DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Le Progès Technique Est Il Un Facteur Déterminant De La Croissance

Dissertations Gratuits : Le Progès Technique Est Il Un Facteur Déterminant De La Croissance. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 9

s limites qu'on peut constater du progrès technique.

John Aloïs Schumpeter a cherché à établir un lien entre l'évolution des innovation et les cycles économiques, c'est à dire la croissance économique. Nous savons qu'avec le processus de destruction créatrice, la productivité peut, à court terme, détruire des emplois, mais à long terme, elle peut créer des emplois dans d'autres secteurs avec l'effet de déversement. Pour Schumpeter, des innovation de produits ou de procédés apparaissent, cela signifie que, dans le même temps, des entreprises vont se développer car elles bénéficient d'un monopole de fait alors que d'autres ne sont plus compétitives. Elles sont éliminés car leurs produits ou leurs procédés sont obselettes. Il y a donc une déformation de l'appareil productif à cause du progrès technique. La question est de savoir si cette destruction créatrice est facteur de croissance. Schumpeter distingue deux types d'innovations qui sont le progrès technique provoque un effet de productivité et fait la différence entre les innovations majeures et mineures. La destruction créatrice, selon Schumpeter, doit provoquer l'usure des innovations majeures qui vont entraîner la création d'innovation mineure et pousser d'autres entreprises à innover. Pour lui, la crise élimine les anciennes innovations et favorise l'apparition de nouvelles innovations. Par exemple le chemin de fer (innovation majeure) apparaît lors de la crise du XIXe siècle. Pour Schumpeter, le progrès technique est facteur de la croissance économique et facteur de crise. La crise des années 70 est la crise des entreprises fordiste. Toute les innovations qui on été faites dans le cadre du fordisme (électroménager, automobile,...) sont en crise à partir de 1973. Les industries doivent licencier. Mais par contre apparaissent de nouvelle entreprises dans le secteur de l'informatique. Dans le prolongement contemporain, nous allons étudier les théories de la croissance endogène. La recherche du profit dans le domaine privée un monopole temporaire (Iphone4, Mac Book) qui génère des gains élevés. Qui, aidé par le pouvoir entraîne une recherche fondamentale avec des coûts élevé, celui ci entraîne la découverte scientifique et après la recherche appliquée, c'est trois étapes sont la recherche et développement qui est source de croissance. Ensuite arrive le prototype et pour finir l’innovation. Tout cela est possible grâce à l'investissement dans le système éducatif qui est source de croissance future. « Il faut aussi un système d'enseignement qui donne la priorité à l'enseignement supérieur » (doc.6) pour accroître la recherche et développement et donc la croissance. « C'est l'innovation qui devient la force de la croissance » (doc.6). Les théories modernes de la croissance endogène ont réhabilité le rôle du Progrès technique dans la croissance. Il est donc endogène à l'activité économique. L'innovation est donc le progrès technique.

