DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

La Ville

Note de Recherches : La Ville. Rechercher de 51 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 3

s –

Fuit et revient en longs enlacements;

Et ses foules inextricables

Les mains folles, les pas fiévreux,

La haine aux yeux,

Happent des dents le temps qui les devance.

A l'aube, au soir, la nuit,

Dans le tumulte et la querelle, ou dans l'ennui,

Elles jettent vers le hasard l'âpre semence

De leur labeur que l'heure emporte.

Et les comptoirs mornes et noirs

Et les bureaux louches et faux

Et les banques battent des portes

Aux coups de vent de leur démence.

Dehors, une lumière ouatée,

Trouble et rouge, comme un haillon qui brûle,

De réverbère en réverbère se recule.

La vie, avec des flots d'alcool est fermentée.

Les bars ouvrent sur les trottoirs

Leurs tabernacles de miroirs

Où se mirent l'ivresse et la bataille;

Une aveugle s'appuie à la muraille

Et vend de la lumière, en des boîtes d'un sou;

La débauche et la faim s'accouplent en leur trou

Et le choc noir des détresses charnelles

Danse et bondit à mort dans les ruelles.

Et coup sur coup, le rut grandit encore

Et la rage devient tempête:

On s'écrase sans plus se voir, en quête

Du plaisir d'or et de phosphore;

Des femmes s'avancent, pâles idoles,

Avec, en leurs cheveux, les sexuels symboles.

L'atmosphère fuligineuse et rousse

Parfois loin du soleil recule et se retrousse

Et c'est alors comme un grand cri jeté

Du tumulte total vers la clarté:

Places, hôtels, maisons, marchés,

Ronflent et s'enflamment si fort de violence

Que les mourants cherchent en vain le moment de silence

Qu'il faut aux yeux pour se fermer.

Telle, le jour – pourtant, lorsque les soirs

Sculptent le firmament, de leurs marteaux d'ébène,

La ville au loin s'étale et domine la plaine

Comme un nocturne et colossal espoir;

Elle surgit: désir, splendeur, hantise;

Sa clarté se projette en lueurs jusqu'aux cieux,

Son gaz myriadaire en buissons d'or s'attise,

Ses rails sont des chemins audacieux

Vers le bonheur fallacieux

Que la fortune et la force accompagnent;

Ses murs se dessinent pareils à une armée

Et ce qui vient d'elle encore de brume et de fumée

Arrive en appels clairs vers les campagnes.

C'est la ville tentaculaire,

La pieuvre ardente et l'ossuaire

Et la carcasse solennelle.

Et les chemins d'ici s'en vont à l'infini

Vers elle.

...

Télécharger au format  txt (4.1 Kb)   pdf (58.9 Kb)   docx (7.5 Kb)  
Voir 2 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com