DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Mémoire DEES : Le projet individualisé des adolescents placés en MECS

Mémoire : Mémoire DEES : Le projet individualisé des adolescents placés en MECS. Rechercher de 44 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  12 Novembre 2018  •  Mémoire  •  24 269 Mots (98 Pages)  •  35 Vues

Page 1 sur 98

 

SOMMAIRE

INTRODUCTION

Page 03

I Le Placement : cadre, lieux et personnes.

A

La protection de l’enfance : cadres législatifs et institutionnels.

1) Historiquement.

Page 05

Page 07

Page 09

Page 11

Page 13

2) Le dispositif actuel de protection de l’enfance.

3) La loi du 02 janvier 2002.  

4) La réforme du 05 mars 2007.

5) l’Aide Sociale à l’Enfance.

B

Le placement : lieux et personnes.

1) La Maison d’Enfants à Caractère Social (M.E.C.S.).

2) Les personnes accueillies et leur famille.  

Page 15

Page 16

C

Une période particulière, un adolescent en particulier.

1) Une période particulière.

Page 18

Page 23

2) Un adolescent (en) particulier.

1


[pic 1]

 

II Du projet institutionnel au projet individuel, prêt à porter / prêt à penser ?

A

Les projets : définitions.

1) Le projet.

Page 26

Page 27

Page 28

Page 30

2) Le projet associatif.

3) Le projet d’établissement.  

3 Le projet individualisé.

B

La méthodologie du projet individualisé, son évaluation, ses limites.

1) La méthodologie du projet individualisé.  

2) « L’évaluation, un concept qui a le vent en poupe ».

3) Les limites du projet individualisé.

Page 34

Page 38

Page 38

III   L’articulation  quotidienne   du   projet  individualisé :   de   la  norme   à

l’individualisation, de la construction du projet au parcours personnalisé.

A

De la norme à l’individualisation, l’apport de la médiation.

1) La norme.

Page 42

Page 43

Page 45

2) L’individualisation dans la norme.

3) La médiation.

B

De la construction du projet individualisé au parcours personnalisé.

1) La construction d’un projet individualisé au quotidien.

2) Le parcours personnalisé.

Page 47

Page 53

CONCLUSION

2


[pic 2][pic 3]

 

Ma première expérience éducative dans une Maison d’Enfants à Caractère Social

(M.E.C.S.)  date de  septembre  1996,  lorsque  je  me suis  présenté dans  ce  foyer,

situé dans le Tarn et Garonne (82).

Cette structure accueillait alors une centaine d’adolescents et jeunes majeurs âgés

de 11 à 21 ans, venant de toute l’Ile de France et de Toulouse et sa périphérie, et

1

le cadre de ma présence concernait une   formation B.E.A.T.E.P.   que j’effectuais

alors en alternance.

Des  premiers  mois  durant  lesquels  je  coordonnais  toutes  les  activités  mises  en

places pour tous les jeunes de la structure, jusqu’à l’année scolaire 96/97 durant

2

laquelle je suis intervenu sur l’unité des C.E.G.    (les 11-15 ans) en remplacement

d’un éducateur, je me suis rendu compte du peu d’égard apporté à la notion de

projet  concernant  l’accompagnement  éducatif  qui  était  « proposé »  alors  à  ces

enfants, ces adolescents et jeunes adultes. Catéchèse quasi-obligatoire, du moins

très  fortement  conseillée,  nourriture  inadaptée  en  fonction  des  obédiences,  très

peu de place laissée à l’usager dans sa capacité à faire des choix, à s’exprimer

d’une manière générale.

Le terme de projet individualisé, dont je n’ai pas le souvenir de l’avoir entendu

prononcé  alors,   prenait  forme   dans  ce   que  j’ai   entrevu  comme  une   forme

d’assimilation à un projet éducatif global.  

Ce  fut  là  ma  première  vision  d’une  « prise  en  charge »  éducative,  terme  que

depuis je tente d’éviter, lui préférant l’accompagnement, le suivi.

C’est en octobre 1999 que j’ai signé mon premier contrat professionnel au foyer

M., M.E.C.S. qui m’emploie encore à ce jour en    tant qu’éducateur (non diplômé

dussé-je le préciser). L’on y accueille une cinquantaine d’enfants, d’adolescents,

garçons et filles âgés de 03 à 16 ans.

J’y ai vu, dès les premiers moments, la place centrale qu’occupe le projet d’un

jeune dans l’accompagnement éducatif dont il fait l’objet. J’y ai trouvé aussi des

outils, des canevas, des référentiels comme autant de « cases à cocher », d’espaces

à remplir pour pouvoir accompagner ces adolescents dans la bonne direction.

                                               

1

 Brevet d’Etat d’Animateur Technicien de l’Education Populaire

 Collège d’Enseignement Général

2

3


[pic 4]

 

Il  s’est  agit  parfois  de  « notre »  bonne  direction,  de  celle  que  nous  avons  jugé

comme la plus adéquate face à ce que nous avons perçu comme les besoins du

jeune.

En  d’autre  termes,   et  c’est  encore   aujourd’hui  une  part  importante   de  mon

questionnement  sur   ce  sujet ;  dans  cette  période  difficile  qu’est  l’adolescence

durant  laquelle   l’individu,   se  cherchant   un  habit   d’adulte,  essaye   plusieurs

costumes différents, ne sommes nous pas tenté nous, éducateurs, de lui proposer

en  premier  lieu  du  « prêt-à-porter »  éducatif  à  défaut  de  travailler  avec  lui,  de

l’amener à envisager, à se fabriquer « son costume sur mesures » ?

Et  en  considérant  un  projet  individualisé  investi  par  un  adolescent  en  tant  que

sien, élaboré sur-mesure par ses soins, constitue t’il une fin en soi ?

La loi du 02 janvier 2002 est venue (re)mettre l’usager au cœur du dispositif, de la

même   manière  le   projet   individuel  s’est   voulu   individualisé,  il   s’est   plus

précisément inscrit dans une démarche de projection institutionnelle, de qualité et

personnalisée.

Avec toute la labilité qui caractérise l’adolescent, sa construction identitaire « par

défaut » (ils savent qui ils ne veulent pas être mais non qui ils veulent être), avec

les difficultés sociales qui les concernent, le caractère coercitif de leur placement,

le  sentiment  de  culpabilité  qui  les  suit  dans  leur  nouveau  « foyer »,  la  mise  en

place d’un  lien  éducatif, d’un accompagnement   leur correspondant,  le maintien

des liens familiaux :  la construction d’un projet individualisé est un challenge, un

défi à relever. C’est aussi la condition sine qua non à la cohérence éducative d’un

accompagnement quotidien.

En premier lieu j’ai orienté ma réflexion sur ce qu’est le placement des mineurs

dans notre pays, les cadres législatifs, institutionnels de sa mise en place, les lieux

et les personnes qu’il concerne.

Puis  j’ai  tenté  de  revenir  sur  la  notion  de  projet  en  elle-même,  de  ce  qu’est  le

projet  individualisé,  son  inscription  dans  une  institution,  sa  méthodologie,  ses

4



 

acteurs.   De  l’usager   à   l’éducateur   en  passant   par   la   famille  de   l’usager,

l’institution et les partenaires.

Entre les référentiels et le lien éducatif, j’ai ensuite tenté de définir l’évolution du

...

Télécharger au format  txt (123.5 Kb)   pdf (352 Kb)   docx (110.8 Kb)  
Voir 97 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com