DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Organisation De l'Entreprise Au Xixème Siècle

Mémoires Gratuits : Organisation De l'Entreprise Au Xixème Siècle. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 7

telier) et l’ouvrier externe (fortement majoritaire, travaille de façon saisonnière pour compléter ses revenus).

Travail libre : on lui fixe un prix, un délai et on lui donne de la MP, et l’ouvrier s’organise comme il le souhaite. A ce moment là, la division du travail est encore très limitée.

La division du travail : le premier niveau consiste à répartir le travail, le deuxième niveau est la spécialisation du travail (n’effectuer qu’un seul type de tâches), et le dernier est la parcellisation du travail (forme de spécialisation accentuée, processus de production organisé par la hiérarchie : des ingénieurs, bureaux des méthodes parcellisent le travail de certains ouvriers).

3-Les espaces.

Conception de l'espace spécifique : conjonction des choix d’un donneur d’ordre en ville et d’ouvriers dans les campagnes. Exemple : activités marginales comme la coutellerie. Peu à peu, on dépasse le simple marché local, vers un marché national voire l’étranger. Permis par la pauvreté des paysans, qui ont besoin du revenu complémentaire occasionné.

4-Les temps.

Temps de travail spécifique : l'ouvrier travaille chez lui, et la mesure de temps se limite aux horloges des clochers → temps de référence = la journée. Le temps de travail revient au temps de vie.

Production dans les temps morts : en hiver, quand la récolte a été mauvaise, le paysan a besoin de compléter ses revenus. C’est la limite de la ME : le négociant va augmenter ses cadences, mais les paysans ne suivent pas. Cette limite => mécanisation : plus de K que de L, et lent déclin de la ME pendant le XIXème.

B-La manufacture concentrée.

A la fin du XIXème, on voit l’apparition de ces MC, qui rassemblent dans un même lieu des ouvriers ou des artisans qui travaillent à un même type d’ouvrage.

1-La structure.

Secteur sensible des arsenaux : 7 grands arsenaux d’Etat, qui recouvrent des secteurs d’activité binaires.

Organisation spécifique pour les transports qui acheminent les MP → importance du personnel de direction et d’encadrement, en charge d’administrer l’ensemble de l’arsenal.

Soutien de l’Etat dans les autres domaines : Création d’établissements de grande taille, pour une production de luxe dans le domaine textile, de la table, de la savonnerie… Par exemple la manufacture des Gobelins appartenait au roi. Ces manufactures privilégiées par les commandes royales, exemptées de taxes, prenaient aussi des risques.

2-L’organisation du travail.

Espace novateur : on remplace la cohésion de l’appartenance à une corporation par une inscription à un lieu de travail. Ce qui donne une importance nouvelle à l’architecture de l’organisation. Selon la complexité, on distingue quatre modèles (cf tableau).

3-Espace-temps.

Les MC ont toujours un problème pour attirer les ouvriers en nombre suffisant : d’où des politiques de patronage pour attirer et conserver la MO. Le patronage s’arrête au milieu du XIXème, en prolongement des formes de bienfaisance : attirer des ouvriers par l’appât du logement, etc. Le travail reste autonome.

Le paternalisme se situe entre le paternalisme et le taylorisme : il s’agit de faire face au déficit de la main d’œuvre, mais c’est une stratégie à grande échelle, pour attirer la MO sur plusieurs générations. La différence entre patronage et paternalisme est donc l’ampleur : le paternalisme englobe toute la vie de l’ouvrier, c’est une politique assez coûteuse.

Le règlement du travail échappe au contrôle de l’Etat, c’est de la responsabilité des manufactures.

C-L’usine.

Trois problématiques : question technique (objectif de productivité), question juridique (création de sociétés par actions, pour favoriser le financement), question humaine (comment gérer, recruter, organiser la MO nécessaire à l’amplification de la production). Ces questions se posent dès la première moitié du XIXème, concernent les premières banques, les premiers grands magasins. Le modèle de l’usine est donc celui sur lequel se fonde la grande entreprise.

1-La structure.

La croissance industrielle au XIXème est lente (environ 2% par an) mais régulière. L’usine est une réponse à l’augmentation du nombre d’ouvriers qui travaillent dans un même milieu, et une des réponses est la montée d’une structure d’entreprise, càd un encadrement intermédiaire :

Contremaîtres (cf poly) : au début du siècle leur rôle est limité, à la mise en place des conditions de travail du réseau ouvrier (toujours autonome). Le modèle de l’usine augmente le rôle du contremaître : nouvelles tâches (allocation du travail, contrôle, surveillance, gestion de la MO).

Ingénieurs : émerge avec l’usine, pour planifier. Progressivement on lui confie une fonction d’administrateur, organiser les savoirs et savoir-faire dans l’entreprise. Le contremaître prend en charge la gestion quotidienne, et l’ingénieur se positionne entre le travailleur et la direction.

Employés de bureau : bureaucratisation des procédures, les emplois de bureau sont limité, mais apparition progressive d’une hiérarchie → plus d’emploi de bureau, c’est cette augmentation qui préfigure la montée des grandes fonctions de l’entreprise. Au 19ème on observe déjà la fonction comptable, dont les attributs très large se regroupent avec le personnel et les finances.

Patrons : Verley propose de distinguer les patrons entre les héritiers (vision des entreprises propre au XIXème : entreprise était affaire de famille pendant plusieurs générations → formation pratique des héritiers dans l'entreprise)et les hommes nouveaux (ingénieurs qui créent des entreprises, dans des secteurs de technologie récente, avec des compétences techniques et un investissement modéré car ce sont des secteurs risqués). Les deux types s'associent.

2-L’organisation du travail.

Nouvelle hiérarchie => nouvelle organisation du travail.

Les MC veulent attirer de la MO : l'usine concentre les ouvriers sur un lieu de travail. C'est un problème qui ne fait que s'accroître : exemple de Saint Gobain qui devient au 19ème une usine passe de 1700 salarié en 1764 à plus 1570 salariés en 1867. On arrive à plus de 12000 salariés en 1912.

Invention de la notion de carrière, on fait espérer des promotions au personnel : ne pas rester dans le même emploi toute leur vie, se mettre à leur compte.

En France certaines régions sont de vrais réservoirs de MO, alors que d’autres peinent à trouver des gens (activités à risques : recruter à côté puis élargir la zone de prospection).

3-L'espace-temps.

Développement des politiques paternalistes => cité utopique qui est la vision ultime du paternalisme : volonté de contrôle total propre au paternalisme => développement dans la cité industrielle.

Pour répondre à l’industrialisation plus rapide et manque d’infrastructure

...

Télécharger au format  txt (11.2 Kb)   pdf (106.1 Kb)   docx (10.2 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com