêchés de l’exercer.

L’homme se sentant incomplet face à une contrainte se sent menacé car c’est une atteinte à sa

liberté.

L’homme est également soumis par les lois de la nature au travers de son patrimoine génétique qui

peut avoir une interaction avec les caractéristiques psychologiques de l’homme. Ses agissements, ses

raisonnements seront orientés indépendamment de sa volonté. L’homme pense qu’il peut donner

explication à sa conduite mais en réalité sa conduite a dépassé sa raison : Ce sont des attitudes non-

conscientes qui nous font dire ce que nous disons ou faire ce que nous faisons car il s’agit de pulsions

dont on n’a pas conscience claire. Freud en expliquant le Complexe d'Oedipe fait ainsi état de 'refoulements' inconscients de l'âme humaine alors même que l'homme se pense libre. Par exemple, un malade atteint de phobies telles que la peur du

noir, peur des espaces clos, éprouve des peurs sans avoir conscience des causes psychologiques qui

les engendre. La psychanalyse montre que la personne qui croit agir librement et affirme sa liberté

absolue est, en réalité, déterminé par des pulsions de l’inconscient. Par exemple, l’homme désire

ardemment quelque chose mais ce désir relève d’un acte involontaire car l’objet de son désir suscite

une attraction en lui qui le meut pour l’obtenir. De ce fait, l’homme est motivé, à cause de son

héritage génétique qui le fait aimer l’objet e son désir et se trouve, sans le savoir, dans l’obligation de

se satisfaire. L’homme est esclave d’une force extérieure à sa raison et est contraint d’agir en

conséquence. Et, là ou il y a contrainte, il n’y a donc plus de liberté. De plus, il peut arriver que

l’homme ne soit pas capable de dompter ses passions. Quelque chose de plus puissant que sa

volonté, que son raisonnement, va le faire aller au-delà de ce qu’il aurait voulu véritablement faire.

L’homme est victime de ses passions. D’ailleurs, ne voit-on pas Ulysse, dans l'Odysee d'Homère,

...

Télécharger au format  txt (14.3 Kb)   pdf (119.3 Kb)   docx (12.1 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com