DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Another brick in the wall

Dissertation : Another brick in the wall. Rechercher de 49 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  12 Janvier 2016  •  Dissertation  •  1 704 Mots (7 Pages)  •  1 011 Vues

Page 1 sur 7

LOUVIER

Hélène

BTS Image 2

PINK FLOYD – Another brick in the wall (part 2)

     “Another Brick in the Wall est le titre de trois chansons du groupe Pink Floyd (respectivement: part 1, part 2, part 3), composées par Roger Waters (bassiste et auteur-compositeur, membre fondateur du groupe Pink Floyd) autour d'un même thème musical.

Les trois parties figurent sur l'album The Wall paru le 30 novembre 1979.

Cet album écrit une histoire, celle d'un personnage nommé Pink, qui, au fil des chansons se construit le mur derrière lequel il s'enferme.

The wall est également un film musical qui retrace toute l'histoire de l'album. Le montage n'est pas linéaire mais suit le trajet mental de Pink.

J'ai choisi d'étudier la partie 2 d'Another brick in the wall, car elle dénonce les règles d'éducation dans les écoles dans les années 1950.

Another Brick in the Wall part 2 est une chanson contestataire, qui dénonce l'insensibilité de l'éducation.

« We don't need no education » (« Nous n'avons pas besoin d'éducation »).

Cette phrase reflète la vision de Roger Waters sur l'enseignement conventionnel, il détestait ses professeurs de collège et pensait que ces derniers étaient davantage intéressés par le fait de faire régner la discipline que par celui de transmettre des connaissances aux élèves.

Ici, l'expression « another brick in the wall » (« une autre brique dans le mur ») se rapporte à l'image du professeur (de l'éducation), qui est donc perçue comme l'un des facteurs déclenchants, de l'isolement mental de Pink. Et donc la contruction de ce fameux mur.

Le clip dure 6 minutes.

Pour se remettre dans le contexte, dans la scène qui précède la chanson, Pink et ses amis s'amusent à poser des balles sur une voie ferrée.

Nous arrivons donc au moment où Pink est coincé dans le tunnel.

Dès le début de la scène, nous ressentons de l'agitation et de l'oppression. Le montage est rapide et il y a très peu de lumière. Nous pouvons à peine apercevoir le visage de Pink et on voit aux fenêtres de chaque wagon des personnes aux visages méconnaissables, comme emprisonné par des barreaux, qui le regardent.

Nous pouvons faire un parallèle entre les passagers anonymes du train (écoliers) et les Juifs "anonymes" transportés en masse vers les camps durant la guerre. Dans l'esprit de Pink, il s'agit dans les deux cas d'une forme de répression de l'individualité.

En effet on remarque alors que ces personnes “anonymes” du train, ont tous le même visage.

Très vite, nous entendons la voix off du professeur dire “You !” (“toi !”), afin d'appeler le jeune Pink, il ne l'appelle à aucun moment par son prénom. Il y a alors un cut et il est remplaçé par un être identique à ceux du wagon, c'est-à-dire à un personnage anonyme, portant le même masque, nous sommes du point de vue du professeur. Il y alors un cut, et nous voyons  le professeur habillé en juge qui le pointe de son bâton.

Cette scène sert à nous montrer qu'aux yeux de ce professeur, les élèves sont dépourvu d'identité, et de personnalité, ils sont tous identiques. Vêtu comme un juge, nous comprenons alors que dans l'esprit de Pink, le professeur est comparable à un juge qui n'est là que pour dicter des ordres, et faire régner la discipline. Tout cela d'un ton extrêmement autoritaire.

Puis la musique démarre.

Nous voyons le jeune Pink plaqué contre le mur, puis en plan d'ensemble le tunnel avec un rond de lumière éclatant, vers lequel il se dirige.

Transition sur la salle des professeurs et sonnerie au même moment. À ce moment l'image se réfère à la musique. Les paroles disent :

“When we grew up and went to school
There were certain teachers who would
Hurt the children any way they could”

“ Quand nous avons grandi et que nous sommes allés à l'école

Il y avait certains enseignants qui auraient

Blesser les enfants du mieux qu'ils pouvaient

En effet, suite à cela, nous observons les professeurs sortir de la salle, ils marchent d'un pas sûr et déterminé. Il y a alors un travelling arrière, les professeurs s'empressent de venir à nous, et donnent un sentiment d'appréhension, d'angoisse, la caméra cherche à les fuir. Sentiments que doivent ressentir les élèves. Nous pouvons en conclure que les professeurs sont presser de “martyriser” leurs élèves.

Nous sommes, donc dans la salle de classe.

Le professeur déambule, nous sommes en longue focale, légère contre plongée, comme si nous etions à la place d'un élève et que nous redoutions que le professeurs vienne à nous.

Les paroles dites à ce moment là décrit que les enseignants de son enfance (du narrateur) ne reculais devant rien pour humilier leurs élèves et écraser l'individualité de chacuns.

“By pouring their derision

Upon anything we did

And exposing every weakness

However carefully hidden by the kids”

“En versant leur dérision

Sur tout ce que nous avons fait

Et d'exposer toutes les faiblesses

Pourtant soigneusement caché par les enfants”

C'est pourquoi, nous assistons donc à la scène où le jeune Pink se fait ouvertement humilier par son professeur. Jusqu'à ce que le jeune Pink se sente mal envers lui même et baisse la tête.

Il y a un complexe dominant/dominé. Le professeurs debout, pourvu d'autorité et de toute puissance et le jeune Pink assis, dépourvu de pouvoir et d'autorité, ne pouvant que se soumettre et se laisser humilier.

Puis nous changeons de scène, nous sommes chez le professeurs concerné, il dîne avec sa femme.

Encore une fois les paroles sont en parallèles à ce qui se déroule.

“But in this town it was well known

When they got home at night their fat and psychopathic wifes

Would thrash them within inches of their lives“

“Mais dans cette ville on sait très bien que

Quand ils rentrent chez eux le soir retrouver leurs grosses femmes névrosées

les rouent de coup chaque jour de leur vie“

La scène nous montre que cette fois ci c'est le professeur le dominé et sa femme la dominante, les rôles s'inverse pour lui. Nous la voyons secouer son doigt afin de lui donner un ordre. Et le mari baissant la tête et le regard tout comme Pink lorsque le professeur l'humiliais devant la classe. Nous remarquerons aussi que le cadrage est quasi-identique à celui du jeune homme (plan épaule de 3/4). L'air de dire que ici le professeurs prends la place de l'élève et est privé d'autorité.

...

Télécharger au format  txt (10.7 Kb)   pdf (215.3 Kb)   docx (13.1 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com