DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

100Questions Posées Lors D'Un Entretien

Compte Rendu : 100Questions Posées Lors D'Un Entretien. Rechercher de 48 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 41

», « avez-vous suivi une voie toute tracée depuis votre naissance ? », etc. Il faudra donc construire votre argumentaire afin d’apporter les réponses à toutes ces questions sous-entendues. Et bien évidemment, si vous avez réussi à force de persévérance, ce que vous direz pourra se révéler très favorable. L’image de vos parents est également importante pour les recruteurs. Vous êtes-vous construit en opposition à eux ou étiez-vous en admiration devant eux ?

[pic]Les réponses à éviter

Défensif • « Je ne vois pas le rapport entre cette question et le poste à pourvoir. »

Interrogatif • « Pourquoi me posez-vous cette question ? »

Agressif • « Mon père / ma mère est prof, et c’est vraiment le dernier métier que j’aurais eu envie de faire. »

Corrosif • « Chômeurs ! »

[pic]Des réponses possibles

Pour cette question, il faut avant tout présenter les faits et rien que les faits, de la manière la plus neutre possible.

Vos parents travaillent • « Mon père est informaticien • facteur • technicien de maintenance • enseignant • dentiste • et ma mère est mère au foyer • médecin • ingénieur • hôtesse de caisse • etc. »

Vos parents sont retraités • « Mes parents sont à l’âge de la retraite, mon père était cadre commercial et ma mère, secrétaire de direction. »

Vos parents sont au chômage • (ou l’un des deux est au chômage) : « Mon père est actuellement au chômage, il recherche un emploi dans la vente, ma mère est bibliothécaire. »

Avez-vous des frères et sœurs ?

Au palmarès des préjugés négatifs figure souvent l’enfant unique. D’emblée, les recruteurs vous imaginent avec des idées bien arrêtées et peu disposé à collaborer ou à travailler en équipe. Si vous êtes dans ce cas, il faudra donc insister sur votre capacité à avoir des amis, à partager, etc. Vous avez des frères et sœurs ? Tant mieux pour vous, mais attention, en matière de psychologie, la place occupée au sein d’une famille est encore révélatrice de certains traits de caractère. Ainsi, l’aîné est l’enfant dans lequel les parents s’investissent le plus. Il occupe une position de leader dans la famille, mais il est aussi celui qui essuie les plâtres. En revanche, le dernier est considéré comme un privilégié.

Certains recruteurs peuvent aussi vous demander ensuite l’âge et la profession de vos frères et sœurs, histoire de voir « si les benjamins ont profité de l’expérience des aînés et même si une émulation a pu naître entre tous les enfants », indique Guillaume Verney-Carron, dirigeant du cabinet Personalis. De même, le recruteur cherchera à déterminer si le milieu culturel a beaucoup pesé sur votre famille ou si chacun est parti dans une direction différente.

[pic]Les réponses à éviter

On choisit ses amis, pas sa famille • « Oui, mais je les vois très peu. »

Désespéré • « J’ai un frère… hélas. »

[pic]Des réponses possibles

Vous êtes enfant unique • « Je n’ai pas de frère et sœur, mais je ne me suis jamais perçu(e) comme enfant unique, car j’ai toujours vécu proche de mes cousins et cousines.»

À la demande du recruteur vous pourrez être amené à vous expliquer : « Tous les soirs après l’école, je partais chez ma tante jusqu’à ce que mes parents viennent me rechercher et je faisais mes devoirs avec mes cousins et cousines » ou « J’ai deux cousines et un cousin, qui sont nés la même année que moi, et nous avons suivi toute notre scolarité ensemble. Nous nous retrouvions également à chaque période de vacances. »

Vous avez des frères et sœurs • « J’ai deux frères plus âgés que moi et une sœur plus jeune. »

Puis, vous pouvez éventuellement ajouter : « Mon frère aîné est actuellement professeur dans un lycée, mon frère cadet termine ses études de médecine et ma sœur est inscrite en DEUG de lettres. »

De quelle région êtes-vous originaire ?

Pour beaucoup de recruteurs, il est intéressant de savoir si vous êtes originaire de province ou de Paris et sa région et… si vous avez toujours vécu au même endroit. Bien entendu, vous n’allez pas vous inventer un passé pour obtenir un emploi ! Mais pour certains employeurs… le parisien « pure souche » n’a pas toujours bonne presse ! Question mobilité notamment, il est à peu près sûr qu’un jeune diplômé qui aura toujours vécu au cœur du 8e arrondissement de Paris rechignera à partir à Maubeuge. À l’inverse, un jeune originaire du bassin lorrain n’hésitera pas longtemps avant de s’installer à Nice… ce qui dans l’autre sens est assez rare !

