DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

La Mixité Est-Elle Facteur De Lien Social

Documents Gratuits : La Mixité Est-Elle Facteur De Lien Social. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 14

e le grand méchant loup et la fille une sorcière pour le petit garçon. En leur apprenant à vivre ensemble dès les petites classes on brise le tabou de la différence des sexes, on apprend à se familiariser avec cet être qui même différemment sexué et pourtant si semblable à nous. Si on a souvent tendance à considérer comme « exotique » ce que l’on ne connaît pas, il suffit de faire en sorte que les filles et les garçons s’apprivoisent dès le plus jeune âge pour éviter toute forme de préjugés les uns sur les autres.

Pourquoi donc cultiver une phobie du sexe opposé alors qu’il est avant tout une source de richesse et de découverte pour nous ? S’il est bien connu que les filles et les garçons ne fonctionnent pas de la même manière, c’est bien cette différence qui forge l’intérêt de la relation mixte. La mixité est ainsi donc porteuse de découverte et d’ouverture d’esprit. Il n’y a pas de raison d’avoir peur de la différence. Il y a toujours eut cette volonté de la part de nos sociétés antérieures de ranger ensemble ce qui est similaire tout en prenant bien soin de cloisonner ces différentes catégories afin qu’elles ne se mélangent pas. Il en va de même pour la catégorie fille et la catégorie garçon. Mais au nom de quoi ? Si la ressemblance est comme le dit Aristote dans Ethique à Nicomaque ce qui crée l’amitié, la différence n’est pas pour autant une tare et il serait stupide de la diaboliser. Vivre avec des stéréotypes de soi deviendrai vite inintéressant. La différence entre une fille et un garçon est aussi ce qui éveille la curiosité et anime la relation.

Ainsi en brisant le tabou du mystère de la mixité et en considérant celui-ci comme une découverte enrichissante plutôt que comme un interdit on permet la promotion de l’amitié fille/garçon. En cela la mixité est source de lien social puisqu’elle encourage l’amitié entre sexe opposé. Si beaucoup affirme que l’amitié fille/garçon est impossible, la réussite de la mixité est la preuve du contraire. Beaucoup de filles par exemple affirment qu’elles préfèrent fréquenter des garçons plutôt que des filles. En effet si ces filles sont sévères avec elles mêmes et jugent les membres de leur genre « trop compliquées » elles considèrent en revanche les garçons comme simples et sans détour. Ces filles trouvent en l’autre sexe ce qui manque chez leurs compagnes et leur permet de vivre des relations plus saines et plus équilibrées. Non seulement la mixité élargit le champ de possibilité de se faire des amis, mais elle garantit une meilleure qualité des relations puisque filles comme garçons ne sont pas condamnés à rester entre eux s’ils ne trouvent pas dans leur genre le type d’amitié qui leur conviendrait. Cette amitié entre les filles et les garçons longtemps considérée comme surprenante s’explique tout simplement par la complémentarité. La fille trouve chez le garçon ce qu’elle ne trouve pas chez elle pas plus que chez ses compagnes et vice-versa. De la même manière que les couleurs se complètent entre elles, filles et garçons apportent parfois à l’autre la pièce manquante à la relation qui marche. Certains diront que l’amitié fille-garçon est impossible soit parce qu’elle est superficielle dans l’enfance, soit parce qu’elle est toujours accompagnée d’ambigüité à partir d’un certain âge. Pourtant bons nombres de témoignages montrent qu’entre l’indifférence et la relation amoureuse privilégiée il n’y a pas un fossé entre les deux et que l’amitié mixte peut bel et bien exister. Des rapports amicaux se tissent très aisément entre filles et garçons sans forcément que la nature de la relation évolue. Beaucoup de personnes ayant réussi à entretenir une amitié profonde avec une personne de l’autre sexe diront voir en lui un frère ou une sœur et se réjouissent d’ailleurs d’avoir réussi à nouer un rapport aussi exceptionnel. La relation d’amitié n’est donc pas tributaire du sexe de la personne, elle semble dépendre davantage de la nature même des amis.

Ainsi il semblerait que la mixité soit un progrès de nos sociétés. Elle assure la cohésion entre les deux sexes et est en cela un facteur évident de lien social. Mais la mixité est-elle vraiment une avancée sociale? N’est-elle pas aussi cause de certains problèmes?

A-t-on déjà songé à mesurer les effets néfastes de la mixité ? C’est une question épineuse s’il en est, tellement la vie en commun entre les filles et les garçons se revendique comme un acquis démocratique et égalitariste. Cependant, si on observe bien, la qualité des relations entre les sexes opposés et l’efficacité des performances scolaires sont loin d’être favorisées par le mélange des genres. Ainsi, depuis cinquante ans la mixité n’a pas vraiment contribuer à faire disparaître le sexisme, pas plus que la hiérarchisation de la virilité (considéré comme essentiellement masculine) sur la sensibilité (dite plutôt féminine).

