DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

LA DIPLOMATIE INTERNATIONALE A L’ŒUVRE CONTRE LE TERRORISME : EXEMPLE DE LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL ET EN AFRIQUE DU NORD.

Mémoire : LA DIPLOMATIE INTERNATIONALE A L’ŒUVRE CONTRE LE TERRORISME : EXEMPLE DE LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL ET EN AFRIQUE DU NORD.. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  22 Janvier 2016  •  Mémoire  •  3 768 Mots (16 Pages)  •  675 Vues

Page 1 sur 16

SOMMAIRE

INTRODUCTION……………………………………………………………………………..............2

CHAPITRE I : LES MECANISMES DIPLOMATIQUES MIS EN ŒUVRE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL ET EN AFRIQUE DU NORD…….............................3

SECTION I : LES MECANISMES DIPLOMATIQUES EMPLOYES DANS LE CADRE ETATIQUE……………………………………………………………………………………………3

PARAGRAPHE I : LES MECANISMES USITES AU NIVEAU DU SAHEL………………………3

PARAGRAPHE II : LES MECANISMES USITES AU NIVEAU DE L’AFRIQUE DU NORD…………………………………………………………………………………………………4

SECTION II : L’APPORT DES ORGANISATION INTERNATIONALES DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME…………………………………………………………………………5

PARAGRAPHE I : LE ROLE DES ORGANISATIONS INTERNATIONALES A CARACTERE UNIVERSEL  DANS LA LUTTE  CONTRE LE TERRORISME…………………………………….5

PARAGRAPHE II : LE ROLE DES ORGANISATIONS COMMUNAUTAIRES DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME………………………................................................................6

CHAPITRE II : L’IMPACT DES MECANISMES DIPLOMATIQUES DANS  LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL ET EN AFRIQUE DU NORD…….............................7

SECTION I : L’IMPACT DES MECANISMES DIPLOMATIQUES  AU NIVEAU DU SAHEL…………………………………………………………………………………………………7

PARAGRAPHE I : UNE RELATIVE EFFICACITE DES INSTRUMENTS DIPLOMATIQUES……………………………………………………………………………………7

PARAGRAPHE II : LES RAISONS DE L’INEFFICACITE DES INSTRUMENTS DIPLOMATIQUES …………………………………………………………………………………….8

SECTION II : L’IMPACT DES MECANISMES DIPLOMATIQUES AU NIVEAU DE L’AFRIQUE DU NORD………………………………………………………………………………………………9

PARAGRAPHE I : L’ECHEC DES INITIATIVES INDIVIDUELLES FACE AU TERRORISME………………………………………………………………………………………….9

PARAGRAPHE II : EXPANSION DU TERRORISME DANS LES REGIONS VOISINES……….9

CONCLUSION………………………………………………………………………………………11

BIBLIOGRAPHIE……………………………………………………………………………………12

WEBOGRAPHIE…………………………………………………………………………………….13

ANNEXE……………………………………………………………………………………................14

INTRODUCTION

Assurément, le terrorisme est la plaie à l’échelle internationale en ce XXIème siècle qui absorbe une grande quantité d’énergie des sujets de Droit International. Si le phénomène surgit à divers endroits du monde, il est encore plus marquant en Afrique du Nord et au Sahel. En effet, les nombreux états d’instabilités politiques, de trafics de tout genre, de pauvreté endémique et de faiblesse réelle sont des facteurs qui favorisent le terrorisme dans l’ensemble des Etats composant l’Afrique du Nord et le Sahel (Maroc, Algérie, Tunisie, Lybie, Egypte, Soudan, Mauritanie, Mali, Niger, Tchad, Sénégal, Burkina Faso, Nigeria, Cap Vert, Djibouti, Ethiopie, Erythrée et la Somalie ) . Les principaux groupes terroristes qui sévissent dans cette région de l’Afrique sont : Boko Haram, AQMI (Al Quaïda au Maghreb Islamique), Al mourabitoune, Ansar dine, Ansar el-charia et les shebab somalien.

Ainsi, pour lutter contre le terrorisme, la diplomatie apparait comme l’arme privilégiée pour les sujets de Droit International qui sont appelés à régler pacifiquement ce fléau international. En effet, la diplomatie peut être définie comme : «  l’ensemble des moyens et méthodes par lesquels les sujets de Droit développent des rapports mutuels directs ou indirects entre eux, à l’exclusion des rapports de violence »[1].

La diplomatie semble s’éloigner en tout point du terrorisme qui, selon les Hautes Personnalités de l’ONU, suppose toute action qui a pour intention de causer la mort ou de graves blessures corporelles à des civils ou à des non combattants, lorsque le but d’un tel acte est de par sa nature ou son contexte d’intimider une population, ou de forcer un gouvernement ou une organisation internationale à prendre une quelconque mesure ou à s’en abstenir.

