DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

La fin de la République Romaine

Commentaire de texte : La fin de la République Romaine. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  3 Novembre 2015  •  Commentaire de texte  •  3 792 Mots (16 Pages)  •  663 Vues

Page 1 sur 16

Chp 1 : Fin de la République Romaine, vers la naissance du Principat

De 135 à 44 av. J-C, la république romaine est en proie à des convulsions politiques, notamment avec la personnalisation du pouvoir, de Marius à César mais aussi des multiples crises survenues telles la crise gracquienne (133-121), les Guerres serviles de Sicile (135-132) et la guerre des alliés (91-88), qui font que les valeurs traditionnelles de la société romaine se sont considérablement effondrées. Rome traverse, à partir de 107, date du premier consulat de Marius et jusqu'au principat d'Auguste, une période très troublée durant laquelle le pouvoir est tour à tour accaparé par des chefs de guerre, peu respectueux des institutions de la République : Marius (157-86) - Sylla (138-78) - Pompée (106-48) - Crassus et César (accusé d’avoir voulu tendre vers la monarchie et fut assassiné).

Au lendemain de cette crise chaotique de la République romaine, s’impose la nécessité d’une remise en ordre, d’une remise en place de la paix dans la république. Période qui s’ouvre avec l’air du Triumvirat qui se met en place, et dont la figure et l’acteur principal est l’héritier de César : Octave. Les historiens font généralement commencer le Haut Empire aux réformes qu’Octavien Auguste met en place en -27. Toutefois, il ne faut pas négliger la période qui suit immédiatement la mort de César en -44, car c’est dans ce contexte de guerre civile qui oppose ses héritiers que bon nombre de caractères nouveaux du régime trouvent leur origine :

I – L’air du Triumvirat et de la guerre civile (44 à 28 av J-C) 

  1. Un triumvirat pour rétablir la paix et l’ordre dans la cité

A la mort de César le 15 mars -44, Rome est divisée en deux camps, d’un côté, les assassins et conjurateurs, de l’autre, les héritiers de César qui faisaient partie de son cercle intime de son vivant.

Le triumvirat était, à l’origine secret parce qu’interdit par la loi romaine. En finalité, celui-ci n’a rien résolu d’autant plus que l’élite sénatoriale n’est toujours pas cohérente pour remettre en place les institutions romaines, et se borne à s’entendre avec trois personnages qui, à la mort de César, ont repris à leur compte les problèmes de la cité et règnent ensemble dans un triumvirat :

Marc-Antoine, Marc Antoine, consul en -44 et l’un des plus proches lieutenants de César, il était le mieux placé, charismatique. Il fuit les problèmes de Rome en allant combattre en Orient, lui rapportant la gloire, la richesse mais il se fait oublier à Rome, c’est pourquoi il part au Proche-Orient pour y mettre en place une administration, une politique de grandeur, les gens riches se rapprochent de lui mais le peuple de Rome va s’en éloigner.

Lépide, En -43, Lépide, chef de cavalerie du dictateur César, envoyé en Afrique, éloigné du pouvoir, jusqu’à sa mort en 10 av J-C

Octave, fils adoptif de césar, hérite de la richesse de son père (une partie de l’Egypte, de l’Espagne). Il hérite également d’une armée bien entrainée qui lui vaut une position forte. Il perçoit très vite qu’en tant qu’héritier de César, son objectif est de résoudre cette dramatique situation et de ramener la paix (subvenir au besoin de la population, prendre la terre aux italiens pour la donner aux vétérans, gérer les guerres civiles incessantes).

Il va y avoir un ralliement profond des élites et surtout la mise en place d’un autre système, en vue de restaurer la Res Publica dans la tradition de ses principes, tâche qui lui est confiée par plébiscite. C’est pourquoi le triumvirat est très vite légalisé. La plèbe demande à Octave de rétablir la paix. Cela fait donc parti des convictions de ce triumvirat, remettre en place la constitution et rétablir la paix dans l’empire. Tous les évènements liés au triumvirat seront votés et agréés par le peuple, tout se passe dans la légalité des choses.  

La différence du premier triumvirat, en -60, qui n’était qu’un accord politique entre César, Pompée et Crassus, le second triumvirat de -43 est une véritable magistrature constituée « pour réorganiser la République », fondée sur une loi qui donne aux triumvirs des pouvoirs extraordinaires à Rome et dans ses provinces.

Cicéron apporte son soutien à Octave contre Marc Antoine au consulat pour l'année 44 av. J.-C, qui comme lui revendique l'héritage césarien, mais le sénat le lui refuse car il est trop jeune.

