DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

De La Société Industrielle a La Société De Communication

Recherche de Documents : De La Société Industrielle a La Société De Communication. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 8

l'Espagne, l'Italie du Sud ou l'Europe centrale, la population a déjà commencé à émigrer massivement vers le monde industrialisé (la France et les États-Unis surtout), les immigrés constituant une part importante de la classe ouvrière du pays d'accueil. Le monde entier est bien entré dans l'âge industriel.

2. Peut-on dire qu'aujourd'hui le monde est sorti de l'âge industriel ?

• Les pays développés sont effectivement sortis de l'âge industriel : même si la proportion d'ouvriers dans la population active n'a pas beaucoup diminué, le secteur majoritaire en termes d'emplois est maintenant celui des services (par ailleurs, le secteur primaire s'est marginalisé). Surtout, ce sont désormais les services qui tirent l'économie, au sens où ce sont eux qui rapportent le plus d'argent et qui concentrent le plus d'innovations, notamment d'un point de vue technique. Les sociétés occidentales sont donc bien devenues des sociétés de services, même si elles dominent toujours les secteurs industriels de pointe et les nouvelles technologies, les plus rentables.

• Mais ce n'est pas le cas de nombreux pays pauvres. D'une part, certaines sociétés demeurent à prédominance agricole, comme en Afrique. Surtout, toute une partie du tiers-monde est en train d'entrer dans l'âge industriel, notamment les « pays émergents » (comme le Mexique depuis les années 1980, ou la Corée depuis les années 1960) ; depuis une dizaine d'années, la Chine connaît une croissance industrielle impressionnante qui lui vaut le surnom d'« atelier du monde ». Les services aussi progressent dans le tiers-monde, mais ils ne sont pas très productifs.

3. Qu'appelle-t-on la mondialisation ? En quoi la mondialisation explique-t-elle le changement de société évoqué ci-dessus ?

• Depuis les années 1990, on désigne du terme de « mondialisation » l'ensemble des processus qui font que les différentes économies nationales sont de plus en plus ouvertes et interdépendantes : alors que, vers 1800, la plupart des pays vivaient repliés sur eux-mêmes, aujourd'hui aucune économie ne peut se passer d'échanges avec l'étranger. Cette évolution n'a cessé de s'accélérer depuis 1945, et surtout depuis les années 1980-1990.

• Du fait de cette internationalisation, un partage des tâches à l'échelle mondiale est désormais possible. Les grandes entreprises des pays développés sont de nos jours à peu près toutes des multinationales, elles achètent des matières premières dans un premier pays pour les transformer dans un deuxième (souvent un pays pauvre en voie d'industrialisation) et pour revendre le produit fini dans un troisième (généralement un pays riche où l'industrie recule devant les services).

• Cette évolution a d'immenses effets positifs : en abaissant le prix des produits, elle permet à des millions d'êtres humains d'accéder à un meilleur niveau de vie; elle leur donne du travail, notamment aux habitants des pays pauvres. Mais, en Occident, on dénonce aussi ses effets négatifs : elle maintient une partie du tiers-monde dans la pauvreté; elle rend très difficile l’élaboration d’une politique économique à l'échelle d'un pays, car la « contrainte extérieure » pèse de plus en plus lourd.

4. Qu'est-ce qui a rendu la mondialisation possible ?

• D'abord, il y a eu un changement de mentalité. Jusqu'aux années 1980, dans une partie du tiers-monde et dans le bloc communiste, régnait l'idée que les relations économiques avec l'Occident développé étaient une mauvaise chose, car elles entretenaient le capitalisme et le colonialisme ; par ailleurs, dans de nombreux pays développés régnait la tentation du repli nationaliste et protectionniste. Aujourd'hui, même ceux qui critiquent la mondialisation ne parlent pas d'y mettre fin, mais de la mener autrement.

• Parmi les conditions matérielles de la mondialisation, il faut évoquer l'essor des communications. L'automobile et l'avion ont permis une accélération des voyages (vers 1880, on mettait encore une semaine pour se rendre d'Europe aux États-Unis). Le recours au camion et l'augmentation de la taille des navires (prenons l'exemple des supertankers pétroliers) ont fait énormément baisser le prix des marchandises.

• Surtout, les communications immatérielles ont connu une véritable explosion, qui permet à l'information et aux capitaux de circuler presque instantanément dans le monde entier. Le téléphone s'est popularisé dans la première moitié du XXe siècle et généralisé dans la seconde, les transmissions sans fil (radio, télévision, etc.) datent des années 1920-1930 ; l'essor de la communication numérique (Internet, etc.) constitue l'un des aspects essentiels de la révolution informatique, qui s'est amorcée au milieu du XXe siècle, mais qui a véritablement touché le grand public dans les années 1980 et 1990.

5. La mondialisation touche-t-elle d'autres domaines que l'économie ?

L'explosion des échanges ne concerne pas seulement les marchandises, mais aussi les modes de vie, les modèles culturels.

• Les modes de vie s'uniformisent. Les sociétés prémodernes sont ainsi de plus en plus marginales et menacées ; c'est vrai des peuples nomades, des groupes de chasseurs-cueilleurs, mais aussi des paysanneries traditionnelles. La moitié des 6 000 langues parlées sur Terre sont en voie de disparition. Les classes moyennes, en forte expansion dans le monde entier, tendent à avoir les mêmes goûts, à consommer les mêmes choses.

• La culture aussi se mondialise : ainsi, les industries cinématographique et musicale américaines fabriquent des produits vendus et appréciés dans le monde entier. Les médias tendent à se ressembler. Les valeurs occidentales, par exemple en matière de mœurs et de rapports entre sexes, se diffusent dans une partie importante du tiers-monde et de l'ancien bloc communiste, à l'exception majeure du monde musulman où elles sont largement rejetées.

• Enfin, l'humanité est de plus en plus mobile : de plus en plus d'êtres humains quittent leur région de naissance et voyagent de plus en plus loin pour chercher du travail ou pour fuir la pauvreté et l'oppression : l'immigration est l'un des casse-tête du monde développé et les réfugiés pèsent sur de nombreuses régions du tiers-monde. Dans le monde développé, le tourisme de masse concerne des destinations de plus en plus lointaines.

6. Va-t-on vers une société de l'information ?

• Dans un monde où il faut gérer des relations de plus en plus complexes avec des interlocuteurs de plus en plus nombreux, prendre des décisions de plus en plus nombreuses dans un temps réduit, être informé est une nécessité cruciale. Parmi les aspects essentiels de la révolution des communications, figure la mondialisation de l'information, amorcée par l'apparition des satellites de télécommunications dans les années 1970 et symbolisée par les chaînes américaines de téléinformation comme CNN, révélée par la première guerre du Golfe en 1991.

• L'information passe aussi par l'éducation : de plus en plus, le niveau d'insertion dans l'économie moderne dépend du niveau d'éducation. Dans la Déclaration universelle de 1948, l'ONU fait du droit à l'éducation un des droits de l'homme. La plupart des pays font un gros effort dans le domaine éducatif : ainsi, dans les années 1980, la France s'est donnée pour objectif d'amener 80 % des jeunes au niveau du baccalauréat. Au total, le niveau d'instruction de l'humanité a nettement progressé ; l'analphabétisme recule rapidement.

7. La mondialisation s'accompagne-t-elle de mutations sociales majeures ?

• L'humanité s'urbanise massivement : depuis 2000 environ

...

Télécharger au format  txt (12.7 Kb)   pdf (115 Kb)   docx (10.2 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com