DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

L'Empire Austro-Hongrois.

Mémoire : L'Empire Austro-Hongrois.. Rechercher de 37 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  4 Mai 2012  •  3 019 Mots (13 Pages)  •  110 Vues

Page 1 sur 13

...

de empereurs d'Autriche. Transleithanie notamment la Hongrie, la Transylvanie, la Croatie, et une partie de la côte dalmate. Il devait être gouverné par des monarques Habsbourg en leur qualité de rois de Hongrie. La Croatie a eu un statut spécial et a permis une certaine autonomie, mais été subordonnée à Transleithanie, qui a également nommé le gouverneur croate.

Le drapeau de l’Autriche-Hongrie

L'Autriche-Hongrie était le plus bel exemple d'un État multinational en Europe, mais, sur les quatre principaux groupes ethniques (les Allemands, les Hongrois, les Slaves et les Italiens) seuls les deux premiers on été de partenariat à part entière. La couronne des Habsbourg de la Bohême a été ostensiblement omise dans la réorganisation. Ainsi que les deux parlements élus indépendants, la Cisleithanie et la Transleithanie, pour délibérer sur les affaires intérieures et avait ministères indépendants. Un cabinet de commande commune, composée de trois ministres, tels comme le Ministre de relations étrangères, de la défense, et des finances. Il était responsable de l'empereur-roi et les délégations de 60 membres chacun (choisi par les deux parlements), qui s'est réuni pour discuter des affaires courantes. Les forces armées régulières étaient sous le commandement unifié et la monnaie était uniforme dans tout l'empire, mais il y avait des régimes douaniers distincts.

Organisation du pouvoir politique dans l’Empire austro-hongrois de 1867 à 1918

La création de l'Autriche-Hongrie en 1867

Les régions d'Autriche (Cisleithanie) à la suite du compromis austro-hongrois de 1867 :

1. Royaume de Bohême

2. Margraviat de Moravie

3. Duché de Silésie


4. Royaume de Galicie-Lodomérie


5. Duché de Bucovine


6. Voralberg


7. Principauté comtale du Tyrol


8. Duché de Salzbourg


9. Duché de Carinthie


10. Archiduché de Haute-Autriche


11. Archiduché de Basse-Autriche

12. Duché de Styrie

13. Duché de Carniole

14. Littoral (Küstenland : Gorizia, Gradisca, Trieste et Istrie)

15. Royaume de Damaltie

16. Bouches de Cattaro (Kotor)

Politique intérieure: Diviser pour régner

La force de la Double Monarchie résidait dans son immensité, sa quasi-autosuffisance économique, et ses possibilités de relations commerciales entre la frontière suisse et aux Carpates. Sa faiblesse était moins dans sa diversité ethnique que dans le traitement inégal accordé à ses minorités dans l'esprit de "Diviser pour régner." Parmi les slaves, les Tchèques et les Serbes étaient les plus mécontents. Les efforts du ministre Eduard Taaffe pour satisfaire les demandes tchèques ont échoué. La minorité italienne a été vécue par la cause nationaliste italienne. Les Roumains de la Transylvanie avaient des griefs amers contre leurs maîtres hongrois.

Comme les mouvements nationalistes ils ont gagné de pouvoir au sein de l'empire, ils ont élargi leurs exigences de l'autonomie culturelle à l'indépendance pleine et finalement brisé la monarchie. Ces mouvements existaient non seulement dans les provinces opprimées, mais aussi parmi les extrémistes hongrois, qui voulaient l'indépendance totale, et les pangermanistes autrichiennes, qui prônaient l'union de langue allemande en Autriche avec l'Allemagne. Le plus grand danger pour la monarchie était probablement le panslavisme, propagé de la Serbie et encouragée par la Russie parmi les Slaves du Sud.

Politique étrangère

L'Autriche-Hongrie au début se réconcilia avec l'Allemagne et rejoint la Ligue des trois empereurs. Lors du Congrès de Berlin en 1878, comte Andrássy, le ministre des Affaires étrangères, a obtenu un mandat sur la Bosnie-Herzégovine. En 1879, il entra dans une alliance avec l'Allemagne, qui été également rejoint par l'Italie en 1882. La formation de la Triple-Entente (France, Angleterre, Russie) pour s'opposer à cette alliance a conduit à une situation diplomatique tendue qui a précédé la Première Guerre mondiale. La politique étrangère de Graf von Aehrenthal a conduit à la crise bosniaque de 1908-9, et les demandes téméraires que son successeur, Graf von Berchtold, fait à la Serbie après l'assassinat de François-Ferdinand a contribué à précipiter le cataclysme.