En janvier - 43, il n’a que 19 ans et le sénat accorde à Octave un Imperium prétorien bien qu’il n’ait pas effectué le Cursus Honorum. Ascension fulgurante qu’il doit à son héritage, à son habilité politique puis à son absence de scrupules.

Il peut donc administrer une province, siéger au sénat dont il a le soutien, briguer et postuler le consulat avant l’âge légal. Pour mettre en valeur ce nouveau pouvoir, il dispose de l’ornement consulaire (toge, faisceaux et les haches symbolisant le droit de punir et la mort).

La première loi qu’il fait voter est « la reconnaissance de son adoption par son père César et sa sacralisation ». Il fait voter une loi qui conduit à la sacralisation de son père. Une logique à cela, si César est un dieu, le fils est un dieu.

L’élite sénatoriale laisse donc le pouvoir aux trois héritiers. Un triumvirat fondé par la loi Titia, se consacrant à la restauration de la Res Publica et de ses institutions. Ils font voter le titre de « Tres Viri rei publicar constituendae » (Les trois hommes chargés de pacifier la république). Ils sont magistrats particuliers et en profitent pour se partager l’administration des provinces. Ils dressent la liste des proscriptions.

Le triumvirat devient légal en novembre 43 par plébiscite et accorde un imperium consulaire aux triumvirs pendant cinq ans, un pouvoir illimité, aussi puissant que le consulat pour restaurer les institutions.

Antoine récupère la Gaule cisalpine et narbonnaise, les deux provinces d’Espagne et les provinces hellénophones. Lépide, la Sicile, la Sardaigne et l’Afrique. Octave, l’Italie par prestige héréditaire.

Octave impose en plus par la force les expropriations pour mettre en place les vétérans et ordonnent la punition des coupables de tous les conflits précédents.

Il fait rechercher tous les assassins de César et fait éliminer les républicains n’étant pas en sa faveur, tels Sextius Pompée, exilé et privé de ses moyens, de sa légitimité au pouvoir. Octavien dispose alors, de l’intégralité de l’Occident romain, en effet, Sextus avait construit un éphémère empire maritime sur la Sardaigne et la Sicile.

2) Vers la guerre civile : Triomphe d’Octave

Après l’élimination des principaux meurtriers de César à la bataille de Philippes en -42, les triumvirs ne tardent pas à se diviser, s’engagent dans de nombreux conflits, malgré certaines tentatives de rapprochement, comme les accords dis de Brindes en -40 qui scellent le partage entre l’Orient et l’Occident, ce qui vaut à Octave le titre d’empereur (imperator). Marc Antoine s’est quant à lui réservé l’Orient pour combattre les Parthes avec le soutien de Cléopâtre. Les tensions sont de plus en plus présentes entre les deux rivaux dans la mesure où le gout du pouvoir s’amplifie. Les relations entre les deux se dégradent.

Le triumvirat est dissout comme promis en - 38 mais en - 37, ils décident de se remettre en Triumvirat à Tarente et de prolonger le pouvoir pour cinq ans. Octave fait approuver cette mesure de reconduction par le peuple qui lui fait approbation (restant toujours dans la légalité, légalisant le pouvoir triumvirat).

En -36, Lépide, marginalisé depuis -42 (il ne disposait que de la province d’Afrique) est définitivement écarté par Octavien et exilé, preuve que son attrait du pouvoir personnel se renforce. Il ne reste plus qu’Octave et Marc-Antoine. Une fois rentré à Rome, Octave proclame la fin des guerres civiles et la fin des impôts les plus lourds, recevant un arc de triomphe, une couronne de lauriers.

Il gouverne sagement l’Italie et l’Occident pendant que Marc-Antoine se perd en Orient auprès de Cléopâtre.
Il décide de déposer les pouvoirs triumviraux mais comme il tient l’Italie, Marc Antoine craint la perte de ses propres pouvoirs, et la personnalisation du pouvoir et s’indigne. Expédient son testament à Rome, Octave le récupère et divulgue sa tenue en faisant considérer Marc Antoine comme un traitre de Rome, il se retrouve désavoué par le peuple et la grande majorité des sénateurs et des amis d’Antoine glissent en faveur d’Octave. Octavien le présente comme une menace pour l’unité de l’Empire, mais aussi pour la République. Il finit discrédité et est considéré comme le jouet de l’Egyptienne.

...

Télécharger au format  txt (23.7 Kb)   pdf (269.6 Kb)   docx (18.7 Kb)  
Voir 15 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com