DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Commentaire Musset - On ne badine pas avec l'amour

Commentaires Composés : Commentaire Musset - On ne badine pas avec l'amour. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 6

èces de théâtre antique. Il est donc inhabituel de le trouver dans une pièce datant du XIX° siècle. Le Chœur devait présenter le contexte, résumer les situations pour aider le public à suivre les évènements, et faire des commentaires sur les thèmes principaux. Il servait donc d'intermédiaire entre les personnages, la pièce et le public.

D'autre part, le Chœur était censé représenter la population, tandis qu'ici il est composé de paysans, qui ouvrent la scène et accueillent l'un après l'autre et ironiquement Blazius et Pluche.

Cette scène d'exposition est également original par le fait que la présentation de Blazius et de Pluche par le Chœur se fait de façon identique. Le Chœur commence par une petite tirade annonçant l'arrivé successive des deux personnages « Doucement bercé sur sa mule fringante, messer Blazius... » « Durement cahoté sur son âne essoufflé, Dame Pluche... »

- LES PERSONNAGES

Ils demandent ensuite tous les deux à boire, du vin pour maître Blazius « m'apportent ici premièrement un vin frais » et de l'eau pour dame Pluche « un verre d'eau, canailles que vous êtes ! »

Puis, maître Blazius et Dame Pluche font un éloge, soit de Perdican, soit de Camille, en assurant que la personne dont ils parlent est incroyable « vous ouvririez des yeux grands comme la porte... » « Jamais il n'y a rien eu de si pur, de si ange, de si agneau... »

Ces effets de symétrie apportent donc un aspect original à cette scène d'exposition.

Cela dit, cette scène remplit parfaitement les conditions d'une scène d'exposition.

les personnages secondaires et principaux sont présentés grâce au Chœur, à Dame Pluche et maître Balzius : Balzius à un ventre «rebondi », un «triple menton », et c'est un « gouverneur » qui aime boire « un verre de vin frais ». Dame Pluche quant à elle est osseuse « nos blés sont sec comme des tibias » « ses longues jambes maigres » et à mauvais caractère « ...maigres trépignent de colère ». Perdican quant à lui est docteur, savant « qu'il ne vous dise comment cela s'appel en latin ; et quand il fait du vent ou qu'il pleut, il vous dit tout clairement pourquoi ». Camille est jolie « belle », dévote et sage « une fleur de sagesse et de dévotion »

De plus, l'action est mise en place : arrivé prochaine de Camille et Perdican, et la sensation inéluctable, par la symétrie de présentation, que ces deux là seront, d'une part les personnages principaux, nais également que leur destin est lié.

- LA SITUATION

Le lecteur est en effet renseigné sur le lieu de l'action, grâce à la didascalie « devant le château », il sait à quel époque « au temps de la vendange », donc probablement vers septembre,

- LE COMIQUE

Mais cette scène est également déroutante par le fait qu'elle présente des aspects indubitables de comédie. Etonnant pour le lecteur (ou spectateur), car cela jure avec le titre de la pièce, qui laisse plutôt évoquer une tragédie ou un drame. En effet, puisque on ne doit pas badiner avec l'amour, qu'est ce que cela laisse présager pour ceux qui badinent ?

Mais, cette première scène relève d'un registre comique.

Cet aspect comique est mise en place de plusieurs façon.

D'une part, par le décalage du Chœur entre sa façon de parler et ce qu'il dit. En effet, ses longues phrases peuvent paraitre pleines de lyrisme, principalement par leur rythme. Mais à partir du moment où l'on y fait attention, on s'aperçoit très vite que le ton du Chœur est risible, et plein d'ironie pour ceux qu'il reçoit «il se ballotte », « il marmotte un Pater Noster dans son triple menton », « vos faux cheveux sont couvert de poussière », « votre chaste robe est retroussée jusqu'à vos vénérables jarretières », « demandez de la pluie ; nos blés sont secs comme vos tibias ».

Il y a également un décalage qui invite à la moquerie, entre la noblesse qu'ils sont censé incarné par apport à leurs fonctions, et ceux qu'ils symbolisent : le côté ivrogne de Blazius et celui acariâtre de dame Pluche.

Ce sont des caricatures qui donnent un effet comique à la pièce. Le fait qu'ils soient tous les deux stéréotypés donne une impression de grotesque.

Cet effet comique est renforcé par les remarques teinté d'ironie du Chœur les concernant comme nous l'avons dit précédemment.

- CONTRASTES

D'autre part, il y a aussi un décalage entre le portrait qu'ils font de leurs protégés, et ce que ça révèle d'eux même. En effet, maitre Blazius apparait totalement ignorant et sans éducation lorsqu'il fait l'éloge de Perdican : « des parchemins qu'il a coloriés d'encres de toutes couleurs » Il ne sait même pas de quoi il en retourne. Il en va de même

...

Télécharger au format  txt (7.7 Kb)   pdf (84.9 Kb)   docx (8.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com