Nous allons donc maintenant voir la contribution du progrès technique à la croissance et ses limites. Les innovation misent en œuvre par les investissements ont favorisé le progrès technique et donc la croissance. Aux États-Unis, l'accroissement du facteur productivité globale des facteurs a contribué pour près de 1,65% à la hausse annuelle du taux de croissance de l'économie entre 2001 et 2006. (doc.1) ce qui prouve donc bien la contribution du progrès technique à la croissance économique. Or « Le moteur de la croissance, c'est l'innovation et ce qui favorise l'innovation, favorise la croissance »(doc.6) or l'innovation est le progrès technique donc celui ci est bien un facteur de la croissance économique. Le progrès technique pousse à se doter de système très différent, il permet la modernisation de l'économie d'un pays (doc.6) et rend les entreprises plus compétitive. Il peut être à l'origine de la création d'emploi avec l'exemple de Ford qui a crée le travail à la chaîne afin de réaliser des économies d’échelle : grâce à la standardisation, les pris ont baissés et la productivité a augmenté, d’où la hausse des salaires, une hausse de la demande, une hausse de la production et donc la création d'emploi. Le progrès technique, en apportant des gains de productivités à l'entreprise est facteur de la croissance économique car l’augmentation de la production entraîne des économies d'échelle réduisant le coût unitaire du produit et permettant d’accroître kk la demande des consommateur. Nous allons maintenant voir les limites du progrès technique car il peut entraîner la récession. Selon l'analyse néo-Keynésienne, le progrès technique est source obsolescence à un rythme rapide. Les entreprises, pour rester compétitive, sont amenées à investir de plus en plus. C'est à dire qu'elles doivent faire un amortissement accéléré. Les entreprises doivent s'endetter pour remplacer leurs machines, ce qui pèse sur la rentabilité. Plus l'innovation est rapide, plus le phénomène d’obsolescence est important. Face à cela, les entreprises doivent investir pour renouveler leur parc de production. Elles doivent donc amortir. Or comme elles doivent renouveler leur parc de production, très souvent, elles n'ont pas le temps d'amortir, ce qui pèse sur la rentabilité de l'entreprise. Elles n'ont pas le temps de récupérer les profits nécessaire. Ce ralentissement du progrès technique peut s'expliquer par la fin du rattrapage du progrès technique de la France par rapport aux États-Unis. Il faut un temps pour qu’immerge des innovation capables de relancer la croissance, ce même temps est un temps d'adaptation qui peut être plus ou moins long. Enfin la théorie de la croissance endogène. Pour qu'il y est progrès technique, il faut un certains nombres de facteurs liés à la croissance ainsi il faut faire de la croissance pour avoir du progrès technique voilà pourquoi c'est un facteur imparfait.

Le progrès technique est donc un facteur de la croissance économique. Selon l'analyse de Schumpeter, la progrès technique est un facteur déterminant de la croissance grâce au cycle long et au innovation majeure. Mais le progrès technique reste quand même un déterminant imparfait car il amène la récession. Dans cette seconde partie, nous allons voir les autres déterminant de la croissance qui sont les Rôle des facteur capital et travail et les facteurs culturels et politiques.

Le travail est apporté par les hommes, il s'agit de l'activité qu'il mettent au service de la production de biens et de service. La quantité de travail effectivement utilisée est mesurée par la population active occupée. Si celle ci augmente dans un pays, il est logique que la production augmente. Il y aura donc croissance économique. Si le travail est toujours nécessaire pour produire, il est toutefois possible d’accroître la production sans augmenter la quantité de travail utilisé, à condition d'améliorer l’efficacité du travail, ce que l'on appelle plus souvent la productivité du travail. Singapour a réussi à avoir une modification des comportement (doc.4) ce qui a permit à ce pays de connaître un taux de croissance de 8,5% par ans entre 1966 et 1990. « Une force de travail mal éduquée a été remplacée par une masse de travailleurs diplômes du secondaire »(doc.4) qui prouve que la qualification des ouvriers a permit la remarquable croissance de Singapour. Donc le facteur travail est bien un facteur qui détermine la croissance si elle est bien utilisé. Au Canada, l'accroissement du facteur travail a contribué pour près de 1,30% à la hausse annuelle du taux de croissance de l'économie entre 2001 et 2006. L'accumulation du capital, c'est à dire l'investissement joue un grand rôle dans la croissance économique. L’investissement est l’ensemble des moyens mis en œuvre pour accroître et / ou améliorer la capacité productive dans le but d’accroître les revenus futurs de l’entreprise. C’est le flux qui alimente le stock de capital. Le stock de capital est soumis à deux flux contraires. Le premier, l’acquisition de biens nouveaux, permet d’accroître le capital. Il s’agit de l’investissement matériel. Le second correspond à l’usure du capital antérieur. Pour compenser cette usure ou obsolescence , l’entreprise

...

Télécharger au format  txt (13.7 Kb)   pdf (123 Kb)   docx (9.4 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com