DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Maurois, "Un Personnage De Roman Est Simplifié Et Construit. On Peut Le Comprendre, Les Êtres Vivants Sont Des Énigmes Dangereuse "

Rapports de Stage : Maurois, "Un Personnage De Roman Est Simplifié Et Construit. On Peut Le Comprendre, Les Êtres Vivants Sont Des Énigmes Dangereuse ". Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 8

face à la complexité de la nature humaine. C’est ce que l’on voit dans les œuvres de Balzac. La description de ses personnages est donnée directement quand l’on a faire à eux pour la première fois et par la suite, ils ne nous réservent plus aucun secret, plus aucune surprise. Par exemple, dans son œuvre Eugénie Grandet, le nom du personnage est déjà dévoilé dès le troisième mot.

Egalement, dans un des chapitres des Misérables, Victor Hugo présente les Thénardier et nous avoue « Rien qu’en les entendant dire un mot ou qu’en les voyant faire un geste, on entrevoit de sombres secrets dans leur passé de sombres mystères dans leur avenir ». Par cette phrase, Hugo nous guide dans ce que nous devons imaginer des Thénardier, en conséquent, nous n’auront aucune surprise sur ceux qu’ils pourront dire ou faire. De plus, en regardant d’une façon plus générale toute la description des Thénardier, Hugo ne laisse passer aucun détail, il les construit intégralement en une description, ce qui nous évite d’être surpris par la suite.

b. Personnage construit

Le personnage de roman est à la fois choisi, précis et mesuré.

Si Maurois affirme que le personnage du roman est simplifié et construit, il certifie aussi que, dans la vie réelle, les êtres vivants sont des énigmes dangereuses.

B. Les être vivants sont des énigmes dangereuses

a. Ils sont des énigmes

Un être humain, même si nous le connaissons reste mystérieux et énigmatique. On ne peux jamais vraiment savoir ce que pense l’autre, nous ne pouvons ne nous mettre qu’à la place de nous même et personne d’autre, de ce fait les autres sont un mystère car nous ne sommes pas dans leur esprit et ne savons pas comment il peuvent percevoir la vie. Chacun a sa façon de voir les choses, ce qui rend tout être humain imprévisible. De plus, les être vivants sont tellement différents les uns des autres par leur caractère ou leur histoire qu’il est impossible de les comprendre totalement. Seul ce que nous savons d’eux permet de les connaître, mais cette connaissance est toujours partielle, limitée par notre incapacité à nous mettre à la place des autres. Ce que nous comprenons de l’autre est toujours ce qui, en lui, nous ressemble, car ce qui nous est étranger est par nature incompréhensible.

Les actions d’un être vivant ne peuvent être prédites que par lui-même, elles sont imprévisibles par les autres, et de ce fait, cet être est énigmatique mais aussi dangereux

b. Ils sont dangereux

Un être humain est complexe, on ne peut prévoir toutes ces actions ni leurs conséquence. Ce qui fait donc de lui un être dangereux. Un être humain est aussi dangereux parce qu’il réfléchit, pense et peut changer les choses à tout moment.

Maurois a bien raison en affirmant que les personnages de roman sont simples, construits et qu’on arrive bien à les comprendre. Il ne se trompe pas non plus sur le fait que les êtres vivants sont des énigmes dangereuses. Cependant, nous allons voir que tous les personnages de roman ne sont pas aussi simples qu’il prétend et qu’un être vivant peut être plat et stéréotypé.

Nous avons vu que le personnage romanesque peut être simple et construit, cependant ce n’est pas toujours le cas. Il en est de même pour le fait que les être vivant sont des énigmes dangereuses.

II/ Un personnage est plus complexe que l’on ne le pense, on peut avoir du mal à le comprendre. Les êtres vivants ne sont pas si énigmatiques et dangereux

A. Un personnage est plus complexe que l’on ne le pense

La caractérisation implicite est la plus à même de faire ressortir la complexité du personnage, complexité qui commence ici même à excéder celle des personnes réelles. La caractérisation des personnages est plus souvent implicite : les connotations attachées aux noms mêmes, les combinaisons narratives, les discours et les relations sociales complètent indirectement notre connaissance du personnage et étoffent sa psychologie, le rendant souvent plus complexe et plus riche de signification qu'il ne paraît. Développer aussi l'idée que le personnage n'est pas seulement défini par ce qu'il est mais par ce qu'il fait. Il est donc changeant et se construit au fil de ses actions comme nous pouvons le voir dans l’extrait Fabrice à Waterloo de l’œuvre La Chartreuse de Parme de Stendhal : Nous découvrons que Fabrice est jeune et naïf suite à ses actions dans la scène. Idem pour l’évolution psychologique la construction de Bardamu dans Le Voyage au bout de la Nuit de Céline qui semble conditionné par ses actions et ses aventures.

Gils Blas de Lesage présente des moments inattendues car le personnage vit différentes situations et il est impossible de les prévoir ainsi que de prédire sa réaction car il forge sa personnalité à partir de ses aventures successives. C’est la caractéristique d’un roman picaresque.

De plus, dans La Condition Humaine de Malraux, on découvre par exemple petit à petit l’identité de Feral. De plus, pour May et Kyo, l’auteur attend de faire avouer May qu’elle a couché avec un autre homme pour nous dévoiler les caractéristiques peu communes de ce couple. Cela nous fait un effet de surprise et nous fait nous poser des questions avant que Malraux nous avoue que c’est un couple libre. Les personnages se construisent ainsi tout au long du roman.

Cette idée d'un personnage en construction permanente par ses actes rapproche le personnage romanesque des personnes réelles et de leur complexité.

B. Les êtres vivants ne sont pas si énigmatiques et dangereux

a. Ils ne sont pas énigmatiques

Certaines personnes n’ont rien à cacher et, de par leur caractère, révèle leur entière personnalité, ce qui ne crée plus d’effet de surprise aux personnes les connaissant. Bien que l’humain ne soit pas prévisible, quand nous connaissons bien une personne, elle ne nous parait plus si énigmatique.

De plus, nous sommes des humains. Nous nous connaissons nous même dans notre façon d’agir et de penser mais aussi d’être. Notre anatomie est la même pour tous à quelques différences près, par conséquent, d’un point de vue physique l’autre ne nous est pas mystérieux.

b. Ils ne sont pas dangereux

Du fait que nous connaissons certaines personnes, elles deviennent moins dangereuses car on a plus de facilité à prédire leurs actes, même si on ne peut jamais être sure de ce que va faire l’autre.

Les personnages romanesques, qu’ils soient simples ou complexes, facilement compréhensibles ou non, constituent des personnages utiles. Les êtres vivants étant des énigmes dangereuses ou non demeurent très intéressants.

III/ Des personnages utiles ainsi que des être vivant intéressants

A. Des perso utiles

Dans La Condition Humaine de Malraux, l’histoire porte sur des

...

Télécharger au format  txt (11.4 Kb)   pdf (105.5 Kb)   docx (9.6 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com