De plus, lorsqu’ils sont mélangés, les filles et les garçons font tout ce qu’ils peuvent pour conserver leurs repères les uns vis-à-vis des autres, maintenir leurs marques respectives, proclamer leurs différences et adopter des attitudes propres à chacun. Il suffit de voir comment se crée les affinités dans les cours de récréation ou à la sortie des écoles : les amitiés se font généralement par binômes de filles ou de garçons… la mixité n’a donc en général rien d’un phénomène spontané. La preuve en est qu’elle ne demeure pas avec le choix des filières des élèves : si la section littéraire regroupe depuis toujours une majorité de filles, la section science et technique industrielle n’en compte pour ainsi dire aucune. Il en va de même pour le choix des métiers. Le travail social sera plutôt un travail de femme comparé aux métiers manuels qui ne regroupent essentiellement que des hommes. On peut ainsi remettre aisément en question l’idée reçue selon laquelle, la mixité serait naturelle et absolue et soyons à même d’extraire cette question du tabou qui aujourd’hui l’étouffe.

En ce qui concernent la réussite scolaire les filles ne semblent pas avoir bénéficié d’un atout avec la présence masculine à leur cotés. Il est établi en effet qu’elles obtiennent des résultats plus performants en leur absence, précisément dans les disciplines considérées comme plus masculines. De plus si les résultats scolaires des filles sont souvent meilleurs que ceux des garçons, il y a de quoi favoriser en cela la violence masculine. Les garçons naturellement très fiers et considérés généralement comme plus forts tenteront de développer leur personnalité sur leur force physique à défaut de pouvoir la manifester par leurs prouesses scolaires. Ainsi la mixité dans les établissements trouble le développement d’un jeune en quête d’identité. Sous la pression du regard de l’autre sexe, il sera perturbé dans son épanouissement. Il tentera en effet de se créer un personnage susceptible d’en mettre plein la vue au sexe opposé, ceci au détriment de ce qu’il aspire à être vraiment. Au contraire il pourra aussi être bloqué par la présence de l’autre sexe et brider complètement sa personnalité cette fois ci par peur du regard de l’autre. Dans tout les cas la mixité se révèle être perturbante d’une manière ou d’une autre : soit parce que les jeunes auront tendance à se mettre en avant de manière exacerbée, soi parce qu’ils seront d’une timidité paralysantes selon les caractères. Ainsi la mixité altère au bon épanouissement de la personne et n’incite pas le jeune à être naturel bien au contraire.

La mixité trouble la personne en quête d’identité mais va aussi la dissiper. Au lieu de se concentrer sur son travail et ses loisirs soit à ce qui est bon pour l’épanouissement, filles comme garçons auront tendance à entrer dans un jeu de séduction les uns avec les autres ceci à un âge encore précoce. La mixité va même jusqu’à dissoudre le lien social entre personnes du même sexe car pour plaire à ceux ou celles du sexe opposé on est toutes et tous rivaux. De plus le jeu de séduction est bien la preuve que l’amitié fille/garçon n’existe pas et que la mixité n’est en rien un facteur de lien social.

L’amitié fille/ garçon est en effet impossible. Une telle affirmation peut sembler relever de la provocation à une époque ou la mixité est devenue un phénomène de société. Pourtant l’expérience montre que peu de cas d’amitié fille/garçon qui voient le jour encore moins qui demeurent. En effet l’attraction naturelle qui attire un garçon vers une fille et réciproquement empêche que les deux puissent un jour devenir ami. Comme dirait Aristote dans Ethique à Nicomaque l’amitié est une bienveillance mutuelle et vécue entre deux personnes. Or les amitiés particulières ne sont pas de véritables amitiés. L'amour grec non plus: "l'un tire son plaisir de la vue du garçon aimé, tandis que l'autre le tire des soins prodigués par son amant". Erotisme et intérêt sont ici conjugués. On ne « veille » pas au « bien » de l’autre sexe. On le convoite pour notre propre bien parce qu’il nous attire. La nature veut que l’homme et la femme soient un aimant l’un pour l’autre et dès lors toute possibilité d’amitié est rapidement compromise. Il ne faut pas nier certains cas exceptionnels ou garçon et fille se rapproche sans arrière pensée et deviennent comme

...

Télécharger au format  txt (19.1 Kb)   pdf (147.4 Kb)   docx (11.8 Kb)  
Voir 13 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com