DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Commentaire Littéraire Sonnets Pour Hélène De Ronsard

Dissertations Gratuits : Commentaire Littéraire Sonnets Pour Hélène De Ronsard. Rechercher de 50 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 9

ici (ABBA/ABBA, CCD/EED). En allant plus loin encore le style de la fable ressort par la présence d’une moral (Hélène doit vivre au présent et aimer celui qui lui est ici désigné comme un homme formidable) voir même de conseils (« vivez », « n’attendez », vers 13, et « cueillez », vers 14), prodigués à l’impératif pour plus d’effet et d’impact. Le poète fait une nouvelle fois preuve de vantardise en rédigeant l’intégralité des Sonnets pour Hélène en alexandrins, le vers des grands auteurs poétiques.

Ronsard flatte ainsi son ego, en jouissant de son succès et des sa connaissance des techniques de la poésie, mais cette vantardise a pour but d’aider Hélène à réaliser la chance qu’elle a d’être courtisée par un tel homme… Il n’oublie bien sûr pas de complimenter aussi la demoiselle tant convoitée par quelques subtilités telles la flatterie et l’argument du déroulement infini du temps…

II-Un tableau nostalgique et réaliste de la vieillesse

Le poète utilise donc des arguments, afin de convaincre, associés à des éloges pour plaire et espère ainsi persuader la demoiselle de l’aimer.

Il y a, dans ce poème, comme une sorte de lutte contre le temps qui s’effectue par plusieurs procédés, en premier lieu l’auteur défit et remonte presque le cours du temps en montrant au début de son œuvre une vieille femme pleine de regret puis en la rajeunissant au fur à mesure de ses lignes pour achever le texte sur une jeune fille encore pleine de vie et qui a un choix à faire ; le poète espère aussi immortaliser la jeune fille par son écrit grâce à l’écriture poétique.

« Quand vous serez bien vielle, au soir à la chandelle », ainsi commence les Sonnets à Hélène, le thème du temps et de sa fuite est donc présent dès le premier vers. On voit, si l’on peut dire, par la description qu’en fait ici le poète, Hélène une fois vieille, seule et en apparence sans le sous regrettant ainsi d’avoir repoussé les avances de l’auteur. Ronsard se sert ici de cette image pour persuader la jeune femme qu’il courtise qu’elle regrettera de ne l’avoir aimé, et que en surcroît du simple bonheur d’être deux ce sera la fortune et la compagnie pour ses vieux jours qu’elle aura perdu là. L’âge a aussi un rôle capital pour la demoiselle qui est apparemment encore dans ses beaux jours, et de cela le poète sait en jouer en la décrivant quelques années plus tard par des expressions tel « immortelle », vers 8, qui sert de contraste entre les louange qu’on lui proclame et elle ; « sous la terre, et fantôme sans os », vers 9 et de même vers 10 « les ombres myrteux », Ronsard parle ici de lui, mais ces termes lui servent tout de même à faire le contraste entre la vie qu’elle aura encore (sous-entendu plus pour très longtemps) et la mort qui l’a déjà emporté, lui et souligne ainsi qu’Hélène ne pourra définitivement plus rien obtenir de cette amour rejeté. Il s’applique aussi à utiliser le passé pour des compliments détournés (« Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle », vers 4). « Vous serez au foyer une vieille accroupie, Regrettant mon amour et votre fier dédain. » aux vers 11 et 12 expriment directement les pensées du poète en insistant sur le statut social de la vieille femme (« accroupie » donc écrasée par le regret, le besoin d’argent, la solitude, l’âge ou bien encore les quatre à la fois…).

Ronsard, dans le vers 13, impose en un vers le discours de presque tout son écrit « Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain ». Si on interprète ce vers, on peut en tirer un sens approchant celui-ci : vivez tant que vous êtes jeune, car demain vous serez vieille et il sera trop tard. L’argument du temps revient donc ici encore mais sous une autre forme, plus douce et plus agréable cette fois. Plus haut dans le texte il use des temps verbaux afin de maintenir l’impression de jeunesse chez la femme qu’il convoite, pour cela il s’applique à faire clairement intervenir le futur dans sa description d’une Hélène plus âgée, comme au vers 1 , « Quand vous serez bien vielle » ou au vers 3, « Direz, chantant mes vers ». Il recommence un peu plus tard, au vers 11, avec « Vous serez au foyer une vieille accroupie ». Mais bien entendu si tout son discours n’était basé que sur des projections du futur il n’aurait aucune chance de charmer la jeune femme, et c’est pour cette raison que l’on retrouve quelques compliments éparpillés ça et là. Lors de la description de la vieille femme, le poète la fait parler de son passé de de demoiselle en ces termes : « Ronsard me célébrait du temps que j'étais belle » au vers 4, jouant ainsi de son argument (la fuite du temps) et de compliment (« belle »). Il tente aussi de la séduire en associant flatterie et avantages de sa compagnie comme au vers 8 « Bénissant votre nom de louange immortelle. ». Hélène jouira ainsi d'une notoriété qui lui survivra et de compliment et de félicitation quasi quotidien. « Cueillez dès aujourd'hui les roses de la vie » par le vers 14 ici cité Ronsard persuade la demoiselle de vivre et de profiter de la vie dès à présent, lui conseillant donc à demie-mot de l'aimer dès aujourd'hui au risque de le regretter dans le futur.... Le « fier dédain » dont fait ici preuve Hélène est aussi un compliment car par le vers 12 l'auteur acclame la fierté et, quelque part, le caractère qu'elle possède et affirme par son refus. La référence aux « ombres myrteux », vers 10, montre l'attachement du poète pour la jeune femme en lui glissant ici quelque preuve de son amour et de sa fascination pour elle qu'il démontre en lui écrivant ce texte...

Le support écrit ayant été choisi par Ronsard, celui-ci manifeste un désir d'immortaliser la jeune femme, de par son amour qu'il lui déclare ici mais aussi par le support lui même, car la poésie est un art immortel. Il recréé ainsi la demoiselle en flattant sa beauté, sa jeunesse et sa noblesse d'âme la faisant ainsi paraître aux yeux de tout lecteur comme une femme presque idéale (le presque étant le fruit de son refus de l'adoration du poète). L'auteur l'immortalise d'autant plus qu'aujourd'hui encore ce poème portant vieux de quatre siècles fait parti de la culture littéraire française, tous ont donc à l'esprit une image très positive d'Hélène . Mais le mérite-t-elle seulement ? Qui sait si Ronsard n'était pas aveuglé par ses sentiments pour la jeune femme?...

III-Originalité de la demande

Bien qu'elle prenne une forme étrange, ce poème est effectivement une déclaration d'amour de l'auteur pour une certaine Hélène. Mais malgré cet aspect romantique c'est aussi une technique pour convaincre la jeune femme d'aimer le poète. Ce dernier n'hésite pas à user d'avertissement quant aux regrets qu'elle aura si elle le repousse, ajoutant ainsi un autre argument à son palmarès. Une autre des particularités de cet déclaration est l'aspect légèrement morbide produit par les thèmes de la vieillesse et de la mort.

« Regrettant mon amour ». Ceci est le vers 12,

...

Télécharger au format  txt (11.9 Kb)   pdf (106.1 Kb)   docx (9.6 Kb)  
Voir 8 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com