Alliances militaires en 1914

La chute de la Cacanie

La révolution hongroise de 1848 a commencé avec des manifestations pacifiques dans les villes de Pest et Buda, exigeant le gouverneur impérial à accepter leurs conditions de gouverner l'Etat. Beaucoup de révolutions ont eu lieu au cours de la même année dans les zones des Habsbourg.

Les Magyars ont combattu les forces combinées des minoritaires Serbes, Croates, Roumains et Slovaques, qui ne voulaient pas la domination hongroise. Initialement, l'Autriche a accepté les demandes hongroises d'autonomie, sous la menace d'une révolution dans le cœur de l'empire, Vienne. Toutefois, lorsque l'empereur Ferdinand Ier a été remplacé par son neveu François-Joseph, les forces autrichiennes se retourna contre les rebelles hongrois et les écrasa. Archiduc Albrecht de Habsbourg était proclamé souverain du Royaume de Hongrie, connu pour sa germanisation de la population, avec l'aide des officiels tchèques.

A cause de nombreux problèmes non résolus, ainsi que les questions internes et externes, les réformes étaient inévitables afin de sauver l'Empire des Habsbourg. Les militaires ont forcé l'empereur à entreprendre des réformes internes. Dans le compromis austro-hongrois de 1867, l'empereur a conclu un accord avec la noblesse hongroise, représentée par Ferenc Deák, ce qui porterait sur un partenariat de longue date entre l'Autriche et la Hongrie monarchique.

L'Empire a été structuré en deux parties autonomes, de la plupart de la moitié ouest de la région (Autriche d'aujourd'hui) et le Royaume de Hongrie. Les deux territoires étaient gouvernés séparément avec un gouverneur commun mais unifiée militairement et économiquement. Le premier ministre du nouveau royaume était le comte Gyula Andrássy. La Constitution hongroise a été rétablie et Franz Joseph est devenu roi de l’Hongrie. La première étape dans la restauration de l'autonomie de l’Hongrie a été suivie par la réforme d'un autre Etat, la Croatie.

Diplomates hongrois ont conservé une forte influence sur l'état politique de l'Empire, et ont réussi à aider les Tchèques et les Slaves du Sud. À la fin du siècle, les développements politiques bigarrés des deux régions a fait une monarchie avec un état politiquement ferme, même si des tentatives infructueuses ont été faites pour mettre la double monarchie en une confédération.

En dehors des conflits l'allemand-hongrois et tchèque-magyares, les problèmes au sein de la monarchie se sont dégénérés. La population non-Magyar grandissait, ainsi que les attitudes nationalistes des Roumains, Serbes et Slovaques. Les Magyars dans le royaume ne représentaient que quelque 50 pour cent de la population du pays, tandis que les Roumains

composait environ 16 pour cent, 11 pour cent des Slovaques et 10 pour cent des Allemands. Malgré les problèmes politiques, l’Hongrie vu un développement économique impressionnant. L'ancien Royaume de Hongrie sous-développés devient un pays moderne, industrialisé à la fin du siècle, même si l'agriculture a resté la plus grande partie de son économie. Une grande partie du système administratif de la Hongrie moderne, ainsi que les institutions étatiques, ont été mises en place durant cette période.

Les nationalités dans l’Empire austro-hongrois

Le Parlement de Vienne (Reischrath) en 1917

Conclusion

A partir du Congrès de Vienne en 1815, l'empire autrichien a conduit la politique européenne jusqu'en 1848, a défendue la monarchie absolue et l'Ancien Régime contre le libéralisme et le nationalisme de plus en plus en vogue. Simultanément, il a tenté d'empêcher la réunification allemande, en imposant sa volonté à la Confédération allemande à travers de la manipulation politique des dynasties locales. Toutefois, à partir de 1848, la Prusse, a retiré l'Autriche des destinations allemandes, la battant dans le Sadowa en 1866. D'autre part, l'Empire d'Autriche a été confronté à des rébellions internes des tchèques et hongrois. Compte tenu de cette

...

Télécharger au format  txt (20.9 Kb)   pdf (247.3 Kb)   docx (15.7 Kb)  
Voir 12 pages de plus »