DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Dissert

Note de Recherches : Dissert. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 6

our pour lui-même]. PR c [Son égocentrisme transparaît à travers les nombreux pronoms à la première personne du singulier qu’il utilise : « je me », « moi seul » et « je veux » (v. 564-566) n’en sont que quelques exemples. Lorsqu’il expose à Junie les raisons qui l’ont amené à se désigner lui-même comme seul être digne de devenir son époux, il dit : « Je vous nommerais, Madame, un autre nom / Si j’en savais quelque autre au-dessus de Néron » (v. 573-574). Il reproche également à Junie ses sentiments pour Britannicus en s’étonnant « qu’elle ait consenti d’aimer et d’être aimée / Sans [qu’il] en [soit] instruit par la renommée » (v. 551-552). Néron est imbu de lui-même et veut tout contrôler : on comprend donc que l’exploit de séduire l’amante d’un rival et de plier quelqu’un à sa volonté l’intéresse plus que l’amour de la dame en question]. IS d [Ce trait de caractère explique qu’il ait recours à des propos violents, remplis de menaces et de jalousie lorsqu’il constate qu’il ne peut obtenir ce qu’il veut. Cette violence est pourtant tout le contraire de l’amour.] PR d [Juste après avoir avoué son envie envers Britannicus, il dit : « tout autre que lui me paierait de sa vie » (v. 660). Il semble alors que la violence de Néron pourrait faire une exception pour cette fois, mais Junie est vite détrompée lorsqu’il énonce la menace suivante : « Si ses jours vous sont chers, éloignez-le de vous » (v. 669). À l’aide d’une métaphore euphémisante (« ses jours »), Néron désigne la vie de Britannicus, qui pourrait être menacée si Junie continuait à lui accorder ses faveurs]. PT [ Junie se retrouve donc dans une position impossible : elle doit éloigner son amoureux et épouser une personne qu’elle n’aime pas. Dans ces conditions, on voit mal comment elle pourrait payer de retour les sentiments de son empereur]. (500 mots)

IP 2 [En effet, Junie ne partage pas l’amour que Néron dit éprouver pour elle]. IS a [Le fait même qu’elle soit vertueuse l’éloigne de la soif de pouvoir avec laquelle l’empereur tente de l’attirer] : PR a [« Je ne me flatte point d’une gloire insensée », répond-elle (v. 628). Sa vertu l’empêche également d’accepter qu’une épouse légitime soit reniée pour lui faire de la place : « plus ce rang sur moi répandrait de splendeur, / Plus il me ferait honte, et mettrait en lumière / Le crime d’en avoir dépouillé l’héritière » (v. 630-632). Le personnage confronte ici la splendeur à la honte, puis montre combien le crime est accentué par la lumière dans une antithèse qui montre bien que Néron ne lui ferait qu’une faveur au goût amer en la faisant accéder au trône]. IS b [Cependant, ce n’est pas uniquement son caractère qui fait en sorte qu’elle ne peut être sensible à la tentative de séduction de Néron, c’est aussi son vécu. Junie a connu beaucoup de souffrances à cause de Néron, que ce soit de façon directe ou indirecte]. PR b [Sa famille a été décimée sur les ordres d’Agrippine pour favoriser le règne de son fils : elle « vit presque en naissant décimer [sa] famille » (v. 612). Junie, ne cherchant pas à hérisser la colère de l’empereur, ne dispose plus que de cet euphémisme pour lui rappeler le meurtre de son père et de sa mère. De plus, son frère Silanus s’est suicidé parce qu’Agrippine a marié son amante Octavie à Néron. Et maintenant, Néron voudrait répudier Octavie pour épouser Junie?] IS c [Par ailleurs, Junie est déjà amoureuse de Britannicus, son compagnon d’infortune lui-même persécuté par le fils d’Agrippine]. PR c [« Ses honneurs abolis, son palais déserté, / La fuite d’une cour que sa chute a bannie, / Sont autant de liens qui retiennent Junie. » (v. 646-648) : les deux premiers vers de cette citation contiennent une gradation qui illustre les malheurs toujours plus grands qu’a vécus Britannicus. Le troisième vers montre l’empathie que Junie éprouve envers le jeune prince à l’aide d’une métaphore (« liens ») qui utilise une image physique pour désigner un attachement moral. Le cœur de Junie est déjà pris]. IS d [Enfin, Junie connaît si bien les ravages que peut faire Néron qu’elle le craint]. PR d [Néron le remarque dans cette réplique : « Vous vous troublez, Madame, et changez de visage. / Lisez-vous dans mes yeux quelque triste présage? » (v. 527-528). Effrayée en effet, Junie se montre très prudente dans sa façon de repousser les avances de l’empereur et, dans une tentative désespérée de détourner ses regards, elle lui fait voir toute la chance qu’il a d’être si puissant :

Tout ce que vous voyez conspire à vos désirs ;

Vos jours toujours sereins coulent dans les plaisirs :

L'empire en est pour vous l'inépuisable source ;

Ou, si quelque chagrin en interrompt la course,

Tout l'univers soigneux de les entretenir

S'empresse à l'effacer de votre souvenir. (v. 649-654)

Les mots en gras font tous partie du champ lexical du contentement : Junie apeurée flatte l’égo

...

Télécharger au format  txt (8.5 Kb)   pdf (87.3 Kb)   docx (8.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com