DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Temps clefs la toilette

Dissertation : Temps clefs la toilette. Rechercher de 53 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  24 Février 2016  •  Dissertation  •  2 479 Mots (10 Pages)  •  1 789 Vues

Page 1 sur 10

SOMMAIRE

1- Présentation de l’établissement

2- La journée type d’une AMP

3- Temps clé : la toilette

4- Présentation des résidents

5- Conclusion

1- PRESENTATION DE L’ETABLISSEMENT

L’Etablissement qui m’accueille en stage de professionnalisation en voie directe dans le cadre de la formation d’aide médico psychologique est un Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD).

La résidence dépend d’un groupe côté en bourse. Elle a ouvert ses portes en novembre 2012. Elle est située au cœur d’une commune de Charente-Maritime sur la côte Royannaise. Elle se trouve à proximité de la Mairie, des écoles, des commerces, et des principales activités culturelles.

La résidence est de construction moderne et a une capacité d’accueil de 84 places avec trois prises en charges différentes :

- 53 lits d’hébergement dit « traditionnel » pour personnes âgées autonomes, semi-valides et dépendantes.

- 27 lits d’hébergement permanent dédié à la prise en charge des personnes âgées atteintes Alzheimer ou apparentées, en chambre individuelle, dans un environnement sécurisé et adapté divisés en deux secteurs : 1 secteur semi-ouvert et 1 secteur fermé.

- 4 lits d’hébergement temporaires.

Un contrat de séjour est établit pour chaque résident. Le prix de la journée en hébergement dit « classique » est de 83,50 euros par jour, en hébergement spécifique, il est de 86,50 euros par jour auxquels viennent s’ajouter un montant forfaitaire journalier suivant la grille AGGIR.

GIR 1-2 : 20.01 €

GIR 3-4 : 12.70 €

GIR 5-6 : 5.39 €

La moyenne d’âge des résidents est de 89 ans et la durée moyenne du séjour est d’environ 24 mois. La résidence emploie 41 salariés répartis sur le pôle administratif, restauration, entretien, d’un animateur, l’équipe soignante est composée d’un médecin coordinateur, d’une infirmière coordinatrice, d’une psychologue, d’un ergothérapeute, de 3 infirmières, d’aides-soignantes, d’aides médico-psychologiques et d’auxiliaires de vie. Tous sont affiliés à la convention collective nationale de l’hospitalisation privée du 18 avril 2002.

2- LA JOURNEE TYPE D’UNE AIDE PSYCHOLOGIQUE

La journée type d’une aide médico psychologique au sein de l’unité protégé Alzheimer se décompose en sept phases :

- la première, 8h30. C’est l’heure du lever avec la prise en charge de la toilette, de l’habillage, du petit déjeuner. C’est le premier moment de la journée où le résident est pris en soin et aussi le premier contact avec le personnel soignant.

- la seconde, 12h00. Le temps du déjeuner avec la prise en considération des repas adaptés à chacun suivant les textures, le temps de prise du repas, c’est aussi un moment de partage et de convivialité.

- la troisième, 13h30. L’heure de la mise au repos de certains résidents et la mise en place d’activités flash pour les autres.

- la quatrième, 16h00, la prise du goûter avec une attention de regrouper les résidents autour d’une même table pour encore un moment de partage et de ne pas rester isoler.

- la cinquième, 17h30, la mise en tenue de nuit.

- la sixième, 18h00, le dîner avec le même esprit que le déjeuner

- la septième, 19h30 le coucher.

C’est une journée type institutionnelle. Cependant aucune journée ne se ressemble car sur le pôle Alzheimer, aucun résident ne se comporte de la même manière. Certain auront déambulé toute la nuit et donc ne seront pas réveillés à 8h30, et dormiront une bonne partie de la journée, d’autre se mettront à déambuler au moment des repas, certains auront des angoisses à la mise en tenue de nuit, d’autres ne souhaitent pas aller en chambre.

La journée d’une AMP est une prise en soins de chaque personne selon le moment de la journée.

3-TEMPS CLE

LA TOILETTE DU MATIN

D’après le dictionnaire, la définition de la toilette : c’est se laver, se nettoyer, se peigner, se préparer.

La toilette répond à un des besoins fondamentaux. C’est un ensemble de soins complexes visant à prévenir l’hygiène corporelle, la propreté, à reconnaître les problèmes mécaniques, de prévenir les dégradations corporelles.

