DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Commentaire Composé Article "Guerre" De Voltaire

Recherche de Documents : Commentaire Composé Article "Guerre" De Voltaire. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 8

a repris aussi les marques de l’indétermination propres au conte. Elles permettent de sortir de la réalité. C’est la fonction du « il était une fois » pour le temps, et d’une contrée éloignée pour le lieu. Ici, ce procédé permet soit d’échapper à la censure, soit de donner une portée plus générale à l’exemple. En effet Voltaire s’inspire de la guerre de Sept ansiv (petites principautés, dévastation par des mercenaires, alliances changeantes…) qu’il a aussi dénoncée dans Candide.

Les personnages « prince », « comte » ou leur famille, leur « maison » sont annoncés par l’article indéfini « un », tout comme le lieu, « province », notons également que "les autres princes […] couvrent une petite étendue de pays" : là encore l’anecdote se situe dans un espace indéterminé qui apparente le texte au registre du merveilleux. Les indications de temps sont aussi peu précises : « il y a trois ou quatre cents ans » nous renvoie dans un passé éloigné et approximatif. Rien ne permet de dater précisément les événements : cela apparente encore une fois le texte au registre du merveilleux.

Mais l’indétermination a surtout pour fonction de montrer les prétentions injustifiées et ridicules du prince. Le prince justifie ses droits par un lignage à plusieurs étages « en droite ligne d’un comte dont les parents avaient fait un pacte de famille, il y a trois ou quatre cents ans avec une maison dont la mémoire même ne subsiste plus. Cette maison avait des prétentions éloignées sur une province dont le dernier possesseur est mort d’apoplexie ». L’accumulation est ridicule. Les droits sur l’héritage sont inconsistants. C’est pourtant sur cette absence de preuve que le prince revendique le bien. Notons les deux points qui marquent une déduction absurde et provocatrice : « le prince et son conseil concluent sans difficulté que cette province lui appartient de droit divin ». Enfin les habitants ne veulent pas de ce souverain qu’ils ne connaissent pas. Pourtant le prince n’entend pas ces objections et impose un « droit incontestable ». C’est ainsi que Voltaire montre que les origines de la guerre sont dérisoires et absurdes.

Syntaxe du conte

Le texte reprend souvent l’adjectif démonstratif « ce » parfois placé en tête de phrase, en anaphore : "cette maison", "cette province", "ces multitudes". Voltaire oppose fortement l’inconsistance des prétentions à la focalisation sur ce lieu et ces gens. Ce lieu oublié accède à l’existence et à la notoriété par la convoitise dévoyée du prince. Les événements s’enchaînent dès lors de façon inéluctable. L’asyndète (absence de subordination comme de coordination), notamment dans le premier paragraphe avec les ":", renforce cette accélération mécanique des événements.

Voltaire utilise donc l’exagération pour attirer l’attention du lecteur sur ses intentions. Il vide de sa substance le conte classique : ce n’est pas une belle histoire, mais au contraire une aventure absurde, dérisoire et sanguinaire. C’est même une mécanique infernale. Nous passons insensiblement d’un récit anodin à une dénonciation de la guerre.

B. Un conte philosophique

La guerre

Le champ lexical de la guerre devient plus présent : « marche à la gloire », « équipée », « mercenaires », « se battre », « s’acharnent les unes contre les autres », « puissances belligérantes », « s’attaquant tour à tour », « drapeaux », « exterminer ».

Mais la guerre n’apparaît pas comme une activité ordonnée, aucune stratégie guerrière n’est réellement évoquée. Le vocabulaire guerrier se réduit à un jeu de guerre enfantin. Il s’agit ici de "se battre", les peuples sont répartis en "bandes" ; ils se lancent sans réfléchir dans une "équipée". Tout se mesure en termes de gain : il s’agit de "gagner" la guerre comme on gagne un jeu. Ce langage enfantin intrigue le lecteur.

La dérision de la guerre : la guerre est vue comme un jeu puéril

Il s’agit d’abord d’une parade : chaque participant revêt quelques attributs militaires comme un chapeau ou un habit de drap, ensuite ont lieu les manœuvres, « tourner à droite et à gauche et marche à la gloire ». Chaque prince veut être "de la partie", comme dans un jeu. On ne sait même pas pourquoi on se bat. D’ailleurs qui sont les soldats ? : "les autres princes" […] "des peuples" […] "ces multitudes" […] D’où viennent-ils ? Que veulent-ils ? Ils vont simplement "vendre leurs services à quiconque veut les employer".

Voltaire utilise une poétique du vague qui dans de telles circonstances ne peut manquer d’alerter le lecteur car la guerre est très fortement associée à un jeu d’enfant : les guerriers sont de petits soldats de plomb destinés à tomber. Il en va de même pour la comparaison « ils se divisent aussitôt en deux bandes comme des moissonneurs ». Notons le détournement de l’image car il s’agit ici de faucher des êtres vivants.

La guerre est mercantile, criminelle et déraisonnable

Voltaire montre les guerriers comme des marionnettes, voire des personnages de bandes dessinées. Dans la parade initiale les soldats vont « tourner à droite et à gauche ». Ce sont plus tard des groupes sans individualité envoyés dans le tourbillon des combats.

Voltaire désigne les guerriers comme des meurtriers (le terme est employé à deux reprises). D’ailleurs les allitérations en "r" soulignent la guerre dans "meurtriers mercenaires" ou "se battre", comme encore les gutturales inscrites dans les noms de guerriers du deuxième paragraphe.

Voltaire juge les soldats comme des êtres déraisonnables : ceux-ci "s’acharnent", "sans savoir même de quoi il s’agit". De plus, il souligne que tous se détestent (terme enfantin par excellence). Leur seul but semble être "celui de faire tout le mal possible". Nous pouvons y voir une pointe contre la philosophie de Leibniz illustrée par le docteur Pangloss de Candide : « tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles ».

Ainsi Voltaire dépasse le conte narratif classique en écrivant un conte philosophique. Comme chacun sait, un conte philosophique a une visée argumentative. Ici comme ce texte s’inscrit dans le Dictionnaire philosophique et se définit comme un article, le lecteur est invité à lire ce texte comme un apologue.

C. Un apologue

Rappel de la définition de l’apologue

L’apologue est souvent une fable. Ici, la spécificité de cet apologue réside dans l’enseignement caché que nous délivre Voltaire : il faut découvrir son sens en analysant les procédés de l’ironie.

L’ironie comme procédé de la dénonciation

L’ironie repose sur trois procédés présents dans ce texte :

D’abord il s’agit de l’antiphrase comme à la fin de la deuxième phrase déjà citée pour sa valeur absurde et provocatrice.

Ensuite on retrouve une parodie de l’épopée qui est proche du style burlesque et qui culmine dans l’emphase ternaire : « se détestant toutes également les unes les autres, s’unissant et s’attaquant tour à tour » ; ce rythme indique une construction, un projet dans cet apparent désordre "celui de faire tout le mal possible". L’adjectif qualificatif « possible » est bien évidemment une reprise à contresens d’une expression du philosophe Leibniz. Voltaire, comme dans Candide, dénonce

...

Télécharger au format  txt (12.2 Kb)   pdf (111.4 Kb)   docx (10.6 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com