DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Dissertation : La Conscience Peut-Elle Être Objective ?

Commentaires Composés : Dissertation : La Conscience Peut-Elle Être Objective ?. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 7

donc pas matérielle, mais reste dans notre existence bien présente. En effet, on pourra prendre l’exemple d’un enfant qui est sur le point de voler un jouet qui lui fait grandement envie mais que ses parents se refusent à lui acheter. C’est à ce moment la que la conscience peut intervenir ou non : suivant l’environnement dans lequel l’enfant a été élevé il volera le jouet ou le laissera à sa place et passera son chemin. C’est ainsi qu’elle est un facteur déterminant dans le devenir d’une personne, mais comme précisé précédemment elle dépend complètement de ce qui entoure l’individu. En reprenant l’exemple de l’enfant tenté par le jouet, si celui-ci a été habitué à voir tout son entourage prendre des objets sans payer, il fera de même sans scrupule. L’expression « avoir mauvaise conscience » survient alors lorsque la personne se rend compte que ce qu’il a fait n’est pas correct, pas normal. Cela ne dépend pas de l’homme, il peut être heureux d’avoir fait quelque chose de mal mais cependant voir tout de même que personne ne fait ce qu’il a fait et commencer à s’interroger sur ses actes passés ou présents. Ce genre de remise en question peut changer la vie de l’être en question, ainsi que celle de ceux qui le côtoient. En outre, suivant les périodes de l’histoire, la conscience des humains qui y vécurent se modifie : autrefois personne ne se posait de questions lorsque l’on tuait des animaux pour les manger mais aujourd’hui, on peut citer l’exemple des végétariens qui se refusent à manger de la viande, des animaux qui gambadaient joyeusement avant qu’on ne les tue. On peut ainsi dire que la conscience est objective : elle ne dépend que d’elle-même et comme le dit Sartre dans L’être et le néant « la conscience n’a pas de « contenu » ». Elle est libre du temps, des hommes et reste moralement correcte. La conscience juge le bien et le mal et on peut ainsi se demander si ce n’est pas une sorte d’envoyé de quelqu’un qui pourrait être apparenté au père de chaque être vivant qui les protégeraient de leurs semblables mais aussi d’eux même. Cela aurait pour but de faire qu’ils puissent vivre paisiblement, en respectant ce qui semble juste.

Par tous ces faits, on pourra alors parler de monisme. En effet, c’est une doctrine qui tend à expliquer tout l’univers, choses et êtres, par les transformations d’un élément unique. Cet élément pourrait ainsi être la conscience car en effet, les hommes évoluent par elle et ainsi le monde par la même occasion. Cette dernière devient plus exigeante ou plus juste alors le monde se transformera, deviendra à l’image de ce que la conscience prévoit, les hommes deviendront alors moins irresponsable peut-être ou animés de bonnes pensées, qui sait ce qu’il se passerait si ce sentiment changerait brusquement en bien ou même en mal. Il serait alors possible que le monde tombe dans le chaos, mais il serait également possible que tous les êtres peuplant la Terre vivent sans être tenter par quoi que ce soit et restent dans le droit chemin sans s’en détourner. Qui sait ? Peut-être cela arrivera-t-il un jour ? Mais nous en rendrions nous compte ?

On a donc vu que la conscience semblait objective, cependant il existe des cas de figures ou elle devient subjective.

Dans un second temps, on pourra noter que certains faits font que la conscience à divers moments n’est plus vraiment d’une objectivité totale mais devient subjective. Par définition, la subjectivité est une qualité inconsciente ou intérieure de ce qui appartient seulement au sujet pensant, de ce qui ne donne pas une représentation fidèle de la chose observée.

En effet, sans être humain la conscience n’existerait pas donc, en conséquence la conscience ne peut qu’être composé que de se que l’homme a bien voulut « y mettre » ; la conscience est défini par l’homme. Eluard dit bien « Je vois le monde tel que je suis » c'est-à-dire que le monde est perçu par l’humanité, par chaque être comme quelque chose qui lui ressemble. En outre, on peut également citer Bachelard qui dit « Rien n’est donné tout est construit ». La conscience est quelque chose qui petit à petit, a été construit et qui à l’exemple de la philosophie est quelque chose qui se construit toujours et qui ne cessera de se modifier. Ainsi, au cours du temps la conscience se modifie car les mœurs, les us et coutumes évoluent ; ce qui paraissait normal au moyen âge ne l’est plus aujourd’hui, ce qui est tout à fait normal.

De plus, la conscience, influente sur la plupart des êtres vivants, n’a, chez différentes personnes, plus aucune conséquence. Dans le cas de criminel, comme des meurtriers par exemple, leur conscience conseille de ne pas faire de mal à autrui mais ils semblent être plus fort et prennent alors le dessus afin d’accomplir leurs desseins. Ces hommes ont donc une grande force de caractère, d’esprit pour ne plus écouter « leur petite voix intérieure ». Par la suite, certains se repentissent et changent alors que d’autre, alors qu’ils devraient être rongé par la culpabilité ou le remord ne ressentent rien, ou bien peut-être même une certaine satisfaction.

Dans d’autres cas, la personne est presque obligée d’aller contre sa conscience. On peut alors donner l’exemple d’un mendiant qui ira voler de la nourriture

...

Télécharger au format  txt (9 Kb)   pdf (85.8 Kb)   docx (8.2 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com