DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Quelle place accorder aux pensées abstraites ?

Dissertation : Quelle place accorder aux pensées abstraites ?. Rechercher de 49 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  22 Novembre 2021  •  Dissertation  •  1 993 Mots (8 Pages)  •  13 Vues

Page 1 sur 8

Quelle place accorder aux pensées abstraites ?

   Dans la langue courante, on qualifie d’abstrait (et c’est souvent de façon péjorative) un propos vague, peu compréhensible et surtout très éloigné de la réalité. On considère au contraire comme concrets des propos, des gestes, dont le lien avec la réalité est immédiatement perceptible, et qui s’ancre dans la réalité immédiate.

En philosophie, l’abstrait est le résultat d’une opération d’isolement, par analyse, d’un ou plusieurs éléments du tout dont ils font partie, de manière à les considérer en eux-mêmes et pour eux-mêmes.  Par exemple, une partie de tennis est quelque chose de concret, mais le tennis en lui-même est quelque chose d’abstrait, et nous permet de penser à un concept précis, ici le tennis.

Ici, le sujet nous invite à réfléchir sur la PENSÉE abstraite. Cette dernière résulte d’un processus mental, et nous permet de construire des hypothèses, de créer, d’imaginer, ou d’innover contrairement à la pensée concrète, qui se contente de constater des faits et des objets tangibles. Ces deux termes sont donc différents, voire mêmes contraires, et pourtant, la pensée humaine les utilise obligatoirement tous deux, car ces derniers ne peuvent exister l’un sans l’autre, il n’y a pas d’abstrait s’il n’y a pas de concret et inversement.

Ayant de multiples rôles, quelle place devons-nous accorder aux pensées abstraites ?

Nous pouvons d’ailleurs nous demander, quelle place pouvons-nous accorder aux pensées abstraites, par rapport, au contraire, aux pensées concrètes ? Une place plus importante, moins importante, ou égale ?

C’est ce que nous tâcherons de voir à travers trois parties distinctes, en évoquant en premier lieu que les pensées abstraites, si nous les considérons par rapport aux pensées concrètes, n’ont un rôle que très peu important, et apparaissent comme faibles. Ensuite nous verrons qu’elles sont au contraire très pertinentes et qu’il faut leur accorder une place importante, et enfin nous verrons finalement que la pensée abstraite et la pensée concrète, à travers une relation ambiguë, ne peuvent fonctionner l’une sans l’autre, laissant ainsi une place, semi-importante, à la pensée abstraite. (2min)

  1. Place nulle de la pensée abstraite

  1. Hegel et le fait que les pensées abstraites soient pour les incultes

  Hegel, fervent défenseur de la pensée concrète écrivait au XIXè siècle « Qui pense abstraitement ? L’homme inculte, non l’homme cultivé ».

Cette citation explique très bien quelles sont les pensées de Hegel, vis-à-vis des pensées abstraites. Elles sont donc pour lui, destinées à des personnes ne sachant pas réfléchir.

Pour lui, les pensées abstraites ont donc une importance qui est nulle.

Il développe d’ailleurs dans son texte « qui pense abstrait ? », un exemple expliquant sa thèse. C’est l’idée de l’assassin. Un assassin est conduit à l’échafaud pour être exécuté. Le peuple le méprise, et ne voit en cet H, qu’un simple assassin. Un connaisseur d’homme, quant à lui, tente d’expliquer, par le passé de l’assassin, des circonstances atténuantes, comme une mauvaise éducation, et des relations familiales difficiles. Le peuple ne comprend pas et reproche au connaisseur d’homme de défendre l’assassin. Ici, Hegel incrimine le peuple, expliquant que, penser abstraitement, c’est ne voir dans l’assassin, rien d’autre que cette qualité abstraite qu’il est un assassin, et détruire en lui, tout le reste de son humanité.

Pour Hegel, la pensée abstraite est donc réductrice. Mais pas que…

Alors que le premier exemple montrait qu’une seule qualité abstraite pouvait déterminer un individu, dans le second, une détermination se voit totalisée au point d’englober toutes les autres. En effet, dans le second exemple, Hegel présente une scène durant laquelle une servante reproche à une marchande que ses œufs sont pourris, et s’abandonnant à sa colère s’exclame « Quoi ? Pourris mes œufs ! Pourrie vous-même ! ». La marchande pense donc ici abstraitement et est incriminée car elle généralise le tout, car tout ce qui touche à la servante prend une forme pourrie.

