DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

LES GRANDES FONCTIONS DE LA GESTION

Dissertation : LES GRANDES FONCTIONS DE LA GESTION. Rechercher de 50 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  28 Septembre 2016  •  Dissertation  •  11 984 Mots (48 Pages)  •  1 128 Vues

Page 1 sur 48

Université des Antilles-Guyane

Faculté des Sciences Juridiques et Economiques de la Guadeloupe

LES GRANDES FONCTIONS DE LA GESTION

Licence éco-gestion 1ère année. Année universitaire 2013-2014

Volume horaire :     heures

Equipe pédagogique :

  • Monsieur Joël RABOTEUR : Cours et TD

Objectifs : L’ambition de ce cours est de donner aux étudiants les éléments théoriques concernant les différents aspects du fonctionnement des entreprises. En second lieu, l’objectif est de mettre à leur disposition les outils et méthodes permettant, au-delà d’une vision purement théorique, d’appréhender de manière très concrète les problèmes d’organisation et de gestions des entreprises.

INTRODUCTION

Le regard que nous portons sur l’entreprise sera celui de l’analyste (quelqu’un qui ne se contente pas de savoir mais au contraire d’aller plus loin) situé au cœur de l’organisation. Il existe une corrélation entre comptabilité générale et comptabilité analytique. Il n’y a pas d’intérêt dans la comptabilité générale, l’analytique permet de rentrer dans le vif du sujet. Entreprise = organisation. Il faut comprendre l’articulation de l’entreprise.

L’intérêt de ce cours est de se concentrer sur l’intérieur de l’entreprise, et surtout sur la manière dont elle est structurée. Par exemple, un mauvais accueil dans une entreprise que l’on quitte aussitôt et le chiffre d’affaires de l’entreprise chute…

Il faut identifier le maillon faible de l’entreprise à l’aide d’un consultant. On analyse à l’aide d’outils théoriques.

L’analyste va chercher à définir la politique de l’entreprise, son fonctionnement interne, ses modes de régulation, son évolution et surtout ses capacités d’adaptation aux contraintes de l’environnement. Beaucoup d’entreprises ne se sont pas adaptés à leur environnement alors qu’il est changeant. De nos jours, on parle de la mondialisation.

  • Comment définir l’entreprise ou l’organisation ?

Il existe une multiplicité de regards qui se portent sur l’entreprise, constituant autant de sources en matière de définitions. Il n’y a pas qu’une définition de l’entreprise. Chaque définition va s’intéresser à un paramètre en particulier : dimension humaine, dimension politique, dimension économique…

  • La définition la plus basique est de définir l’entreprise comme un lieu de production de biens et de services. Toute unité d’organisation doit produire des biens ou des services. Une des caractéristiques de l’entreprise c’est sa localisation, son emplacement qui matérialise l’entreprise. Il y a des entreprises qui n’ont pas vraiment de lieux (coiffeur à domicile, ou secteurs d’activités,….). par exemple, de plus en plus d’experts comptables ne côtoient pas d’entreprises.

  • Une autre définition consiste à définir l’entreprise comme une organisation, c’est-à-dire un ensemble d’individus et de moyens structurés (organigramme) et hiérarchisés (ouvriers, techniciens, ingénieurs,…) disposant de l’autonomie (elles n’ont d’ordre à recevoir de quiconque) de décisions et d’une personnalité juridique. L’entreprise est donc libre de faire des mauvais choix (investissements non mesurés, non rentables) amenant à la disparition de l’entreprise.

*Lising = tout louer (mobilier)

  • L’entreprise est à la fois une cellule économique (lieu de création de richesse), une cellule sociale (un centre autonome de décisions) et l’entreprise est également distributrice de revenus (salaires).

  • L’entreprise est en relation permanente avec les autres cellules économiques (les ménages, les fournisseurs, les concurrents, …). On peut alors présenter l’entreprise comme un système finalisé (entreprise systémique : si l’un des acteurs de ce système vient à faillir c’est tout le système qui va en pâtir) et de surcroît ouvert sur son environnement.

On ne peut pas réduire l’entreprise à une entité abstraite dont les dirigeants recherchent la maximisation de leurs profits. Ce n’est pas l’unique motivation de l’entreprise qui doit répondre à des besoins.

Parler d’entreprise, consistera pour nous à reconnaitre sa diversité, à rechercher derrière l’hétérogénéité des éléments de stabilité et parallèlement des points communs.

L’entreprise est devenue le lieu incontournable de production de nos économies. L’entreprise telle que nous la connaissons aujourd’hui n’a pourtant pas toujours existée. Avant, il y avait les manufactures et l’entreprise était un lieu d’incorporation. Au Moyen-âge par exemple, il y avait des corps de métiers : artisans de père en fils. L’évolution de la société, la révolution française et la révolution industrielle vont transformer les manufactures en entreprises. On aura par la suite les entreprises modernes.

