DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Commentaire De Texte Du Proces Verbal De La Promesse De Sacre De Philippe 1 Er ( 1059) La Palingénésie De l Institution Royale

Mémoires Gratuits : Commentaire De Texte Du Proces Verbal De La Promesse De Sacre De Philippe 1 Er ( 1059) La Palingénésie De l Institution Royale. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 9

l n était agé que de 7 ans. Il est sacre du vivant de son père, on parle donc d un sacre par anticipation tout comme son propre père Henri 1 er et son grand père Robert 2 le Pieux. Les carolingiens avaient pour habitude d associer leurs héritiers au trone, les capetiens s inspirent de cette tradition pour s assurer d une certaine pérennité et s inscrire dans une certaine continuité. Cette pratique installe définitivement le caractère héreditaire de la royauté en faisant passer sa dimension élective ( l electio) au second plan mais qui perdure avec le systeme d acclamation.

En définitive, nous verrons la force symbolique du sacre comme un gage de la puissance ecclesiastique ( I) avec le descriptif su sacre ( A) et la fonction du sacre comme etant un echange de bons procedes (B). Nous verrons que le proces verbal a une dimension politique (II) avec les prémices de l autorité royale (A) de plus, le texte a une visee avant tout politique (B).

I) Le sacre: gage d une puissance ecclesiastique et d une grande force symbolique

Le sacre fut magnifié dans sa signification car le roi une fois sacré avait des conditions à remplir vis a vis de l Eglise et elle meme avait à proteger le roi et son royaume (B) mais aussi dans ses rites car le sacre est une cérémonie pleine de symboliques (A).

A) Le sacre: description de la cérémonie

Tout d abord, le sacre a lieu dans l eglise Notre Dame à Reims, l archeveque apres avoir dit la messe et lu la lecture de l épitre, il se retourne vers le futur roi pour lui exposer le symbole de la foi catholique et lui demander s il y croyait et s il etait disposé a la defendre. En attendant sa réponse affirmative, la professio qui est la formule du serment royal lui est apportée. De cette professio, nait deux promesses; l une envers l eglise l autre envers le peuple. Vis a vis de l eglise, le roi promettait de respecter les privileges des ecclesiastiques et de défendre l eglise. Vis a vis du peuple, il leur promettait de les maintenir en paix avec l eglise ainsi que de combattre les inequités et de faire regner la loi et la justice et de lutter contre les héretiques. Ainsi, l archeveque proclamait l heritier au trone, car sans cette céremonie le roi ne serait pas roi. On procede donc a un electio. On assiste a un acclamatio des individus presents lors du sacre avec cette célebre phrase: " nous approuvons, nous voulons, qu il soit ainsi". De la, ce suit de nombreux rites: le roi etait oint avec le baume de la Sainte Ampoule, ensuite il est reveti d un vetement liturgique. Par la suite, on lui remet des insignes rappelant sa fonction et la place du ministère royal dans la hiérarchie. Le roi avait pour bague un anneau symbolisant l union entre l église et son peuple. Il possedait une épee gage de puissance mais aussi d un spectre qui caracterisait le pouvoir de commandement dans sa main droite. Dans sa main gauche, il tenait la main de justice qui symbolisait les punitions. Et pour finir cette liste des rites, le roi etait habillé d une couronne, embleme de la royauté.

B)Le sacre: échange de bons procédés entre l église et la royauté incarnée par le Roi

Le sacre tenait un caractere sacré, le roi possedait desormais grace au sacre un pouvoir venant de Dieu, un pouvoir dit thaumaturgique ( le roi etait capable grace à ce rite ,fait par un homme d eglise de faire des miracles). le sacre fut l isntrument privilégié de cette episcolpalisation de la royauté, ce principe vise à maintenir la royauté et la préserver contre un environnement qui lui est hostile voire meme indifferent. L eglise met sous sa tutelle le roi, ainsi l eglise a l ascendant sur le roi. de ce point de vue, le roi devient l egal d un eveque et ceci est montré dans les rites du sacre car les céremonies sont semblables...Le roi est desormais investi d une charge quasi ecclesiastique. De plus, le roi etant sacre e etant sous l influence de l eglise, le peuple etant subordonné au roi le suit dans ses influences ce qui tend à unifier les individus entre eux, ce qui pose moins de soucis d insecurité ou de conflits vis a vis de querelles etc...

Le fait que Gervais nous étaye la céremonie de cette manière nous montre qu il est autant un episcopus qu un comes c est à dire qu il est un éveque mais aussi un comte. Il est vassal du roi de France pour le comitatus. On peut ainsi affirmer qu il existe un double lien entre le Roi et l archeveque: un lien spirituel car il cacre le roi de France par l onction et un lien temporel vassalique pour des biens temporels en ce qui concerne le roi. On observe l importance de l appui des hommes d Eglise dans l accomplissement du ministère royal. Il faut savoir que le roi confie à l archeveque la charge d archilancier, c est à dire qu il devient le chef de la chancellerie ainsi il couvre la production de diplomes et actes royaux scellés par des notaires. L archeveque a desormais un role davantage important.

Ainsi, nous nous sommes rendus compte que la cérémonie du sacre était un étape essentielle au bon déroulement du règne du roi car sans cela le roi ne pourrait regner, car il n aurait pas les faveurs divines; Grace au sacre, le roi est doté d un pouvoir ce qui le place en union avec le spirituel; de ce fait l église est lié au temporel et a des fonctions qui dépassent les simples fonctions liturgiques. Mais le sacre et toute cette cérémonie ne retrace pas qu un fait marquant dans le vie de Philippe 1 er, ce sacre décrit dans un proces verbal a une autre portée.

II) La dimension politique du proces-verbal

Le fait que le sacre soit retracé dans un proces verbal dote la cérémonie d une dimension politique et non seulement spirituelle (B). Grace à ce rituel, on peut qualifier le retour de l autorité royale sachant qu à cette époque on assistait à une episcopalisation de la royauté (A).

A) les prémices de l autorité royale redorés grace au sacre

A partir du XI eme siecle, la politique de l Eglise visa à assimiler le roi à un éveque. L episcopalisation de la royauté permit de maintenir la royauté et de la préserver d un environnement qui lui était assez hostile voire meme indifférent alors qu il devait representer l ordre et la justice sur le territoire. Il faut savoir que le XI eme siecle marqua l apogée de la guerre privee et ce parce qu on assiste à un affaiblissement de la puissance royale. Les Grands dans cette situtation voulaient le pouvoir, en 1066 eclata une sorte de rebellion a l origine entrainé par le Duc de Normandie. Le roi etait menacé, l Eglise decida donc de le proteger et de le mettre sous tutelle, elle s assigna

...

Télécharger au format  txt (11 Kb)   pdf (102.9 Kb)   docx (9.4 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com