DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Cyrano de Bergerac - Acte III Scène 7 - Commentaire composé

Mémoires Gratuits : Cyrano de Bergerac - Acte III Scène 7 - Commentaire composé. Rechercher de 48 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 9

and » vers 1381 et « cœur » au vers 1389. La passion est inscrite dans le choix précis d’un lexique violent : « cruel » vers1367, « strangula » vers 1372, «dur» vers 1389 « tueriez » vers 1388 montrant l'amour passionné et profond.

 Dans cet extrait, la ponctuation est expressive avec notamment des points d’exclamation très fréquents à la fois chez Cyrano et Roxane, révélant la passion et l’émotion éprouvées ; il s’agit en fait d’une ponctuation affective. L’interjection « Oh ! » vers 1379 souligne le ton lyrique également.

 Au vers 1367, l’utilisation de la préiphrase « cruel marmot » a une

connotation péjorative qui rejoint la métaphore  permet à Cyrano de montrer la cruauté, la force de son amour

 Au vers 1368, Roxane reprend le même jeu en comparant l’amour à

une créature maléfique.

 Cyrano rebondit sur ses paroles au vers 1370 en citant le mythe

d’Hercule. Il reprend l’allégorie de l’amour en utilisant la périphrase « nouveau-né » qu’il compare à Hercule  Amour fort, incontrôlable. La comparaison avec Hercule contient aussi un jeu de mot puisque le véritable nom de Cyrano est Hercule Savinien Cyrano de Bergerac. Il poursuit avec le mythe grec en citant les serpents Orgueil et Doute qu’Hercule étrangla. Mais c’est aussi une allégorie car l’amour de Cyrano/Christian est plus fort que ses vices.

 Aux vers 1370 et 1371 on a une allitération en « t » avec « tenté »,

« tentative » et « petit » mais aussi une assonance en é avec « l’ai-je », « tenté », « mais », « nouveau-né » et « est »  Ces effets sonores soulignent l’effort vain que fait Cyrano/Christian pour étouffer son amour. Encore une fois, Cyrano exprime la force de son amour.

 Le balcon est un lieu qui surplombe l’espace scénique. Le texte joue

d’ailleurs sur la verticalité créée par cet élément de mise en scène avec un champ lexical de la verticalité : « montent, descendent, hauteur, altitude »

Cette situation facilite à travers l’élévation de la parole et l’élévation des cœurs,

ainsi que l’aveu sincère des sentiments.

 Aux vers 1388-1389 Cyrano utilise le conditionnel présent lorsqu’il

dit « vous me tueriez si de cette hauteur vous laissiez tomber un mot dur sur le cœur !» afin de parler d’une possibilité. L’utilisation du verbe tuer à pour but de montrer que l’amour que ressent Cyrano/Christian est cruel. Cette réplique montre la faiblesse de Cyrano devant Roxane.

b) La préciosité

 Aux vers 1383 à 1386 on a une personnification des mots qui est un

exemple typique de langage précieux, très imagé. Cette personnification se developpe sur 4 vers et les deux personnages (Roxane et Cyrano) rentrent dans le jeu. Au vers 1376-77 « C’est qu’il fait nuit, dans cette ombre, à tâtons, ils cherchent votre oreille. » Les mots sont le seul lien entre les deux interlocuteurs puisqu’ils ne se voient pas. Ils sont personnifiés, et comparé à des personnes qui « cherchent », qui « montent » et qui « descendent ».

Nous avons aussi deux métaphores avec « gymnastique » dans lesquelles les mots sont comparés a des sportifs. Cela souligne les positions des deux interlocuteurs.

Cette accumulation d’outils permet à Cyrano de justifier les paroles hésitantes de Christian.

 A partir du vers 1366, on a une allégorie de l’amour développée sur

plusieurs répliques. L’amour est comparé à un petit enfant, un nourrisson et cette allégorie est fondée sur la mythologie grecques. En effet, le Dieu de l’amour Eros , est habituellement représenté sous la forme d’un enfant.  Les deux personnages montrent ainsi leur culture. (PRECIOSITE)

Cette allégorie va de pair avec la métaphore de l’âme avec un berceau au vers 1366.  Expression de l’amour avec lyrisme qui prouve la sincérité et la pureté de l’amour de Cyrano/Christian envers Roxane.

