DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Un aménagement dans un territoire proche du lycée

Synthèse : Un aménagement dans un territoire proche du lycée. Rechercher de 48 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  21 Mai 2021  •  Synthèse  •  1 607 Mots (7 Pages)  •  35 Vues

Page 1 sur 7

En 1837, la Gare Saint-Lazare fut la première gare édifiée en Ile-de-France. Elle est construite au cœur du 8ème Arrondissement de Paris. La gare Saint-Lazare est aujourd’hui la deuxième gare de Paris, de France et d’Europe, après la gare du Nord (dans le 10ème Arrondissement). Elle accueille environ 100 millions de voyageurs par an, donc environ 450 000 franciliens par jours. Dans cette gare, on y peut trouver des trains banlieues pour le nord et l’ouest de Paris (Argenteuil, Pontoise, Saint-Cloud, Versailles,…) et des trains (Corail Intercités et TER) pour la Normandie (Deauville, Caen,…).

Beaucoup de mouvements ont eu lieu dans la gare : environ 2000 mouvements pendant les heures de pointes. Un départ ou une arrivée de train tous les 28 secondes, pendant une période de pointe. En une journée, 1600 trains rentrent et sortent de cette gare avec vingt-sept (27) voies pour les départs et séparés pour chaque ligne. En effet, il y a actuellement 3 lignes de trains au départ de la gare Saint-Lazare :

- Ligne J : Axes Paris/Pontoise, Paris/Ermont, Paris/Mantes-la-Jolie,…

- Ligne L : Axes Paris/Versailles, Paris/Saint-Nom-La-Bretèche, Paris/Saint-Cloud,…

- Ligne Normande : Axes Paris/Deauville, Paris/Caen, Paris/Le Havre,…

La gare a connu un gros changement entre 2003 et 2014, avec le projet d’aménagement « Demain Saint-Lazare », que nous allons évoqués ici.

I/ Les enjeux et les contraintes

A. Les enjeux

Le projet « Demain Saint-Lazare » est un projet inscrit dans le cadre du Grand Paris. Il fallait 10 ans d’études préalables, avant les débuts des travaux, pour pouvoir satisfaire à la fois les enjeux économiques et les enjeux sociaux tout en préservant le monument historique et en maintenant le trafic ferroviaire de la gare. Ainsi, deux enjeux sont engagés : Les enjeux sociaux et les enjeux économiques.

En réaménageant la gare, la SNCF, le SPIE Batignolles, Klépierre et les architectes de la SNCF, qui sont des acteurs, ont pour objectif principal de permettre, au 450 000 franciliens et voyageurs passant par là, de circuler plus rapidement et d’améliorer les accès de sortie ou de transit pour les métros ou bus, et en rendant les espaces plus fluides et conviviales. Les architectes voulaient faire la gare en un lieu de rencontre et de vie en mettant des couleurs douces, une espace d’attente,… Il fallait aussi réduire le temps des franciliens en améliorant l’intermodalité par des cheminements plus intuitifs et simples vers le métro et le RER E et A (Réseau Express Régionale). Le développement durable était privilégié en valorisant les méthodes de lumière grâce aux vitres de la toiture,…

La gare devrait être accessible aux handicapées, aux personnes ayant un déficit visuel ou auditif, comme est inscrit dans la loi du 11 Février 2005.

Un travail a donc été effectué non seulement pour que la gare soit plus accueillante, fluide, accessible et permettre ainsi d’améliorer les conditions d’accueil et les services aux voyageurs tout en préservant le patrimoine architectural du bâtiment qui est en partie inscrit à l’inventaire des monuments historiques mais également pour des enjeux économiques.

En plus des enjeux sociaux, les acteurs du projet ont pour but de valorisé le côté commercial de la gare en créant une espace commerciale de 10 000m², sur trois niveaux. Ainsi, cela devrait permettre aux voyageurs d’avoir accès au plus de 80 magasins et services ont un lieu, et la gare devient un lieu de richesse en créant des centaines emplois.

B. Les contraintes

C’était un chantier de 10 ans, qualifié de « Hors Normes », par la SNCF. Trois cents cinquante (350) hommes et femmes de la SPIE SCGPM étaient présents sur ce chantier. Beaucoup de difficultés ont dû être surmontés par les ouvriers.

Tout d’abord, comme nous l’avons vu, la gare est un monument historique. Cela veut dire que les ouvriers devraient faire attention en faisant les travaux puisqu’il fallait préserver les verrières du XIXème siècle sans les fragiliser,…

Puis, comme la gare était en activité, pendant les travaux, les ouvriers était obligés de creuser et de construire en sous-œuvre sans faire bouger le bâtiment.

Enfin, comme nous l’avons dit précédemment, ce chantier, qui était « Hors Normes », avait un coût de l’investissement « énorme ». Son coût de 250 millions d’euros dont 90 millions d’euros investit par la SNCF et 160 millions d’euros investit par la société KLEPIERRE, fait de ce projet la plus importante opération parisienne de ces dernières années.

Malgré le maintien de l’activité de la gare, il a donc fallu des infrastructures pour pouvoir mettre aux voyageurs d’accéder aux différents réseaux tout en garantissant la sécurité des voyageurs, en créant des passerelles.

Malgré la situation géographique de la gare et ses atouts, il aura fallu, par exemple, des bennes de nuit pour évacuer 70 000m3 de terre ou il a fallu des infrastructures aériennes, notamment l’hélicoptère pour livrer des matériaux non transportables par les voies terrestres.

Pour surmonter à ces contraintes et satisfaire ces enjeux, différents acteurs ont été conviés à participer à ce projet.

II/ Les acteurs et les débats suscités

A. Les acteurs

1. Les acteurs publics

Dans ce projet « Hors Norme », différents acteurs étaient concernés.

D’une part, les citoyens sont concernés. En effet, depuis les années 2000, la gare Saint-Lazare n’étaient plus aux attentes des franciliens. On peut voir depuis 2006, une hausse de 12% des voyageurs et des vieillissements des infrastructures. Et, cela rendaient une mauvaise image auprès des 450 000 franciliens. Ainsi, on met en place le projet « Demain Saint-Lazare ». Aujourd’hui, les usagers sont satisfaits de cet aménagement. Mais, malheureusement, les usagers déplorent toujours le nombre des trains mobilisés et selon eux insuffisant pour gérer les flux des voyageurs.

D’autre part, une partie du domaine public est concernée. En effet, la mairie de Paris joue un rôle de superviseur avec la région d’Ile-de-France, puisque ce projet est inscrit dans le projet du Grand Paris.

2. Un partenariat exclusif et inédit

Le projet de cette nouvelle gare a nécessité un partenariat public/privée exclusif et inédit. En effet, pour faire rénover les 37 000m² d’espaces public dont 10 000m² d’espaces commerciaux et de faire Saint-Lazare, une gare à la fois moderne du XXIème

...

Télécharger au format  txt (10.2 Kb)   pdf (59.6 Kb)   docx (12.5 Kb)  
Voir 6 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com