DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Dissertation : L'Ecole Favorise-T-Elle L'Egalite Des Chances ?

Dissertations Gratuits : Dissertation : L'Ecole Favorise-T-Elle L'Egalite Des Chances ?. Rechercher de 49 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 6

ssification de l’école avec la création de nouveaux BAC. Les femmes sont tout de même en nombre restreint dans les filières prestigieuses, ceci est peut-être dû à l’éducation qu’elles ont reçu et au milieu de socialisation dans lequel elles ont grandi. (Par exemple, on leur a toujours dit que les emplois qualifiés sont destinés aux hommes). Cependant on peut voir une augmentation du nombre de femmes dans les emplois qualifiés comme nous le montre le document 2. En 1980, 28% des docteurs étaient des femmes alors qu’en 2000 elles représentaient 42%. Soit une augmentation de 14 points.

B) Des mesures de réduction des inégalités scolaires

Malgré tout, des inégalités persistent et c’est ce que veut réduire le ministère de l’Education nationale en bannissant la discrimination positive, le fait d’utiliser des mesures qui permettent de corriger une inégalité considérée comme injuste en favorisant un groupe social. Pour cela, il va dès la rentrée 2006, envoyait des élèves de l’Ecole normale supérieure (l’une des plus prestigieuses des grandes écoles) dans des lycées de banlieue parisienne et de province afin de donner aux élèves de toutes catégories sociales, le goût du savoir et des études. Ces élèves bénévoles et volontaires ne feront preuve d’aucune discrimination puisqu’ ils s’adresseront à l’ensemble de la classe.

Selon M.Canto-Sperber, ce n’est pas le milieu social dans lequel grandit l’individu qui est décisif pour sa vie future, du moment qu’il a la volonté de réussir et que les enseignants sachent diffuser aux élèves le désir d’apprendre par le suivi personnel et par la force de l’exemple.

Depuis les années 1980, l’école a connu une « démocratisation » ainsi qu’une «massification ».En effet, la proportion des bacheliers en France a augmenté de 37 points, passant de 25% en 1980 à 65% en 2008. De plus la scolarité des femmes a connu une évolution importante. Malgré cela des inégalités subsistent, telles que la présence minime de femmes dans les emplois qualifiés, ainsi que les inégalités en rapport avec les milieux sociaux dans lesquels vivent les individus.

Nous allons voir que même si l’école et la réussite scolaire ont évolué depuis les années 1980, certaines inégalités demeurent.

II) Mais l’école continue d’opérer les modes de sélection qui freinent l’égalité des chances

Même si l’école s’est démocratisée à partir des années 1980, l’égalité des chances n’est toujours pas présente. C’est pour cela que l’école continue d’opérer des modes de sélections. Nous allons nous intéresser aux raisons pour lesquelles l’inégalité des chances demeure.

A) L’inégalité des chances persiste à l’école

Dans le document 4, nous pouvons voir que le rôle des diplômes des parents et surtout celui de la mère compte dans la probabilité d’obtenir le BAC. En effet, d’après l’INSEE, la probabilité d’obtenir le BAC pour les enfants dont la mère a au moins un BAC+3 est de 97.5% contre seulement 33% pour les mères n’ayant aucun diplôme. Les garçons réussissent moins le BAC que les filles avec 57,5 % de réussite pour les garçons contre 67,8% pour les filles. Nous pouvons établir un lien de cause à effet entre le chômage durable du père et l’obtention du BAC. En effet, la probabilité d’obtenir le BAC avec un père qui est en situation de chômage durable est de seulement 43,2% contre 63,4% si le père n’est pas au chômage. C’est pourquoi nous pouvons dire que la situation d’emploi des parents joue un rôle important dans l’obtention du BAC de leurs enfants. De plus dans le document 6, on remarque que les enfants des catégories supérieures ont une meilleure réussite scolaire que les enfants des catégories populaires. Ces inégalités se cumulent tout au long de la scolarité et c’est au sein des filières longues et prestigieuses que les inégalités sont les plus importantes. D’après Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche 2005, ministère de l’Education nationale, 39% des étudiants de doctorat sont des enfants de professions libérales ou de cadres supérieurs.

B) Les raisons de l’inégalité des chances scolaires

Pour rendre le système éducatif équitable et donc pour réduire les inégalités scolaires, l’Etat a crée des politiques de compensation territorialisées et notamment les zones d’éducation prioritaires, ZEP. Cependant les ZEP n’ont pas eu les effets attendus dans la réduction des inégalités scolaires puisqu’il n’y a eu aucune progression supérieure aux établissements hors ZEP. Ce résultat est dû au manque de moyens financiers et à la stigmatisation des établissements par les familles, élèves et enseignants. Tout cela augmente la fuite de ces établissements par les familles plus aisées, ce qui crée une image négative des ZEP. De plus, Pierre Bourdieu nous explique que l’école favorise la reproduction sociale. De même que les différentes classes sociales comme les classes dominantes, entrainent des inégalités à l’école. On peut donc dire que les inégalités scolaires

...

Télécharger au format  txt (8.5 Kb)   pdf (87.4 Kb)   docx (7.9 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com