DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Le Monde Dans La Guerre Froide : Un Monde Bipolaire ?

Mémoire : Le Monde Dans La Guerre Froide : Un Monde Bipolaire ?. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 15

tique. En 1947 une véritable rupture se met en place entre les deux blocs puisque le Président américain, Truman décide « d’endiguer » cette expansion sovietique , il met donc en place le Plan Marshall : une aide financière offerte à toute l’Europe sauf aux pays sous influence sovietique. Ce plan permet aux EUA d’organiser un espace économique autour d’eux qu’ils renforceront en 1949 avec le Pacte Atlantique, ancêtre de l’OTAN visant à coordonner les armées européenne et américaines. L’URSS riposte alors en employant des mesures basées sur l’idéologie communiste avec la Doctrine Jdanov accusant ainsi les EUA d’impérialisme, et de pays anti démocratique. De plus il met en place le Kominform qui rassemble la plupart des partis communistes d’Europe afin de coordonner leurs actions. A l’image des EUA, les soviétiques proposent à leurs démocraties populaires le Pacte de Varsovie en 1955 qui organise une dépendance des armées soviétiques les unes aux autres. De plus, l’Allemagne connait sa première « crise identitaire » en 1948 puisque elle affiche une division en 4 zones (EUA, France, Royaume-Unis, URSS) mais elle présente certaines divergence dans la gestion de chacune des zones d’occupation, le pays est donc clairement divisé. Pour le camps de l’Ouest, on remarque une volonté marqué de remettre l’Allemagne sur pied économiquement et politiquement, contrairement à l’Est ou les communiste pillent les richesses visant à affaiblir le territoire allemand. Afin de mettre en place une organisation commune à l’ensemble des zones, les EUA mettent en place la notion de « bizone » qui rassemble la zone américaine et britannique permettant ainsi l’instauration d’une monnaie unique le Deutschemark, la France les rejoins peu après formant ainsi la « trizone ». Staline se sentant agressé par cette alliance nouvelle et inattendue réplique en fermant les voies d’accès à Berlin Ouest en 1948, mais la création d’un pont aérien par les Alliés le force en 1949 à abandonner cette idée. Le conflit est alors clairement assumé par les deux camps qui se font ainsi face à face.

Les deux camps sont délimiter depuis la rupture de 1947, on distingue donc clairement qu’ils se font face (géographiquement comme politiquement). L’explication de cette rupture importante se trouve dans l’idéologie de leur politique puisque ce sont deux modèles antagonistes. En effet, les EUA présentent une démocratie ultra fédérale où le pouvoir n’est pas centralisé et où des élections libre ont lieu depuis le XVIIème siècle. De plus, leur supériorité économique régit le monde depuis les années 1800 et l’industrialisation puisqu’ils maitrisent la technologie, possède la plupart des ressources disponibles et un marché intérieur important en pleine expansion ainsi qu’un très bon niveau en Recherche et Développement (c’est-à-dire dans les innovations). Le modèle de la société américaine se trouve dans l’abondance et la consommation de masse, régit et alimenté par le mythe fondateur de la « Terre promise » où tout est possible, c’est le rêve américain. Mais, il existe un rejet des minorités important. De plus, les EUA possède l’arme nucléaire ils possèdent donc une suprématie militaire par rapport aux restes des pays du monde. L’URSS représente ainsi l’opposé du modèle américain puisque c’est un régime totalitaire avec un parti unique et une répression faite régulièrement à la population (Goulags). Leur modèle économique repose sur des plans avec des objectifs et des chiffres à atteindre, il n’existe presque pas de propriétaires et encore moins d’économie de marché. Ces deux modèles sont donc totalement opposés, ce qui explique en parti, le conflit qui les animent depuis la rupture de 1947

