DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Extrait Du Troisième Volumes Des Essais De Michel De Montaigne, " Des Coches "

Mémoires Gratuits : Extrait Du Troisième Volumes Des Essais De Michel De Montaigne, " Des Coches ". Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 5

uite l'admiration qu'il porte à cette nouvelle culture en utilisant la redondance " merveilleuse magnificence " ( l.21 ), mais aussi avec " grandeur " ( l.23 ) ; " excellement " ( l.24 ) ; " beauté " ( l.26 ) ; " la plus riche et la plus belle partie du monde " ( l.36 ) prouvant à quel point il estime et admire cette civilisation. De plus, on remarque qu'il place les indigènes au meme niveau que les européens : " ils ne nous devaient rien en clarté d'esprit naturelle et pertinence " ( l. 20 ) et " ils ne nous étaient pas non plus inférieurs en habileté " ( l. 25 ). L'accumulation : " leurs ouvrages en pierreris, en plume, en coton, dans la peinture " ( l. 26 ) accroit cette idée car elle montre la polyvalence des indigènes.

Mais face à cette description idéaliste des indigènes, il dresse un portrait néfaste de l'Ancien monde. De Montaigne accentu son indignation par l'utilisation de litotes des lignes 15 à 18 : " pourtant nous ne l'avons pas fouetté et soumis à notre enseignement en nous servant de l'avantage de notre valeur et de nos forces naturelles ; nous ne l'avons pas non plus séduit par notre justice et notre bonté, et subjugé par notre magnanimité. ". Ces lignes nous montre aussi que les colombs auraient pu faire bénéficier les indigènes de leur savoir et de leur enseignement. Cette découverte d'un nouveau monde aurait pu etre un moment de partage et d'enrichissement pour ces deux civilisations. Mais à la place de cela, de Montaigne nous décris la triste réalité de la colonisation en utilisant le champs lexical de la déstruction : " déclin " ( l. 13 ) ; " ruine " ( l. 13 ) ; " rasées " ( l.35 ) ; " exterminées " ( l.35 ) ; " passés au fil de l'épée " ( l.36 ) ; " bouleversée " ( l.36 ). Il insiste sur le fait que les colombs ont poussé les indigènes à leur déchéance en utilisant " très fortement haté " à la ligne 13, " notre contagion " à la ligne 14 et " nous nous sommes servis de leur ignorance et inexpérience " ligne 31. L'accumulation " la trahison, luxure, cupidité et vers toute sorte d'inhumanité et de cruauté " ( l.32 ) entre en contradiction avec l'accumulation de la ligne 28 et offre un contraste entre ce qu'étaient les indigènes avant l'arrivé des colombs et après. On comprend alors que les colombs ont réussi à détruire ce nouveau monde de part leur cupidité et leur cruauté : " tant de nations exterminées, tant de millions de peuples passés au fil de l'épée " ( l. 35 ) mais de Montaigne rappelle la médiocrité de cette victoire en insistant sur la monstruausité des colonisateurs " Mécaniques victoires ! " ( l.37 ). " jamais les inimitiés publiques de poussèrent les hommes les uns contre les autres à des hostilités aussi horribles et à d'aussi misérables calamités " ( l.38,39 ) cette phrase laisse entendre qu'en réalité ceux sont les colombs les " sauvages " et à la ligne 29 " il nous a bien servi de n'en avoir pas autant qu'eux " de Montaigne souligne le fait que si les indigènes avaient été comme eux, c'est à dire manipulateur et cruel, ils n'auraient pas pu les exterminer et que c'est justement la bonté et l'ignorance de la barbari des amérindiens qui les a conduit à leur perte.

De Montaigne nous livre ses pensées philosophiques sur le monde aux lignes 8 à 12. Dans ce passage il nous livre le sentiment qu'il éprouve c'est à dire que le Nouveau et l'Ancien monde sont trop différents pour pouvoir cohabiter avec " L'univers tombera en paralysie ; l'un des deux membres sera perclus, l'autre en pleine vigueur. " ( l. 11

...

Télécharger au format  txt (5.9 Kb)   pdf (70.7 Kb)   docx (7.2 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com