DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Fiche de lecture : La République de Platon

Fiche : Fiche de lecture : La République de Platon. Rechercher de 53 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  12 Mai 2024  •  Fiche  •  2 694 Mots (11 Pages)  •  38 Vues

Page 1 sur 11

La république

Introduction

le cadre dramatique et les personnages du dialogue

“ la république est profondément dramatique”

dans cet ouvrage platon a voulu “exploiter les tensions entre l’acceptation des valeurs traditionnelles et le nouvel intellectualisme”

Le cadre “dramatique” de l'oeuvre est donc là pour montrer cette tension

les personnages

le vieillard céphale : illustre la dramatisation et est le représentant de la culture tradi

thrasymaque: joue le rôle du contradicteur et est le représentant des sophistes

Adimante et glaucon occupent le rôle de deux amis discutant amicalement avec socrate.

Socrate:est dans cet ouvrage le personnage principale, celui qui présente sa thèse ( il est le maître du jeu)

La place de la république dans l'oeuvre de platon

La république s’inscrit dans la lignée d’un ensemble d'ouvrages. cet ouvrage est très probablement un ouvrage annonciateur d’un trilogie inachevé : “Thimé”

l’on peut présente la parenté de l'oeuvre sous deux angles différents:

le premier le plan historique

le second est le plan métaphysique

livre 1

le thème: la justice et ses conceptions traditionnelles

le problème qu’il traite : faut il être juste / qu’est ce que la justice

La réflexion débute avec céphale et son fils polémarque s’interrogeant tout deux sur les origines de la justice

La première hypothèse formulée est celle que la justice est de “dire la vérité et de rendre ce que l'on a reçu”

A cela socrate répond que cette définition du juste est fausse. il explique cela en prenant l’exemple devant rendre une arme prêté par son ami; ami étant entre temps devenu fou.

Par la suite thrasymaque intervient :

Lui considère que la justice n’est autre chose de ce qui est avantageux au plus fort ( ici le plus fort étant les gouvernement) , puis il affine sa réflexion en affirmant que l’injustice est plus profitable que l'injustice

“ l’homme juste est en tout circonstance placé dans une position inférieur a l’homme injuste” p100 , “

l’injustice quand elle se développe suffisamment est plus forte , plus libre et plus souveraine que la justice”p100

Socrate en montrant qu’il existe une fonction propre à l'âme affirme que se sont les “âmes mauvaises qui gouvernent mal” et réciproquement

Livre 2

le thème : l’apparence de la justice chez les hommes

le problème qu’il traite : faut il être juste indépendamment du regard des autres, autrement dit peut on être juste pour être juste

Ici socrate souhaite savoir “ ce qu’est chacune justice et injustice et quels pouvoirs chacunes possèdes pour elles même et par elle même” p122

Ainsi il va passer en revu “ l’argument de thrasymaque” et va présenter sa vision de la justice

Il débute par présenter la justice comme “l'édition de loi et de convention” p 123 déterminé par les hommes qui ont “subi l’injustice”

Puis dans un second temps socrate va montrer que le peuple de la justice contre leurs volonté ( ils sont contraint de faire le juste).

Pour montrer cela, il va utilisé le mythe de chrysès. Grâce à ce mythe il montre que les hommes ne font pas le juste parce qu’il le veulent mais parce qu'ils leurs ont moins avantageux de faire l’injuste. Ils sont justes par faiblesse et par impuissance.

De plus socrate affirme que certains homme agissent de manière juste pour satisfaire leurs réputation p134

A la suite de cela, Socrate va comparer l'âme à une cité. L’objectif ici est de comprendre le fonctionnement d’une cité pour mieux comprendre le fonctionnement de l âme

Socrate va affirmer qu’une cité a pour dessein de “ satisfaire les besoins nécessaires”, en ajoutant la nuance qu’elle doit faire plus que de satisfaire ces besoins : “ car la cité, celle que nous avons décrite : la cité saine ne suffit plus, il faut la remplir d’une multitude de gens” p 144

Se crée alors la cité du luxe”. Mais cette cité du luxe en étant en permanence à la recherche de nouveau bien engendre la guerre “ car le pays qui à l'origine suffisait jusqu'alors a nourrit ces habitants, deviendra trop petit” P144

Ainsi seule la guerre permettra d'acquérir ces ressources manquantes “ ne faudrait il pas découpé à notre usage une partie du territoire voisin” P 145

La discution se poursuit sur le sujet des gardiens de la cité et de leurs éducation.

Une réflexion longue qui mérite selon eux “ un travail préliminaire pour saisir le but ultime de nos recherches : comment le justice et l’injustice adviennent dans la citée”

Ainsi les gardiens recevront une éducation spécifique

l'éducation du corp

l'éducation de ‘esprit

Socrate suggère donc l'apprentissage de la musique et de la gymnastique:

“il faut d'abord assurer cette formation par la musique (..) et par la gymnastique”

livre n3

thème: l'éducation des gardiens:

problèmes: comment éduquer les futurs gardiens de la cité

Cette réflexion fut brièvement abordé à la fin du livre 2, le livre 3 est donc la suite plus approfondi de celle ci

Socrate débute par l’idée d'exercer une contrôle sur ceux “qui entreprennent de conversé sur le sujets mythiques” p 163, parceque que ces traits ne sont “d’aucune à utilité à ceux qui s'apprêtent à devenir des hommes de guerre” p 164

Socrate développe l’idée que la poésie n’est pas bonne dans l’éducation de gardiens parce qu'elle ferait la promotion des lamentations et de la faiblesse:

“ces passages(..) plus ils sont poétiques moins ils conviennents aux oreilles des enfants et des hommes” P 165

“Ainsi nous auront raison de supprimer les lamentation funèbres” p165

Il y a l'idée ici d’une véritable censure. Censure qui sanctionne le fait de rire, qui provoquerait selon socrate la violence : “la modification de rire provoque aussi la violence” p 168

la vérité est au centre de l’éducations des gardiens:

“il faut accorder beaucoup d’importance à la vérité” p 168

“Si on prend quelqu'un à mentir dans une cité (..) on le châtiera”p 169

Après avoir discuté sur l’éducation de gardiens, c’est la question de leurs sélection en tant que chef qui est abordée.

Socrate explique bien que “ ce sont parmi ces hommes eux même” seront choisi “ceux qui commanderont et ceux qui seront commandé” p205

Pour la sélection de ces hommes une liste de critère est alors établi

l’ancienneté “ les plus vieux se doivent d'être chefs”p205

l'excellence “il doit d’agir des meilleurs d’entre eux” P205

Leurs engagement personnel ; “ ils se doivents d'être soucieux du bien de la cité” et “ de faire ce qui se présente comme le bien supérieur de la cité” P 206

livre

...

Télécharger au format  txt (17.6 Kb)   pdf (71.7 Kb)   docx (20.9 Kb)  
Voir 10 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com