A partir de 1955, on remarque que le conflit de la Guerre Froide ne progresse plus, voir même recule. En effet, une évolution dans les rapports de forces entre les deux blocs se dessine peu à peu. Ainsi d’après la célèbre phrase d’Aaron « Guerre impossible, Paix improbable » depuis la découverte de l’arme atomique les deux Grands ne peuvent entrer dans une guerre « chaude ». C’est l’équilibre de la terreur. En 1957, l’URSS met en place des missiles a longues portés qui risque d’aboutir à une destruction mutuelle il est donc impossible d’agir. Ce risque de guerre atomique enclenche dans la population mondiale un incroyable mouvement pacifique d’inspiration communiste. Malgré cela, les EUA enclenchent un processus de « représailles massives » révélant ainsi des tensions très fortes qui traduit une menace d’attaque nucléaire si l’URSS tente une agression contre le bloc de l’Ouest. Mais cette période de vives tensions engendre vite une période de « coexistence pacifique » après la mort de Staline, son successeur Kroutchtchev met en place une nouvelle politique qui privilégie l’affrontement idéologique et économique plutôt que militaire marquant ainsi une rupture dans les politiques précédentes. Mais, les pays du Tiers-Monde qui représentent plus de 50% de la population mondiale refuse la domination des deux blocs et montrent leurs volonté d’émancipation en 1955 avec l’organisation de la Conférence de Bandoung où plus de 29 délégations y siègent afin de trouver une solution à leur « mal développement », au colonialisme et à leur volonté d’émancipation. La conférence se veut neutre et ne souhaite pas rentrer dans la logique bipolaire, pourtant une grande partie de ses participants sont inclus dans un camps comme le Vietnam, la Chine ou le Cambodge. Bandoung représente donc le symbole de l’arrivée du Tiers-Monde au niveau politique dans les relations internationales. Cette conférence est aussi relayée à l’ONU. Les Pays en développement souhaitent faire entendre leurs voix il prolonge ainsi Bandoung avec la Conférence de Brioni en 1956 et celle de Belgrade en 1961 visant toutes deux à mettre en avant la dénonciation de la notion de néocolonialisme c’est-à-dire une forme d’impérialisme sur un pays visant à contrôler son économie. Mais ce climat d’entente et de discussion apparente entre les deux blocs mais aussi avec le reste du monde reste relatif. En effet, à partir de 1958 on assiste surement au moment le plus « chaud » de la Guerre Froide, notamment avec la Crise des fusées de Cuba. A partir de 1958, à Cuba Fidel Castro et Che Guevarra s’emparent du pouvoir remplaçant l’ex Président pro américain Batista. Ils mettent en place une politique visant à nationaliser les terres et les entreprises. De plus ils engendrent un blocus de l’Ile s’ouvrant ainsi à une rupture diplomatique avec les EUA qui, en 1961 tentent une intervention militaire qui échoue dans la Baie des cochons. Suite à cette intervention, Fidel Castro installe sur son sol des missiles représentant ainsi une menace immédiate pour les EUA qui évoquent une menace mondiale et une agression soviétique. L’URSS répond en évoquant l’indépendantisme cubain qui les autorisent à avoir des armes sur leur territoire, Kennedy menace alors l’URSS d’une Guerre nucléaire si les navires soviétiques ne reculent pas. Cette situation traduit donc un monde au bord du gouffre sauvé de peu par la diplomatie et la mise en place d’une ligne de communication directe entre Moscou et Washington. Au même moment en 1961, la population de la RDA tente de fuir le régime communiste, dans la nuit du 12 au 13 aout l’URSS coupe l’Allemagne en deux avec la construction du mur de Berlin. En 1963 Kennedy se déplace alors à Berlin, en RFA et prononce son célèbre discours « Ich bin ein berliner » en soutient aux allemands de l’Est opprimés. Cette période de l’histoire est donc marqué par une tension à son apogée, la population évite de peu une 3ème Guerre Mondiale. Mais, la volonté des peuples à s’émanciper de la logique bipolaire des deux grands est présente et forte, l’éclatement de la bipolarité ne cesse de se préciser.

A partir de 1963, suite aux évènements de Cuba et à la monter d’une menace nucléaire contre l’humanité, une tentative de limitation de l’arme atomique est mise en place. Ainsi, en 1963 un Traité interdit les essais nucléaires sous-marins, puis en 1968 la non-prolifération de l’arme atomique est décidée et l’interdiction de cette armes à de nouveaux Etats est prononcé. La Chine et la France critique vivement cette initiative évoquant une forme d’impérialisme militaire américain sur le reste du monde. Dans la continuité de cette doctrine de limitation, en 1969 sont signés les accords SALT ( Strategic Arms Limitation Talks) c’est-à-dire les négociations sur la limitation des armes stratégiques entre les deux pays, la dissuasion du développement de ses armes dans d’autre pays est toujours de mise. Enfin, en 1972 les accords SALT sont ratifiés donc légalement mis en vigueur entrainant divers missions d’espionnage stratégique et antibalistique à Moscou comme sur le sol américain. La contestation de certain pays contre les Accords sur l’armement américano-soviétique se poursuit dans d’autres domaines.

En effet, le modèle américain est remis en question. Dans les années 1960, les EUA incarnent la modernité notamment avec l’image de Kennedy, président élut sur le terme de la « Nouvelle frontière », son programme se base sur la conquête de l’Espace (au niveau technologique) et sur la lutte contre la pauvreté et les discriminations raciales (au niveau politique). C’est durant le mandat de Kennedy que « La marche de la Liberté » est organisée par Martin Luther King. La notion d’Etat Providence est à son apogée mais Kennedy

...

Télécharger au format  txt (23.9 Kb)   pdf (181.8 Kb)   docx (13.9 Kb)  
Voir 14 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com