DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

La Théorie De La Valeur Chez Les Classiques

Dissertations Gratuits : La Théorie De La Valeur Chez Les Classiques. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 7

égager des fonds qui viendront éponger la dette de l'entreprise et assainir sa situation financière. Ce faisant, elle accroît sa capacité d'endettement future;

Dans les ces deux cas, (La restructuration financière et la réduction de l’endettement de l’entreprise,), l'essentiel des actions proposées lors de l'introduction sont des actions nouvelles.

L’introduction en bourse permet de dégager des fonds qui viendront éponger les dettes de l’entreprise et assainir sa situation financière. Ce faisant, elle accroît sa capacité d’endettement future. L'introduction en Bourse facilite aussi la mise en place d'un système d'intéressement des salariés à fort potentiel de résultat, par exemple sous la forme de stock-options. Certes, rien n'interdit à une entreprise non cotée de distribuer des stock-options à ses salariés, mais l'absence d'un prix de marché clair et la difficulté de céder les titres en diminuent l'intérêt pratique.

Enfin, l'introduction en Bourse est l'occasion d'une mutation dans le système de « corporate gouvernance » de l'entreprise. Elle implique au minimum une transparence des comptes de l'entreprise, et plus largement un effort de communication financière dirigé vers des investisseurs externes, actuels ou potentiels. Elle conduit aussi à la mise en place de systèmes modernes de contrôle interne et à une professionnalisation des instances d'administration et de surveillance. Ces mutations sont parfois vécues, à court terme, plus comme un coût que comme un avantage de l'introduction. A long terme, elles ne peuvent que conforter la solidité de l'entreprise.

Les frais de la bourse

Les frais liés à l’achat ou la vente d’une action

Des frais de courtage peuvent être prélevés lors de l’achat et la vente d’actions. Ils peuvent être forfaitaires et/ou proportionnels au montant de la transaction. Ces frais sont parfois assortis d’une commission minimale fixe

Les frais spécifiques aux PEA et aux comptes titres

Une commission de tenue de compte (commission de gestion) peut être prélevée pour la détention d’un compte titres ou d’un PEA.

5 Les droits de garde

Que vous logiez vos titres dans un PEA (plan épargne en actions) ou dans un compte-titres (compte détenant au moins un produit financier), des droits de garde vous seront généralement facturés.

Ces frais correspondent à la conservation de vos titres et aux opérations administratives effectuées pour votre compte. Les droits de garde prennent la forme d’une commission proportionnelle à la taille du portefeuille de produits financiers (actions, OPCVM) et/ou d’un forfait annuel, voir semestriel par ligne.

Cette commission est parfois assortie d’un montant minimal et/ou maximal de perception par compte et/ou par ligne.

La plupart des établissements ne prélèvent pas de droit de garde sur leurs OPCVM « maison ». En revanche, la détention de parts ou actions d’OPCVM produits par d’autres établissements implique souvent des droits de garde. Les droits de garde ne sont généralement pas négociables.

6 Les frais liés à l’investissement dans un OPCVM

Lorsque vous investissez dans un OPCVM, votre intermédiaire financier (par exemple votre banque) peut vous prélever des frais. Ces frais, variables selon les OPCVM, sont présentés sous la forme d’un montant global affiché en pourcentage dans le document d’information clé pour l’investisseur (DICI).

Les frais ponctuels prélevés avant ou après l’investissement : frais d’entrée et frais de sortie

Des frais d’entrée (ou commissions de souscription), peuvent être prélevés à l’achat. Ces frais diminuent le montant de votre investissement initial. Ils peuvent être négociables.

Des frais de sortie (ou commissions de rachat), peuvent également être prélevés à la revente. Ces frais diminuent la somme perçue lors de la vente de vos parts. Ils peuvent également être négociables. Les frais d’entrée et de sortie sont généralement proportionnels au montant des souscriptions ou des rachats. Ils peuvent plus rarement être forfaitaires (montant fixe quel que soit le nombre de parts ou d’actions souscrites ou rachetées).

Enfin, certains établissements peuvent prévoir un barème dégressif ou progressif en fonction du nombre de parts ou d’actions achetées, du montant des rachats, de la date de rachat ou de souscription.

Les frais prélevés par le fonds année après année (frais courants)

1 – Les frais de gestion

Les frais de gestion et de fonctionnement rémunèrent les services des gérants et la société de gestion.

2 – La commission de mouvement

Des frais de transaction peuvent être facturés à l’occasion de chaque opération au sein du fonds. Les frais courants sont directement déduits du calcul de la valeur liquidative, qui est publiée nette de frais.

Les frais prélevés par le fonds dans certaines circonstances : commission de surperformance

Une commission de surperformance peut également être prélevée. Elle permet de rémunérer la société de gestion lorsque l’OPCVM a dépassé ses objectifs de performance préalablement fixés.

Le coût d'une introduction en Bourse

Les coûts liés à l'opération : ils se basent sur un mélange de frais fixes et de variables.

1. La commission du prestataire d'investissement : elle oscille entre 1,5 et 3,5 % du montant mobilisé par l'introduction en Bourse.

2. La commission du «listing sponsor» : elle porte sur environ 2 % du montant de l'opération. - L'intervention de prestataires (avocats, experts-comptables) afin de «préparer» juridiquement et fiscalement l'opération. La somme est très variable en fonction de la maturité de l'entreprise. Elle pourrait monter parfois jusqu'à 250.000€ sur des dossiers complexes.

3. La communication financière liée à l'introduction : préparation des documents, coaching afin d'optimiser les échanges avec les investisseurs et les journalistes, organisation du «roadshow» de rencontres avec les investisseurs. Le budget peut atteindre jusqu'à 150.000 € pour un dispositif très complet, le ticket d'entrée se situant, lui, plus aux alentours de 50.000€.

Les coûts récurrents : il s'agit majoritairement de coûts fixes liés à l'animation boursière du titre coté et aux actions de communication.

1. La rétribution du «listing sponsor» qui se charge d'aider l'entreprise à répondre aux règles de la place de marché : de 20.000 à 30.000€ par an

2. La communication financière liée à la publication trimestrielle, semestrielle et annuelle de chiffres ou à l'organisation régulière de rencontres avec les investisseurs. Là encore, la somme est variable en fonction des obligations de transparence imposées par le marché financier où évolue l'entreprise. La fourchette évolue, comme lors de l'introduction, entre 50.000 et 150.000€.

3. La commission versée à la place de cotation. Elle prend la forme d'un versement annuel calculé sur le nombre de titres cotés

Les principales étapes de l'introduction en Bourse

L'opération

...

Télécharger au format  txt (11.8 Kb)   pdf (185.8 Kb)   docx (10.1 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com