Hegel accorde donc une importance minime à la pensée abstraite, qui est pour lui, trop englobante, ou trop réductrice.

  1.  Les empiristes : toute connaissance vient du concret : empiriste, expérience sensible…

Mais ce n’est pas le seul à penser de cette façon, au sujet des pensées abstraites. Des empiristes, pensent eux aussi que la pensée abstraite est restreinte.
La philosophie empirique, se base sur les sens, sur le concret, ce que l’on voit, ce que l’on sent, ce que l’on touche, ce que l’on goûte, ou ce que l’on entend, ce qui est donc totalement en contradiction avec la pensée abstraite.

Hume écrivit d’ailleurs « Il n'existe pas d'idée dans l'esprit humain qu'on ne puisse ramener à une sensation qui en est à l'origine », ce qui signifie, que la base de la connaissance, chez les philosophes empiristes, prend sa source dans la sensation, et forge donc une pensée concrète.

 

  1. Coté péjoratif de l’abstrait.

   Enfin, même de nos jours, l’idée de l’abstrait, possède une connotation assez péjorative. L’abstrait est assez mal vu.

 On lit parfois sur des copies, travail abstrait, pas assez approfondi etc.

La pensée abstraite a donc une connotation péjorative, car ce qui est concret, est perceptible par chacun, ce qui est abstrait l’est moins, et diffère selon les individus.

La pensée concrète étant perçue par les 5 sens, il est très aisé de la formuler dans notre esprit. La pensée abstraite, concerne des idées, des choses que l’on ne peut point toucher, c’est la raison pour laquelle, elle apparaît comme moins importante que la pensée concrète, car moins facile d’accès.

   TR :  Malgré le fait qu’elle soit difficile d’accès, la pensée abstraite ouvre un champ de réflexion immense, et il ne faut pas la négliger. C’est elle qui permet de parvenir à résoudre des problèmes mathématiques par exemple. Nous pouvons dire qu’elle est la pensée intelligible, s’opposant ainsi à la pensée sensible, qu’est la pensée concrète. C’est pourquoi, la pensée abstraite est très importante, et c’est ce que nous allons voir maintenant dans la seconde partie.

  1. La pensée abstraite est la pensée intelligible : donc très importante
  1. Utile en maths et en science

  En effet, la maîtrise de la pensée abstraite peut également être utile dans des domaines tels que les mathématiques ou les sciences, puisque le raisonnement sur ces matières nécessite le recours à la pensée abstraite. Cette pensée abstraite, nous permet de construire des hypothèses, en mathématiques, en sciences ou en physique, sans avoir besoin de tester ces hypothèses empiriquement, soit à l’aide des sens. La pensée abstraite est donc intelligible puisqu’elle permet la réflexion. Cette dernière nous permet de réfléchir sur des choses qui ne sont pas présentes dans le temps et dans l’espace, comme des symboles, ou des nombres que nous manipulons dans notre esprit. Elle est donc très importante, en ce point, pour ce qui est des mathématiques, ou des sciences, matières dans lesquelles la pensée abstraite est requise et est très importante.

  1. PLATON et l’accès à la connaissance


Pour Platon, la pensée abstraite est aussi celle qui est la plus satisfaisante. Dans l’Allégorie de la caverne, (accès à la vérité), si l’on sort de cette caverne, on découvre le monde intelligible, renfermant la vérité. La caverne représente le monde sensible, plein d’illusions, se portant sur des choses concrètes, ici des ombres projetées contre le mur de la caverne. Le monde extérieur à la caverne est donc le monde intelligible, qui est beaucoup plus satisfaisant, et qui porte sur des choses abstraites, comme le BEAU ou le VRAI par exemple. Donc, selon Platon, les pensées abstraites sont importantes, car elles pourraient permettre d’accéder à une vérité, et de sortir du monde des illusions, que serait ici, la pensée concrète.
L’accès à la connaissance, passe donc par la pensée abstraite, et par des idées abstraites, qui font partie du monde intelligible et non du monde sensible, comme les idées concrètes. Il faut sortir de son ignorance, ici la caverne, pour entrer dans la vérité, et ainsi penser abstrait.

...

Télécharger au format  txt (13.1 Kb)   pdf (112.6 Kb)   docx (276.2 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com