DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Qu'Est-Ce Que La Chanson Française? - Une Tentative De Réponse... (Barthelémy Wijffels)

Commentaires Composés : Qu'Est-Ce Que La Chanson Française? - Une Tentative De Réponse... (Barthelémy Wijffels). Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 9

:

Charles Aznavour, le chanteur français vivant le plus connu aujourd’hui dans le monde, dit par exemple à ce sujet : « C’est ce (le texte) qui fait sa personnalité propre. Je ne dis pas que la musique n’a pas d’importance, mais on a pu mettre toutes sortes de rythmes sur la chanson française sans jamais lui faire perdre ce qui constitue son originalité profonde. Il est bon d’être imprégné d’une musique mondiale, mais notre personnalité française reste présente dans l’importance accordée au texte. »

Jean-Jacques Goldman se veut plus explicite encore : « À court terme, fondamentalement, c’est la musique qui fait le succès d’une chanson. Mais, à long terme, c’est le texte… Le texte, aussi, qui fait la fidélité à un chanteur. Bien après la chanson, c’est en relisant le texte qu’on n’a pas honte du plaisir pris avec la musique. »

Quand on parle de ‘chanson française’ presque tout le monde pense à la chanson dite classique, la chanson de cabaret parisienne des années 50 ou 60 (Mistinguett, Charles Trenet, Jacques Brel, Yves Montand, Juliette Gréco, Bourvil, Léo Ferré, Georges Brassens).

Quelques fragments :

Mon homme – Mistinguett

La mer – Charles Trenet

Avec le temps – Léo Ferré

Chanson pour l’Auvergnat – Georges Brassens

Pourtant, la chanson française a fait du chemin et reste tout à fait vivante : en gardant ses traits typiques –l’importance de la qualité des paroles, un mixage ‘français’ mettant un peu plus en l’avant la voix que dans les pays anglophones– elle se veut tout à fait moderne et suit l’air du temps. Les mauvaises langues diront que ‘la chanson française’ a été assimilé par les influences musicales dû à la dominance de la culture anglo-saxonne. Quoi qu’il en soit, on peut constater que la notion de ‘variété française’, souvent synonyme de chanson française, gagne du terrain pour mieux coller sur l’image de plus en plus divergente de la production musicale francophone.

Le DICOZIK, un dictionnaire en ligne, propose comme définition de ‘Variété française’ la suivante :

La variété puise ses influences dans d'autres styles (pop, rock, hip hop, electro,...) pour en donner une version plus accessible. Elle est le pendant français du terme américain pop (abréviation de popular, populaire en anglais) et s'adresse à un public très large. La variété francophone a toujours été au sommet des classements hexagonaux. (…) Son succès repose sur des artistes aux personnalités et aux voix marquantes. (http://www.mcm.net/dico/)

Bien qu’il y ait de nombreuses exceptions pour confirmer la règle, il est tout de même possible de décrire le profil type d’un artiste de variété, ‘faisant’ de la chanson française. Il s’agit d’un artiste s’exprimant en français, accordant beaucoup d’importance à ce que transmettent ses textes, dont les musiques servent à illustrer l’atmosphère, les images véhiculées ; qui ne se limitera pas à un style particulier, mais qui ira plutôt à la recherche de musiques aptes à transmettre le contenu, sachant toucher les gens, qu’il s’agisse de musique classique, folk, jazz, blues, rock, pop, rap, R&B ou autres. Ses textes traitant des thèmes de la vie de tous les jours, l’artiste se verra ‘confirmé’ par le fait que ses chansons acquièrent une place dans la société, dans la vie, dans la tête des français.

Moins un artiste répond à ce profil, plus il a de chances de se voir classé dans les rayons plus spécifiques. Ainsi, dans plusieurs magasins, vous trouverez une chanteuse comme Nadiya (et c’est parti) plutôt sous ‘R&B’ -à cause de son appartenance à un style spécifique, sans trop de variation- et Khaled, qui avant avait sa place dans le rayon ‘musique rai’ s’est vu ‘promu’ et a gagné sa place dans le rayon ‘variété française’ depuis ses quelques tubes, écrits par un parolier de renom. De même, un artiste de variété touchant un peu à tous les genres, pourra tout d’un coup sortir un album très rock sans avoir à déménager du rayon ‘variété’ à celui du rock.

