DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Des Souris Et Des Hommes

Compte Rendu : Des Souris Et Des Hommes. Rechercher de 51 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 5

écit se développe autour de quelques thèmes universels, pour ne pas dire mythiques. D'abord l'amitié, celle des deux principaux personnages, Lennie et George. L'un est petit et futé, l'autre est un colosse au potentiel intellectuel limité. Bien qu'ils soient de parfaits compléments, c'est avant tout pour fuir la solitude qu'ils sont ensemble. Les autres travailleurs de la ferme sont étonnés de cette amitié entre hommes.

La solitude constitue sans doute un autre des thèmes importants du récit. Solitude de presque tous les personnages, à laquelle chacun réagit selon son mode propre. Cette solitude est en lien presque direct avec ce qui fait de chaque personnage un être défavorisé d'une manière ou d'une autre, qu'il s'agisse de la couleur de la peau, d'un handicap ou d'un destin plus compliqué.

Par ailleurs, la quête d'un rêve est toujours présente dans ce récit. Elle agit comme source principale de motivation dans le cas de Lennie qui, d'une manière obsessive, ne pense qu'aux lapins qu'il voudrait sur la ferme dont George et lui rêvent.

En 1937, au moment où paraît son roman Des souris et des hommes (Of Mice and Men), le romancier américain John Steinbeck n'est encore qu'un jeune auteur qui promet et dont l'existence matérielle est encore très précaire. Or, Des souris et des hommes devient immédiatement un best-seller, ce qui assure une certaine aisance matérielle à l'auteur, mais surtout lui donne une place importante au sein du monde littéraire américain.

Immédiatement, une jeune compagnie de théâtre amateur de San Francisco en crée une version scénique. Mais c'est à Broadway, toujours en 1937, que naît la pièce que nous connaissons. Les producteurs ont choisi comme metteur en scène George S. Kaufman (1889-1961), qui est aussi dramaturge. Il faut se rappeler qu'à cette époque, Broadway est un lieu d'un extraordinaire dynamisme, qui produit aussi bien les comédies musicales des frères Gershwin que les drames d'Eugene O'Neill. Kaufman, qui a touché à pratiquement tous les genres dramatiques et qui est doté d'un prodigieux sens du théâtre, guide avec brio Steinbeck dans l'adaptation scénique de son roman. La première a lieu le 23 novembre 1937 au Music Box Theatre : l'imposant Broderick Crawford joue Lennie et Wallace Ford, George. Claire Luce interprète le rôle de la femme de Curley. Mais le soir de la première, Steinbeck n'est pas là. Il est dans un camp de travailleurs en Oklahoma en train de côtoyer ceux qui seront les personnages de son prochain roman, les Raisins de la colère. D'ailleurs, Steinbeck, au grand chagrin de Kaufman, n'ira pas voir la pièce à New York. C'est que Steinbeck n'est pas vraiment intéressé au théâtre, et ce malgré le succès de sa pièce qui fait à la création 207 représentations consécutives et remporte pour la saison

1937-1938 le prix de la meilleure pièce décerné par le New York Drama Critics Circle. Ce qui intéressait Steinbeck dans Des souris et des hommes, c'était l'utilisation de règles dramatiques pour écrire un roman et non la transformation ­ relativement facile ­ de son roman en texte de théâtre.

Steinbeck se savait, comme romancier, porté à trop écrire, à se laisser dériver dans les digressions n'ayant pas un rapport direct avec l'axe principal de ses romans et nouvelles. C'est alors qu'il imagine le concept de play-novelette (de play : pièce et de novelette : court roman). Il s'agit d'appliquer à l'écriture romanesque les contraintes du théâtre. Ainsi, le roman Des souris et des hommes respecte l'unité de lieu (une exploitation agricole en Californie), de temps (une action suivie qui se déroule en trois jours consécutifs) et d'action. De plus, les descriptions des lieux et des personnages ont un ton objectif, qui donne à voir au lecteur l'aspect extérieur des choses et des humains, sans jamais nous donner accès aux pensées intérieures des personnages ni à celles de l'auteur.

Le titre de la pièce vient d'un vers du grand poète écossais Robert Burns (1759-1796) : « The best laid schemes o'mice an'men gang aft a-gley » (Les plans les mieux conçus des souris et des hommes ne se réalisent pas). En ne gardant de ce vers peu connu que « des souris et des hommes », Steinbeck a produit un des titres les plus énigmatiques de notre siècle, qui rapproche de façon mystérieuse l'humanité et l'animalité.

Mais le vers de Burns a sans doute attiré l'attention de l'auteur parce qu'il porte en lui l'idée centrale de la pièce et du roman : l'échec. Car la pièce

...

Télécharger au format  txt (7.5 Kb)   pdf (91.4 Kb)   docx (8.3 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com