De plus, l’utilisation du mot « barcelonette » à ce même vers et sa mise en valeur grâce à son isolation et sa position en fin de vers ainsi que la rime avec inquiète et l’exclamation permet d’insister sur l’utilisation de ce mot compliqué et rara.  Préciosité

 Au vers 1364, Roxane accuse Christian de ne plus l’aimer, il

rebondit sur ses paroles pour faire un jeu de mot avec « plus », tantôt utilisé comme une négation, tantôt comme « davantage ». Ainsi, il lui déclare son amour avec art.

 Au vers 1368, le mot « sot » est mis en valeur avec la rime et le

contre rejet, Roxane reproche ainsi à Cyrano de pas avoir mis fin à son amour, elle le taquine, entre les deux personnages il y a un jeu amoureux qui s’installe ayant pour ultime but d’étaler leur sentiments en utilisant un langage précieux.

 Vers 1370/1371/1372 : « Aussi l’ai-je tenté, mais … tentative nulle:/

Ce… nouveau-né, Madame, est un petit … Hercule. / C’est mieux !/De sorte qu’il… strangula comme rien…/ Les deux serpents… Orgueil et Doute. »

Roxane lance le mythe d’Hercule et Cyrano, avec un enchaînement subtil à partir des quelques mots de Roxane, le développe. La connaissance du mythe d’Hercule par ces deux personnages montre leur culture. Ils participent ainsi à un jeu d’esprit.

II – UNE IMPOSTURE AMOUREUSE:

a) Deux personnages opposés

 Tout au long de l’extrait, Cyrano essaie de justifier l’inaptitude de Christian à parler en opposition avec son aisance. Cette accumulation d’outils permet à Cyrano de justifier les paroles hésitantes de Christian.

 éprouve quelques difficultés d’ailleurs. On le voit à travers

l’utilisation répétitive des points de suspensions notamment aux vers 1365 et 1371.

 au début Roxane semble être une maîtresse d’école corrigeant

son élève Christian. C’est elle qui mène le dialogue par les interrogations « Qui donc m’appelle ? », « qui, moi ? », « C’est vous ? » au vers 1361. C’est également Roxane qui se permet de juger la façon de parler de Christian « Non ! Vous parlez trop mal » (v.1363) La déclaration d’amour de Christian semble vouée à l’échec, tandis que les mots de Cyrano la charment…

 Aux vers 1365, 1368 et 1372 on a l’anaphore de « C’est mieux »

prononcée par Roxane qui apprécie l’amélioration des paroles de son amant. On retrouve cet adverbe au vers 1385 : « mais ils montent bien mieux depuis quelques instants »  Cela montre que l’imposture fonctionne

En opposition avec,

 Aux vers 1363 et 1364 on peut relever l’anaphore de l’exclamation

« Non ! » qui montre le refus et la déception de Roxane.

 Au vers 1365 toujours, on peut relever la didascalie a propos de

« ROXANE, qui allait refermer sa fenêtre, s’arrêtant. » qui montre que les paroles de Cyrano/Christian lui plaisent. Cela est soulignée par sa réplique « Tiens, mais c’est mieux ! » et l’utilisation de l’adverbe mieux.  Cela montre l’évolution dans la qualité des paroles d’amour.

 Le vers 1375 marque la transition entre Christian et Cyrano,

lorsque ce dernier prend réellement la place de Christian et parle pour lui. La didascalie souligne cela : « tirant Christian sous le balcon et se glissant à sa place ». Dans sa réplique « Chut ! Cela devient trop difficile ! », Cyrano désigne l’imposture qu’ils tentent de monter par le démonstratif « cela » et se trouve obliger de prendre la place de Cyrano parce qu’il est « trop difficile » de lui chuchoter ses mots.

 Au vers 1381 « Or, moi, j’ai le cœur grand, vous l’oreille petite » on

trouve un parallélisme entre les deux hémistiches et une opposition entre les adjectifs « grand » et « petite ». L’utilisation du procédé d’emphase « moi » et « j’ai » souligne encore une fois l’opposition entre les deux interlocuteurs et justifie l’hésitation des mots de Christian.

 Au niveau du rythme, on peut relever un rythme rapide au début de

l’extrait, avec des stichomythies entre Christian et Roxane qui s’opposent à des répliques plus longues

...

Télécharger au format  txt (13.4 Kb)   pdf (126.4 Kb)   docx (11.3 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com