De ce fait, la question qui se pose est celle de savoir comment la Diplomatie Internationale contribue-t-elle à lutter contre le terrorisme en Afrique du Nord et au Sahel ? Et quels en sont les effets ?

La lutte internationale contre le terrorisme en Afrique du Nord et au Sahel, se fait par  l’emploi de mécanismes diplomatiques (chapitre I) dont il convient d’en étudier les impacts (chapitre II).

CHAPITRE I : LES MECANISMES DIPLOMATIQUES MIS EN ŒUVRE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME AU SAHEL ET EN AFRIQUE DU NORD.

La lutte contre le terrorisme est endossée par les sujets de droit international, que sont : les Etats et les organisations internationales.si les mécanismes diplomatiques mis en œuvre sont l’initiative des Etats (section I),  ils sont également coordonnés au niveau des Organisations Internationales (section II).

SECTION I : LES MECANISMES DIPLOMATIQUES EMPLOYES DANS LE CADRE ETATIQUE.

Les mécanismes diplomatiques utilisés par les Etats dans la lutte contre le terrorisme diffèrent selon qu’on se trouve au Sahel (paragraphe II) ou en Afrique du nord (paragraphe II).

PARAGRAPHE I : LES MECANISMES USITES AU NIVEAU DU SAHEL

La lutte contre le terrorisme suscite de la mobilisation des Etats, notamment ceux du Sahel particulièrement touchés. Ainsi, l’on assiste à la naissance de plusieurs accords de coopération en vue de faire front commun contre la menace. Ces accords peuvent être bilatéraux tels que l’accord de sécurité entre le Mali et la Mauritanie, signé le 13 janvier 2014 et visant à l’échange d’information ainsi qu’au renforcement de la coopération militaire.

Ils peuvent aussi être multilatéraux. La mise en place du G5 regroupant le Mali, le Burkina Faso, le Niger, le Tchad et la Mauritanie en est un exemple patent. En effet, le G5 sahel est un cadre institutionnel de coordination et de suivi de la coopération régionale. Ainsi par le G5 Sahel, les Etats misent sur l’échange des renseignements, l’harmonisation des politiques et la cessation des flux migratoires afin d’éradiquer le mal Ansar dine, almourabitoune, pour ne citer que ceux-là.

Aussi, les attaques meurtrières répétées de Boko Haram ont favorisé l’activation de la diplomatie de paix au sein du COPAX (conseil de paix et de sécurité de l’Afrique Centrale) et la mise en application du traité de Février 2000 sur le pacte d’assistance mutuelle a permis aux Etats, notamment ceux de l’Afrique Centrale à se soutenir mutuellement dans la lutte et à opter pour la mise en place d’une force d’intervention conjointe. Par ailleurs, bien de partenariats tissés par ces Etats avec des puissances occidentales sont aussi à noter, tel que l’initiative PAN sahel (IPS) établit avec la collaboration des Etas Unis afin de former des troupes spécialisées dans la lutte  anti-terroriste.

Cette volonté manifeste d’une stratégie commune de lutte ne peut donc se faire sans une liaison généreuse entre Etats ; une volonté qui semble ne pas être partagée par les Etats de l’Afrique du Nord.

  • PARAGRAPHE II : LES MECANISMES USITES AU NIVEAU DE L’AFRIQUE DU NORD

La lutte contre le terrorisme en Afrique du Nord est menée à travers les initiatives individuelles des Etats. En effet, partager par des rivalités acerbes et des questions de leadership dans bien de domaines dont la lutte contre le terrorisme, une initiative diplomatique visant à la mise en place d’une coopération de lutte est quasi inexistante dans ces pays touchés par la menace djihadiste.

Cependant, les mécanismes diplomatiques employés dans cette contrée du monde sont ceux impliquant les Etats de l’Afrique du Nord pris individuellement avec des puissances étrangères. Un exemple palpable est celui du programme de dialogue méditerranéen (DN) initié par les Etats Unis avec les pays de la région dans le cadre de sa politique régionale de lutte contre le terrorisme ; ou encore le partenariat France-Egypte établit dans cette même optique de lutte anti-terroriste.

 Nous pouvons citer également, le système de coopération Maroc-Espagne impliquant l’envoi d’agents marocains en Espagne et vice-versa. Les deux pays ont même mené une opération commune nommée FIREWELL qui a permis l’arrestation de djihadistes liés à Daech.

...

Télécharger au format  txt (26.3 Kb)   pdf (414.3 Kb)   docx (21.8 Kb)  
Voir 15 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com