DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Fin De Vie

Dissertations Gratuits : Fin De Vie. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 6

essentir qu’il va bientôt mourir.

Or d’après la charte du patient hospitalisé « l’information donnée au patient doit être accessible et loyale », d’autant plus que Mr Jean est en demande de la vérité. Le devoir d’information du patient est aussi abordé dans la loi du 22 avril 2005 (loi Leonetti) relative aux droits des malades et à la fin de vie, complétée par les décrets du 6 février 2006 dans laquelle a été recherchée une solution éthique à l’encadrement juridique de la relation médicale entre le médecin et le malade en fin de vie.

Le code de déontologie médicale légifère également le devoir d’information du médecin : «J'informerai les patients des décisions envisagées, de leurs raisons et de leurs conséquences».

L’information délivrée doit donc être claire, et chacun des membres de l’équipe médicale doit s’efforcer de délivrer une information porteuse du même message issue du processus décisionnel, afin de maintenir un niveau de confiance satisfaisant et de crédibilité de la part du patient.

Ce besoin qu’éprouve Mr Jean fait donc émerger le concept de respect du patient en tant que valeur professionnelle. En effet dans cette situation, le désir de vérité du patient de semble pas respecté. « Il faut savoir respecter la vie qui prend fin et conserver à celui qui s’en va toute sa Dignité » B. GLORION

Dans un second temps, émerge le besoin de la prise en charge psychologique des proches de Mr Jean, en effet il apparaît que la compagne du patient à des difficultés à s’inscrire dans sa prise en charge, leur communication en est donc altérée. De plus, Mr Jean est pour l’instant séparé de ses enfants car Madame Jean ne sait pas quelle posture adaptée face à eux. L'enjeu central devient donc celui de l'accompagnement humain. L’équipe pluridisciplinaire doit donc se tenir à l’écoute de chaque demandes afin d’y répondre au mieux.

D’après la loi Leonetti, la famille participe ou du moins est entendue lors de la prise de décision collégiale concernant la limitation thérapeutique de Mr Jean. Or Madame Jean sait malgré tout que l’état général de son mari se dégrade mais ne peut pas l’accompagner comme il se doit car elle se trouve actuellement en manque d’information. Cette situation pourrait donc altérer le cheminement du processus de deuil, qui pourrait déjà être abordée pendant des temps définies avec un médecin, une infirmière ou un psychologue. Nous pouvons observer des divergences dans la compréhension du diagnostic au sein de la famille. Ceci peut occasionner une relation de mauvaise qualité avec l'équipe soignante et la personne malade. La famille peut aussi se sentir angoissée et risque de transmettre son anxiété au patient et à l'équipe. C'est à nous de la rassurer, d'aménager l'environnement pour détendre l'atmosphère.

Le concept de communication va permettre d’adapter toute prise de contact avec Mr Jean ou sa famille afin d’adaptée au mieux sa réponse, ou simplement de savoir écouter leur ressenti sans forcément y apporter une solution. L’accompagnement est une démarche dynamique et participative. Ce concept permet donc de mieux répondre aux besoins de cette famille pour les accompagner dans cette démarche qui leur paraît douloureuse, et de les mener vers une approche beaucoup plus sereine. En effet ce soutien psychologique pourrait permettre à Mr Jean de réduire son anxiété et donc d’adopter une attitude moins agressive envers ses proches.

Dans le cas de Mr Jean il est également primordial de mettre en place des soins de confort optimaux. Ainsi, la pratique des soins palliatifs est constituée d’un savoir, d’un savoir-faire et d’un savoir-être propres à cette démarche. Il est important de garder à l’esprit que les soins d’hygiène chez les patients en fin de vie deviennent une priorité. En effet, outre leurs effets bénéfiques pour la peau, ces soins sont essentiels pour l’apparence de la personne, laquelle contribue à l’estime de soi et favorise la présence de l’entourage et le toucher thérapeutique. Le soignant doit en outre s’assurer de préserver l’image corporelle du patient, veiller à ce que ce dernier se sente en sécurité et faire preuve de créativité afin de laisser un peu de place pour les petits bonheurs. Ces soins conservent leur importance même dans les dernières heures de la vie. Il faut donc instaurer un climat familier autour de Mr Jean, restant toujours à l’écoute de ses volontés.

Cette prise en charge va donc demander au soignant de sortir de l’aspect technique de la prise en charge et de s’attarder sur des besoins qui vont être des plus spécifiques, comme le choix des repas, le désir d’écouter de la musique, le besoin de moduler les horaires de visites, le respect des pratiques religieuses etc… Ces soins demande au soignant de se montrer à l’écoute afin de répondre au mieux à la demande de Mr Jean. Ces mesures permettront à Mr Jean de se sentir en accord avec ses convictions et avec la vie qu’il a pu mener jusqu’à présent.

La démarche palliative va aussi évidemment passer par la prise en charge de la douleur de Mr Jean qu’elle soit physique ou morale. La pathologie dont est atteint Mr Jean lui procure des douleurs, il est donc du rôle de L’infirmier d’administrer le traitement antalgique prescrit par le médecin mais aussi de le réévaluer régulièrement.

...

Télécharger au format  txt (9 Kb)   pdf (87.2 Kb)   docx (8.4 Kb)  
Voir 5 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com