DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Peut-On Ne Pas Être Soi-Même ?

Note de Recherches : Peut-On Ne Pas Être Soi-Même ?. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 6

ontinue toujours à s’exprimer dans l’inconscient ». Comme l’explique Freud dans cette citation, même si les désirs sont contrôlés, ils restent néanmoins présents et c’est lorsque la conscience est la moins alerte qu’il trouve un moyen détourné de se réaliser, comme nous pouvons le constater lors d’un lapsus où la personne exprime autre chose que ce qu’elle avait prévu d’exprimer. C’est l’inconscient qui structure notre être et nous ne sommes pas ce que nous avons conscience d’être. La conscience est un épiphénomène, c’est-à-dire un phénomène de surface, mais les motivations réelles de nos actes sont le plus souvent inconscientes. La jalousie ou encore l’amour sont des passions extrêmes qui nous poussent à agir et à nous comporter de façons excessives, et qui peuvent être en contradiction avec ce que nous sommes, car nous sommes désorientés puisque la réalité est chamboulée.

La citation déjà évoquée de Freud « le moi n’est pas maître dans sa maison » est totalement vraie et nous puisque « le moi » doit faire face à l’inconscient, mais également au préconscient. Lorsque nous sommes en état d’ébriété, par exemple, on ne maitrise pas son propre corps et paroles. On fait et dit des choses que nous n’aurions jamais faites ou dites en étant sobre, comme par exemple dire à une personne tout ce que l’on trouve de désagréable chez elle. Ceci n’est pas moral mais est dû au fait que la résistance entre « le moi » et le « sur-moi » cède et que ce dernier prend le dessus sur « le moi ». Les interdits moraux intériorisés sont oubliés et nous n’avons plus de barrières.

Cette « perte de contrôle de nous-même » peut également être dû à certaines pathologies entrainant la perte involontaire de l’identité et du « soi-même », telles que la Schizophrénie ou encore la maladie d’Alzheimer.

Enfin, nous pouvons ne « plus être nous-même », à cause de l’influence des autres. En effet, une personne ou une chose que nous admirons peut inconsciemment nous transformer : un ami vulgaire peut inciter une personne à le devenir car inconsciemment cela devient une habitude pour la personne d’entendre des vulgarités alors qu’à la base cette personne déteste cela.

Nous ne sommes donc plus « pas nous-même » dans deux cas : lorsqu’il y a trop de contrôle de nous (surmoi), ou à l’inverse pas assez (inconscient). Mais nous restons toutefois nous-même par certains aspects.

Parfois, nous pouvons ne « plus être nous-même » volontairement. La société nous pousse parfois à ne pas être totalement nous-même car nous sommes obligés de suivre certains « codes » de la société moderne et cela nous oblige à nous créer une image. Pour s’intégrer dans un groupe, les adolescents sont parfois contraints à changer un aspect de leur personnalité pour plaire et se faire apprécier. C’est peut également être le cas dans le travail d’une personne : le poste peut demander un sérieux constant et un certain code vestimentaire alors que la personne est dans sa vie quotidienne au contraire très extravertie. Toutefois, nous sommes toujours nous-même en tant qu’individu humain et nous avons conscience de nous-même. Nous avons une identité, nos propres opinions, des avis personnels, des sentiments, des émotions, notre propre caractère et personnalité. Par exemple, lorsque l’on parle spontanément, le « soi-même » ressort car on s’exprime librement et sans contrôle. Nous avons aussi une entité : nous sommes toujours "nous-même", car notre préconscient et notre inconscient font partie de nous. Lors d'un acte honteux par exemple, nous ne pouvons nier que c’est nous qui l’ayons fait. Tout ce que nous faisons, tout ce que nous disons, c'est nous-même qui le fait, même si c'est hors de notre volonté.

Cette impression de « ne plus être soi-même » révèle en fait un problème. Les actions que nous exécutons et qui semblent être en contradiction avec nous-mêmes reflètent en fait des facettes de notre personnalité que l’on ne connait pas forcément. Cela révèle donc un problème de connaissance de soi et de ses propres limites. Si l’on veut se connaitre entièrement il faut être en perpétuelle réflexion sur soi-même car une personne est en constante évolution. Il faut donc de la volonté et du courage pour effectuer une constante introspection de soi-même et mener une réflexion objective si l’on veut réellement savoir qui l’on est. Nous avons le devoir d’être nous-même, c’est une lourde responsabilité. Comme le dit Alain « il n’y a point de pensée en nous sinon par l’unique sujet « Je » ; cette remarque est d’ordre morale ». On ne peut pas considérer l’inconscient comme une autre personne en nous qui serait capable d’agir à notre place.

De plus, « ne plus être soi-même » est un réel problème pour la personne

...

Télécharger au format  txt (8.1 Kb)   pdf (80.6 Kb)   docx (7.9 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com