DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Le Poète Est-Il Le Plus Utilitaire Des Êtres

Recherche de Documents : Le Poète Est-Il Le Plus Utilitaire Des Êtres. Rechercher de 48 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 5

donner. Il décrit même le beau comme « une souffrance positive ». Nous remarquons donc à travers ces deux poèmes d’auteurs du XIXème siècle, que la poésie est associée également à d’autres formes d’arts, à la peinture par exemple comme nous venons de le voir. Mais elle peut être aussi associée à la chanson, car Venise par exemple fut repris par Gounot, car les strophes courtes du poème peuvent être considérées comme un refrain, et les nombreuses allitérations et assonances donnent une musicalité au poème. Le Pont Mirabeau de Guillaume Apollinaire fut également repris par de nombreux chanteurs, notamment par des chanteurs contemporains tel que Marc Lavoine, ce qui montre bien que ces poèmes sont intemporels.

Nous comprenons donc que les poètes sont des artistes à part entière. Ils jouent avec les mots pour créer un monde qui leur est propre et nous font transmettre leurs idéaux et fantaisies à travers leurs écrits. En lisant Venise par exemple, nous pouvons nous imaginer la ville et ses couleurs, les passants, les bateaux, tels que Musset les décrit. Dans Le Pont Mirabeau, nous nous imaginons parfaitement Guillaume Apollinaire se rendant chez sa maîtresse observant les eaux de la Seine. Nous allons donc maintenant démontrer dans une seconde partie que les poètes s’inspirent de la laideur du monde depuis le XIXème siècle.

Le XIXème siècle a été le siècle des innovations et des modernités. En 1889, la 10ème exposition universelle se déroule à Paris. Elle a pour thème « La Révolution Française ». C’est pour célébrer le centenaire de cet événement que la Tour Eiffel fut construite. Malheureusement, celle-ci est critiquée et Gustave Eiffel dû lui trouver une utilité pour la conserver, (elle fut aménagée comme station de radio qui servit par la suite lors de la Première Guerre mondiale, elle permis entre autre à intercepter les messages ennemis). Cependant, si bon nombre de personnes n’appréciaient pas cette « sculpture gigantesque », le poète Guillaume Apollinaire, lui, s’en servit comme source d’inspiration. Dans Zone notamment, du recueil Alcools. Dans ce poème, l’auteur utilise la métaphore pour associer la Tour Eiffel à une bergère et les ponts qui l’entourent à des moutons. Mais Apollinaire n’est pas le seul poète à s’inspirer de ce que les hommes rejetaient au XIXème siècle. En effet, de nombreux auteurs Romantiques avant lui, tel que Victor Hugo, s’inspirait de la laideur du monde. J’aime l’araignée et j’aime l’ortie en est un parfait exemple. Victor Hugo réalise dans ce poème un éloge paradoxal, il utilise un vocabulaire péjoratif du dégoût pour décrire ces deux éléments, et utilise l’anaphore pour renforcer cette idée. Mais nous comprenons au fil de ce poème que l’araignée et l’ortie désignent en fait les Romantiques. En effet, à cette époque régnait un conflit entre les Classiques et les Romantiques, dont la représentation de Hernani (pièce de Victor Hugo écrite en 1830) en est la preuve même. Victor Hugo se sentait donc incompris, comme l’araignée et l’ortie, et demande à ce qu’on l’aime car lui ne demande que cela. Charles Baudelaire, lui aussi, parle à travers ses poèmes d’un thème que les hommes n’évoquent pas, ou plutôt ne veulent pas évoquer : la solitude et le désespoir. Nous le remarquons dans nombreux de ses poèmes, notamment ceux présent dans le recueil Le Spleen de Paris. La Solitude, L’étranger ou encore Le Désespoir de la vieille font référence à ce sujet. Ils évoquent tout trois le sentiment d’être incompris, mal aimé et mal jugé, comme dans le poème de Victor Hugo J’aime l’araignée et j’aime l’ortie.

Les poètes s’inspirent donc non seulement de la laideur du XIXème siècle, mais aussi de ce que les hommes rejettent. Ils apprécient le laid car ils se retrouvent en cette valeur. Les poètes Romantiques ne sont pas appréciés et incompris, comme le laid.

Nous pouvons donc conclure que le poète a bien le don de transformer

...

Télécharger au format  txt (6.7 Kb)   pdf (76.2 Kb)   docx (7.3 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com