Plus largement, les habitants de la capitale sont sensés avoir un mode de vie différent de ceux de province. Ces derniers ayant souvent choisi de privilégier une certaine qualité de vie. Dans le même esprit, certains recruteurs voudront aussi savoir si vous avez eu la possibilité de voyager ou d’étudier à l’étranger. Par ailleurs, ne négligez pas non plus les effets de réseaux en proclamant : entre Bretons ou Basques, on se comprend !

[pic]Les réponses à éviter

Familier • « Hé ! Ça ne s’entend pas avé l’accent !?! »

[pic]Des réponses possibles

Vous n’avez pas bougé • Énoncez simplement les faits : « je suis originaire de Bretagne, de Rennes plus précisément. » • « Je suis né(e) à Strasbourg où j’ai effectué toutes mes études », etc.

Vous avez bougé C’est plutôt positif, n’hésitez donc pas à raconter brièvement votre parcours : « je suis né(e) aux Antilles, parce que mes parents qui sont fonctionnaires travaillaient là-bas. Ils sont revenus en Métropole quand j’avais six ans, et j’ai vécu jusqu’à l’âge de 12 ans à Amiens. Ensuite, mes parents sont partis à Montpellier où j’ai passé mon bac. Enfin, j’ai effectué toutes mes études supérieures à Bordeaux. » • « J’habite Paris depuis une dizaine d’années, mais j’ai passé toute mon enfance en Bourgogne, pas très loin de Dijon », etc.

Quelle est votre situation familiale ?

Peu importe au recruteur que vous viviez maritalement ou avec la bague au doigt. En fait, il cherche à savoir si vous vivez avec quelqu’un ou si vous êtes célibataire et à cerner la place qu’occupe le travail dans votre vie. L’interprétation de vos réponses peut être l’objet de nombreux préjugés. Le recruteur peut se demander par exemple si vous êtes très disponible ou plutôt du genre à rentrer tôt le soir pour retrouver votre ami(e)… Ou bien encore si vous avez absolument besoin de travailler ou si vous cherchez à occuper votre temps… Dans ce contexte, il faudra bien sûr préciser si vous avez des enfants (sans oublier que certains recruteurs assez conformistes peuvent avoir une opinion tranchée sur les couples non mariés qui ont des enfants).

Inutile pour autant de vous troubler sur cette question, il suffit de répondre simplement la vérité. Et si vous ne souhaitez pas que le recruteur puisse deviner le sexe de votre concubin(e), utilisez tout simplement le mot « ami(e) » qui reste neutre à l’oral. Dernier conseil : si vous affirmez être célibataire et que le poste exige que vous le soyez, le recruteur pourra vous relancer en disant par exemple : « célibataire, c’est-à-dire… vous vivez seul(e) ? ».

[pic]Les réponses à éviter

Compliqué • « C’est-à-dire…, c’est assez compliqué. En fait, je suis séparé(e) / divorcé(e), et je vis seul(e) avec un enfant. »

Intimiste • « Je pense que cette question est très personnelle. »

Outré • « Cette question n’a pas de rapport avec le poste proposé. »

Intimiste • « Je suis homosexuel(le). »

[pic]Des réponses possibles

• « Je suis célibataire et sans enfant. » • « Je suis mari(é), sans enfant / et j’ai

un enfant âgé de neuf mois. » • « Je vis en concubinage. »

Quelle est la profession de votre conjoint(e) ?

Pour le recruteur, il importe avant tout de savoir si le ménage bénéficie d’un deuxième salaire et surtout si le travail du conjoint (ou de la conjointe) peut être un frein à la mobilité du couple, en France ou à l’étranger. Dans de nombreuses entreprises, la progression passe par des affectations sur différents sites français et internationaux. Il ne s’agit pas bien sûr de quitter votre ami(e), mais de montrer que votre couple a bien intégré ces contraintes.

[pic]Les réponses à éviter

Sur la défensive • « Ça ne vous regarde pas. » • « Je ne vois pas le rapport entre cette question et le poste proposé. »

[pic]Des réponses possibles

• « Mon mari / ma femme est fonctionnaire. Nous avons déjà discuté ensemble

...

Télécharger au format  txt (64 Kb)   pdf (420.7 Kb)   docx (34.1 Kb)  
Voir 40 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com