Quelques fragments :

Et c’est parti – Nadiya

Aïcha - Khaled

Dans les métiers de la chanson, les ACI (auteur-compositeur-interprète) occupent une place privilégiée puisqu’ils (ou elles) prennent pour leur compte la création entière de leurs chansons et souvent leurs imperfections sur le plan technique sont compensées par le tout l’univers personnelle qui se dégage de leurs œuvres. On pourrait dire qu’ils créent les ‘chansons françaises’ les plus typiques. C’est la raison pour laquelle j’accorderai, plus loin, un peu plus de temps à quelques ACI actuels.

Quelques exemples : Georges Brassens, Georges Moustaki, Michel Berger, Michel Balavoine, Jean-Jacques Goldman, Francis Cabrel, Pascal Obispo, Zazie…

Pour Michael Jones et Guy Béart, tout acte de création est un acte d’engagement. On pourrait toutefois suggérer qu’en France, les chanteurs (et surtout les ACI, auteurs et paroliers) bénéficient d’un statut particulier : on les comptera plus facilement parmi les ‘intellos’ du pays que dans d’autres pays. Par exemple, si l’on regarde la liste des ‘100 plus grands Français de tous les temps’, on observe que dans cette liste ne figurent pas moins de 21 chanteurs : Bourvil (7è), Edith Piaf (10è), Georges Brassens (12è), Daniel Balavoine (19è), Serge Gainsbourg (20è), Charles Aznavour (29è), Yves Montand (30è), Johnny Hallyday (34è), Claude François (36è), Charles Trenet (43è), Michel Sardou (45è), Henri Salvador (52è), Jean-Jacques Goldman (53è), Yannick Noah (56è), Dalida (58è), Francis Cabrel (65è), Renaud (73è), Gilbert Bécaud (86è), Jean Ferrat (88è), Tino Rossi (92è), Serge Reggiani (98è).

Aux Pays-Bas, seulement 3 chanteurs figurent sur la liste des ‘100 plus grands’, en Allemagne 5. En Angleterre on trouve +/- 9 chanteurs dans la liste, ce qui est peu si l’on tient compte du rayonnement mondial de la musique anglophone. Les Belges ne sauront pas avant le 17 octobre quel est le plus grand belge de tous les temps –vous avez encore tout juste le temps de vous profiler- mais parmi les 100 nominés ne figurent que 3 chanteurs (et aucun d’expression néerlandaise).

À cette situation bien spécifique pour la France, s’ajoute que la ‘chanson française’ est de loin plus populaire (et cette tendance ne fait que s’accentuer au fil des dernières années) que le sont par exemple chez nous les chansons flamandes. En France, 60 % du chiffre d’affaires de la vente de disques est réalisé par la variété française. En 2003, parmi les 10 singles et albums les plus vendus, 8 sur 10 singles et 6 sur 10 albums étaient francophones. La France arrive ainsi au premier rang européen et au troisième rang mondial dans la comparaison de la part du chiffre d’affaires qui est réalisé par les répertoires locaux.

La chanson est-elle alors une nouvelle preuve du chauvinisme français ? Est-ce que les quotas de chansons françaises, imposés par la loi aux radios généralistes aux heures de forte écoute (40%), n’en forment pas le point culminant ? On peut se le demander.

Mais combien, la chanson française est-elle littéralement française (de France) et non pas francophone ? On observe quelques grands de la chanson française…

- Alain Souchon est né au Maroc.

- Patrick Bruel est né en Algérie, sous le nom de Patrick Benguigui.

- Yves Montand, est né en Italie sous le nom de Ivo Livi.

- Georges Moustaki, né en Égypte sous le nom de Joseph Mustacchi.

- Georges Brassens est immigrant Italien de la deuxième génération.

- Francis Cabrel (Cabrelli) l’est également.

- Les parents de Charles Aznavour, né Varinag Aznavourian, étaient arméniens.

- Le père de Jean-Jacques Goldman, Alter Mojze Goldman, est

...

Télécharger au format  txt (13 Kb)   pdf (118.8 Kb)   docx (11 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com