Les évolutions technologiques et l’émergence de nouvelles sources d’énergie comme la machine à vapeur ont favorisé le développement des usines au moment de la 1ère révolution industrielle. Comprendre le fonctionnement des entreprises ainsi que leurs choix stratégiques est essentiel pour tous et plus spécifiquement pour les étudiants en économie-gestion. Les entreprises peuvent s’appréhender à partir d’une démarche fonctionnelle. La démarche fonctionnelle consiste à décortiquer l’entreprise et notamment la chaine de valeur de Porter.

La chaine de valeur de Mr PORTER[pic 1][pic 2][pic 3]

[pic 4]

INFRASTRUCTURES DE L’ENTREPRISE

[pic 5]

GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

RECHERCHES ET DEVELOPPEMENT

[pic 6][pic 7]

APPROVISIONNEMENTS

LOGISTIQUE

AMONT

PRODUCTION

LOGISTIQUE

AVAL

MARKETING

ET

VENTE

SERVICE

[pic 8][pic 9]

  • Logistique amont : tout ce qui est perdu avant et pendant la production pour faute de place.
  • Logistique aval : une fois le produit fini, il faut le commercialiser. Il faut compter le temps de déstockage.
  • Service : après vente, réparation…

On peut toujours marger pour la plupart des activités. Notamment sur l’approvisionnement par rapport aux concurrents.

Cette représentation met à jour le fait que chaque fonction contribue à la création de valeurs, mais surtout que les fonctions sont interdépendantes (vision systémique : penser à l’écosystème). Chaque entreprise à sa chaine de valeur. La chaine de valeur de l’entreprise est également en relation avec les chaines de valeur de ses partenaires.

  • Notion de PIB marchand et non marchand
  • Calcul du PIB
  • Difficultés d’appréhension de l’entreprise

(Voir dans le cours)

PREMIERE PARTIE : LES PROBLEMATIQUES FONDAMENTALES

CHAPITRE 1 : UNE APPROCHE DESCRIPTIVE DE L’ENTREPRISE

L’entreprise est une unité économique juridiquement autonome organisée pour produire et commercialiser des biens et des services pour d’autres acteurs et dans le but de réaliser des bénéfices.

Quand on crée une entreprise, on crée une identité. S’il y a un problème c’est l’entreprise entière qui est en tort. Le patrimoine de l’entreprise doit être différencié du patrimoine personnel (du chef d’entreprise par exemple).

*Ne pas confondre chiffre d’affaires et bénéfices !

Pour y voir plus clair, on peut classer les entreprises en fonction de différents critères :

  • Les catégories juridiques (SARL, URL,…)
  • L’activité de l’entreprise
  • La taille
  • Les performances : chaque année on publie le chiffre d’affaires des entreprises
  • La situation de l’entreprise face à la concurrence
  • Le classement selon les propriétaires de l’entreprise

  1. Les différentes catégories juridiques

Dans cette grande masse d’entreprises, on distingue :

  • Les sociétés anonymes (SA) qui représentent 6% du total des entreprises françaises
  • Les SARL (société à responsabilité limitée) qui représentent environ plus de 15% des entreprises françaises
  • Les entreprises individuelles qui sont de petites structures : professions libérales, cabinet d’experts comptables,…

Autant de sigles familiers qui témoignent de la grande richesse et de la grande diversité des formes juridiques. Le « droit français et européen » distingue deux grandes catégories juridiques d’entreprises :

  • L’entreprise individuelle qui n’a pas d’existence juridique propre et se confond avec la personne physique de l’entrepreneur. Un médecin par exemple est son propre patron et représente sa propre entreprise. Très souvent, la comptabilité du ménage se confond avec la comptabilité de l’entreprise.
  • L’entreprise sociétaire. On peut commencer par être une entreprise individuelle et en s’associant avec d’autres agents, on devient une entreprise sociétaire. Il faut simplement changer de statut. Les entreprises sociétaires qui ont une existence juridique distincte de la personnalité juridique de ses sociétaires. Cette personne morale va naître de la conclusion d’un contrat de société entre plusieurs associés et peut prendre des formes variées. L’entreprise sociétaire est un choix. Monter une société est un acte de bravoure (car il faut apprendre à faire confiance à l’autre).

  1. L’entreprise individuelle

Définition

L’entreprise individuelle est créée par une seule personne physique, l’entrepreneur. L’entrepreneur en est l’unique propriétaire (professions libérales,…). Il peut y avoir des salariés mais c’est le seul responsable, le seul maître à bord. L’entreprise n’a pas de personnalité juridique propre. Ce n’est pas une personne morale. Par exemple, si demain vous êtes entrepreneur en bâtiment et que votre pelle blesse quelqu’un vous serez l’unique responsable. De même, pour les médecins et un mauvais diagnostic. Il y a toujours des risques en entreprise individuelle.

...

Télécharger au format  txt (84 Kb)   pdf (511.7 Kb)   docx (180.1 Kb)  
Voir 47 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com