DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Communication de masse

Fiche de lecture : Communication de masse. Rechercher de 50 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  23 Avril 2017  •  Fiche de lecture  •  1 616 Mots (7 Pages)  •  571 Vues

Page 1 sur 7

                                                                                                                                     [pic 1]                                                                                                                                         


PLAN :

  1. Introduction.
  2. Genèse de la théorie de la communication.
  3. Son évolution :
  1. Modèle  d’Harold D. LASSWELL
  2. Le modèle de Shannon  et Weaver
  3. le modèle de RILEY& RILEY
  4. Le modèle de Jakobson
  1. Démarche globale de la théorie.
  2. Conclusion.


La théorie de la communication :

  1. Introduction :

La communication est un phénomène universel depuis que les Hommes sont apparus sur terre, et ceci ne tend pas à s’éteindre, c’est bel et bien l’essence de l’existence, il est indispensable de parler et d’échanger avec l’autre lorsqu’on vit en groupe (famille, communauté…) . La fin des années 1940 a été marquée, aux Etats-Unis, par une activité militaire frénétique avec le déploiement d’efforts en ressources humaines et équipements, et parmi les choses qui ont préoccupés les esprits à l’époque, la propagande et les infrastructures de la communication.

Les chercheurs ont bien compris que le second champ méritait un effort de développement des apports théoriques , d’où la multitude des modèles théoriques apparus depuis 1948, que nous découvrirons plus tard.

  1. Genèse :

La communication existe depuis l’apparition de l’Homme, avant même d’avoir cet intitulé. Depuis que les hommes ont commencé à vivre  en groupe,  ils communiquent sans le savoir, à travers le transfert d’informations et le développement des relations.

La communication ne se fait théorisée qu’à l’apparition des premiers ordinateurs dans les années 50, et le but de cette théorisation était la formalisation de la relation naissante entre l’Homme et l’ordinateur.

La communication n’est plus « d’être en relation, partager avec l’autre«, mais de « faire partage d’une nouvelle » .Ce changement apparaît dès le XVIIeme siècle, dans le dictionnaire de Furetière, en 1690 ( cité par Yves Winkin, dans « Une nouvelle communication » ) : « l’aimant communique sa vertu au fer ». Ainsi, la notion de transmission apparaît.

Et  au XXème siècle, la notion de communication apparaît dans le domaine de la science, pure et dure. Elle fut défini, dans le Grand Robert de 1970 comme : « Science. Toute relation dynamique qui intervient dans un fonctionnement. Théorie des communications et de la régulation. voir Cybernétique. Information et communication. »

  1. Evolution :

Plusieurs théories  de la communication sont apparues progressivement, en commençant par  le modèle d’Harold D. LASSWELL en 1948, il traite la communication sous un angle pratique  et pragmatique en soulevant les questions suivantes :

  •  QUI : correspond à la motivation de communiquer,
  • DIT QUOI : se rapporte au message, à l'analyse de son contenu.
  • PAR QUEL CANAL : désigne le support (média), l'ensemble des techniques qui à un moment donné et pour une société déterminée, diffusent à la fois l'information et la culture.
  •  A QUI : vise l'audience, les publics avec des analyses selon des variables (âges, sexe...)
  • AVEC QUEL EFFET : suppose une analyse des problèmes d'influence du message sur l'auditoire.

Le modèle de Shannon  et Weaver (1949), avec l’introduction de la communication dans le vocabulaire scientifique. Leur préoccupation essentielle était de régler les problèmes de transmission télégraphique, ils s’intéressaient aux messages transmis par le télégraphe, à travers le schéma suivant :

                        [pic 2]

  • la source d’information (une voix au téléphone) produit un message.
  • l’émetteur encode le message (oscillations électriques du téléphone).
  • le canal, au milieu, transmet le message (câble téléphonique). Du bruit (grésillement de la ligne) peut distordre le code transmis.
  • le récepteur reconstruit le message
  • le destinataire reçoit le message.

En 1959, le modèle de RILEY& RILEY introduit  le feed-back. Ce modèle met l’accent sur  l’influence de l’environnement sur les individus. Vivre dans des groupes primaires ( famille, communauté),  génère l’apparition de groupes d’appartenance qui influencent  la perception et le jugement des individus :  les émetteurs et les récepteurs appartiennent à des groupes primaires, il y a donc une inter-fluence entre les deux parties, d’où l’existence d’une boucle de rétroaction appelé feedback.

Le feed-back désigne la réaction du récepteur au message émit et son retour vers l'émetteur. Cette notion a permis, le passage d'une vision linéaire de la communication, dans les deux modèles précédents, à la conception d'un processus circulaire.

Il existe deux types de feed-back : feed-back positif et feed-back négatif. Le Feed-back positif est celui qui conduit à accentuer un phénomène, le système s’amplifie par rapport à un état stable ex : explosion, énervement entre deux personnes). Le feed-back négatif tend à maintenir la relation dans un état de stabilité et d'équilibre.

Le modèle de Jakobson décrit les six  fonctions du langage développé à partir du modèle de Karl Buhler qui se limitait aux trois fonctions expressive, conative et référentielle.

Roman Jakobson part du schéma de Shannon, concernant les éléments fondamentaux permettant une communication. Le destinateur envoie un message à un destinataire. Pour qu’il soit opérant, le message requiert d’abord un contexte, saisissable pour le destinataire. Pour qu’il soit reçu, le message nécessite un contact ; un canal physique (une lettre, une ligne téléphonique ). Enfin, le message est construit sur un code (une phrase par exemple).

                              [pic 3]

La fonction expressive : Centrée sur le destinateur, elle vise à une expression directe de l’attitude du sujet à l’égard de ce dont il parle,  elle informe sur la personnalité de celui qui transmet le message.

La fonction conative : cette fonction a pour but de pousser le destinataire à agir, cette fonction apparaît clairement dans les situations ou la finalité de la communication est de faire agir le destinataire, dans le sens souhaité par le destinateur.

La fonction phatique : Elle permet de provoquer et de maintenir le contact, et il existe des messages qui permettent de prolonger la conversation, comme («  Allo, vous m’entendez ? » ou attirer l’attention de l’interlocuteur : ou s’assurer qu’il ne relâche pas : «  vous m’écoutez ? » ).

...

Télécharger au format  txt (10.1 Kb)   pdf (253.1 Kb)   docx (268.9 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com