DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Les recherches des sciences humaines

Dissertation : Les recherches des sciences humaines. Rechercher de 49 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  1 Décembre 2018  •  Dissertation  •  1 117 Mots (5 Pages)  •  282 Vues

Page 1 sur 5

BAH                                                                                                                       19/10/2018

Soulaymana

TES2

Devoir maison de Philosophie

    Il existe de nombreuses et diverses sciences ayant pour chacun des méthodes différentes mais ayant pratiquement pour tous, le but de trouver la vérité. Une vérité est une connaissance reconnu et adjugé comme juste, conforme à son objet et possédant à ce titre une valeur absolue.

Les sciences humaines, qui étudient l'homme dans le domaine social ou psychologique, se démarquent particulièrement des autres sciences  en raison de ses méthodes qui s’avèrent assez distingués et qui remettent en doute le rôle de parvenir à la vérité. Vient alors à se demander si les recherches des sciences humaines sont-elles réellement des recherches de la vérité?

Tout d'abord nous verrons l'évolution des critères de la vérité puis ensuite les différents  qui séparent les sciences humaines des autres sciences et enfin la scientificité propre des sciences humaines.

   Les critères de vérité on beaucoup évolué depuis le temps. En effet, un bon nombre de philosophe tel Bacon ont pensés que l'induction suffisait pour répondre à un énoncé ce qui peut paraître être une vérification peu suffisante. L'induction est une opération qui consiste à remonter des cas particuliers à une proposition plus générale. Jusqu’à que  Popper contredise le cercle de Vienne qui soutenait cette méthode, et énonça l'idée que les lois scientifiques se trouver plutôt grâce à la déduction qui est la méthode inverse ; ce fut une révolution scientifique.

Le meilleur critère de vérité pour Popper n'est pas la vérification mais la réfutation, le but n'est plus de vérifier si une théorie est véridique mais essayer de la contredire. Tant qu'une théorie qui peut-être réfutée ne l'est pas, elle est alors nommé corroborée. Pour Popper il est donc plus utile d'utiliser de la corroboration plutôt que la vérification ce qui permet de s'approcher le plus possible de la vérité. Cette approche de vérité remplace la Vérité dite Absolue. L'histoire des science nous montre donc bien qu'au fur des époques,de meilleurs théories naissent et prennent la place des précédentes. La science progresse en réalité en remplaçant les connaissances déjà présente par des connaissances plus complètes et parfois plus universelles. Une théorie scientifique dite corroborée n'est donc jamais définitive et peut-être un jour réfutée.

  Kuhn ne croit pas en une simple réfutation pour contredire une théorie et tente de se rapprocher de la vérité avec le terme de paradigme. Il s'agit des principes et méthodes partagés par un groupe ou plutôt une communauté scientifique. L'idée de Khun rentre en conflit avec la méthode de faire l’histoire des sciences qui amenait a penser à une évolution continue avec l'accumulation du savoir grâce à des découvertes individuelles.

Le mot paradigme reflète  donc l'idée d'un modèle à suivre et le travail scientifique devient donc un travail d'ajustement et de mise au point de ce paradigme.

On constate donc bien que la notion de vérité  est devenu plus complexe et peut varier selon les philosophes. La difficulté du sujet ne s’arrête pas là puisqu'il faut donc savoir que les sciences humaines possèdent des particularités qui peuvent remettre en doute le terme de science.

    Il faut donc s'intéresser aux méthodes des sciences humaines qui produisent des connaissances vérifiés car en réalité il n'est donc pas évident de pouvoir affirmer que les sciences humaines sont des réelles sciences.

Contrairement aux sciences naturelles les sciences humaines possèdent le choix de leur méthode en fonction de leur objet ou de leur sujet. Les autres sciences partent de concept universels et les appliquent sur leurs propre sujet. Le principe des sciences humaines se rapproche de la pensée de Descartes, c'est à dire qu'il ne suffit pas de connaître les sciences mais également de le comprendre mais là ou elle se différencie de la thèse de  Descartes c'est que notre propre expérience peut être utilisé pour faire avancer les sciences humaines. Les sciences humaines ne fonctionne donc pas à l'aide de raisonnements qui viennent compléter les hypothèses précédentes mais l'ensemble d'une vie peut-être considérer comme des données essentiels à une recherche.

...

Télécharger au format  txt (6.4 Kb)   pdf (64.3 Kb)   docx (12 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com