Elle permet de soigner l’image de soi, de prendre conscience de chaque partie de son corps.

La toilette est un moment intime, important. En acceptant d’être lavée, la personne accepte que le soignant entre dans son intimité.

C’est aussi un moment de communication privilégié. La toilette fait appel à différentes formes de communication (tactile, verbale, visuelle…). La communication non-verbale, et notamment le toucher, est d'autant plus importante lorsque le dialogue n'est plus possible

La toilette permet aux résidents de ne pas sombrer dans un syndrome d'immobilisme.

Cependant si la toilette nous semble à nous en tant que personne un acte automatique, anodin. Pour nos anciens il n’est pas forcément apprécier et pourtant obligatoire pour une vie en communauté

Rappelons-nous que la généralisation de la distribution de l’eau courante et potable dans les habitations ne remonte qu’à quelques dizaines d’années, que nos anciens privilégiaient une toilette minimale tous les jours et que la grande toilette s’effectuaient le dimanche devant un broc et une cuvette ou bien un lavabo.

A mon arrivée dans l’établissement, ma référente de stage, infirmière coordinatrice, m’attribue une aide-soignante que je suivrai pendant quelques jours pour effectuer les toilettes. Au bout d’une semaine, je prends en charge quatre résidents pour la toilette.

4- PRESENTATION DES RESIDENTS

J’ai choisi de vous présenter deux de ces quatre résidents.

Le premier, Mr B, 84 ans, arrivé à l’établissement en mars 2014. Il réside dans l’unité courante. Il était antiquaire brocanteur à Nantes, spécialisé dans les instruments de musique mécanique, automate et passionné d’orgue de barbarie.

Mr B. ne s’est pas marié, n’a pas d’enfants, n’a jamais vécu avec une femme. Il a toujours vécu comme il le désirait de façon marginale.

Mr B. n’a jamais eu de lien avec sa famille. Seule une amie lui rend quelques visites et selon les dires de cette personne « il n’aime pas trop faire sa toilette, et très pudique et n’aime pas non plus se changer.

Mr B est de corpulence moyenne, marche toujours la tête baissée en s’accrochant, son visage est toujours renfrogné. Il porte des lunettes. Lorsqu’il s’assoit, il croise toujours les jambes. Il aime s’asseoir sur les fauteuils installés à l’accueil de la résidence.

Mr B., après un AVC, souffre de trouble de la compréhension, a des difficultés de l’attention, a un ralentissement de l’idéation. Il souffre aussi de démences et psychoses.

Il a été classifié en GIR 2.

Mr B. est souvent dans le refus et l’opposition au moment de la toilette. Il est dans son lit, sa tête est recouverte de sa couverture

Pour intervenir, je frappe à sa porte, je dis bonjour Mr B. c’est Valérie. J’allume en même temps la présence. Je fais un tour de chambre et de salle de bain pour ranger et nettoyer car Mr B. étale largement ses selles sur les murs de la chambre. Je vérifie que les serviettes, gants de toilettes ainsi que la protection soient bien présentes.

Ensuite je m’avance vers le lit en lui disant que je m’approche de lui et que je vais soulever la couverture qu’il tient fermement. Je lui répète : « Bonjour Mr B. c’est Valérie ». A ce moment, il soulève sa couverture et me dit bonjour. Je lui explique que je vais effectuer sa toilette et qu’il doit se lever. Je lui demande s’il a besoin d’aide pour se lever. Il lève le bras gauche en l’air en me criant NON. Je le laisse donc faire. Mr B. s’assoit sur son lit et se glisse jusqu’au pied du lit et se met debout en s’accrochant au lit.

Mr B. se dirige vers sa table et s’assoit sur sa chaise en croisant ses jambes. Je lui réexplique que nous allons exécuter la toilette et que nous allons choisir des vêtements propres. J’ouvre son armoire et choisis ses vêtements. Je lui montre et il me répond violement « je ne vois pas ! ». Donc je lui dis que j’ai pris un pantalon marron, un t-shirt blanc, une chemise verte, ainsi qu’une paire de chaussettes.

Je m’oriente vers lui et lui demande d’aller vers la salle de bain. Je le sollicite plusieurs fois en lui expliquant qu’il doit

...

Télécharger au format  txt (14.9 Kb)   pdf (129.7 Kb)   docx (14.1 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com