DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Le développement de la personnalité de l'enfant

TD : Le développement de la personnalité de l'enfant. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires

Par   •  9 Décembre 2015  •  TD  •  4 593 Mots (19 Pages)  •  738 Vues

Page 1 sur 19

UE 1.1.S1 – Compétence 6

Le développement de la personnalité chez l'enfant.

Introduction :

  • Les principaux enjeux de la petite enfance sont « revisités » de manière plus sophistiquée et consciente tout au long de la vie.
  • Aucun enfant ne se développe de façon rectiligne.
  • Le régression n'est pas forcement négative, si l'enfant se permet de régresser c'est qu'il se sent en sécurité.
  • Mise en jeux narcissique, accepter de se tromper.
  1.  L'enfant de 0 à 2 ans

        Le fœtus perçoit et éprouve durant les 3 mois avant la naissance, c'est le premier chapitre de la vie psychique. Il n'a pas encore les moyens de traiter ses perceptions mais il entend et réagis aux bruits extérieurs à lui (les bruits du corps maternelle, la voix du père et de la mère). On a observé dès les premières minutes après la naissance, le bébé reconnaît la voix de sa mère ainsi que celle de son père si ce dernier était présent en parlant au ventre de sa compagne durant la grossesse. De plus il perçoit des « émotions » notamment le stress.

Comment agit-il ?

Premièrement il va bouger ses membres, mais surtout il doit s'entraîner à la vie aérienne notamment à agripper et entraîne les muscles du larynx de façon à assurer sa survie à sa naissance pour permettre son alimentation.

        Le nouveau-né : un état d'extrême dépendance vis à vis de son environnement humain. Au niveau de la naissance, l'humain est celui qui a le plus haut niveau d’inachèvement.

Pour être un être humain dit « nature », il faut environ 20 ans pour que le cerveau achève son développement (les filles étant plus rapides dans cet achèvement).

Les 2 enjeux principaux et simultanés :

  • le développement des compétences et des capacités
  • création d'un lien affectif d'attachement avec son donneur de soins principal : besoin vital pour le bébé mais aussi pour le plus grand. Sans lien d'attachement l’être humain va très mal. Sans ce lien affectif d'attachement le bébé peut mourir mentalement ainsi que physiquement. (exemple pour entretenir ce lien : le peau à peau entre le bébé et les parents à la naissance). Le problème principale du bébé est qu'il ne peut pas assumer son propre poids et notamment porter lui-même sa tête.

Il existe différentes façon au bébé de s'accroche : par le regard, par les pleures, et par le sourire (manœuvre de séduction que le bébé perçoit très bien).

Le lien affectif d'attachement le plus important pour le bébé est celui avec la personne qui s'occupe le plus fréquemment de lui (exemple : quand il est malade).

Les enjeux du nouveau-né :

  • premier état de paix – état de tension

  • expulser l'excès de tension dans la sphère psychomotrice : s'agiter, crier, pleurer (le bébé ressent qu'il se passe quelque chose mais ne c'est pas quoi et d'où ça vient ; par exemple lorsqu'il a faim) → ce qui donne des sensations non-identifiées et angoissantes.

  • Les moyens d'apaisement : le regard, les mots, les gestes de la mère, du donneur de soin.

On peut prendre l'exemple de très souvent porter le bébé du côté gauche : c'est pour permettre un lien entre le deux rythmes cardiaques de la mère et de l'enfant.

(Remarque = la mère est pas forcement la mère biologique, c'est la personne qui est la plus proche du bébé.)

  • L'état psychologique :

- un état de « nébuleuse psychique »

- une notion du temps tout à fait particulière, la notion de passé futur n'existe pas pour lui, il vit que dans le présent. Pour un bébé une année va être vécue de la même manière que 10 ans pour une personne de 20ans → principe de temporalité psychique

- la « tyrannie» du bébé car il est dans une dépendance extrême et est vulnérable mais tout ça sans le savoir et sans le vouloir délibérément. Il n'existe pas de « bébés méchants » car tout ce qu'il fait n'est pas délibéré.

- le bébé est capable de discrimination, il peut faire des différences (exemple différentier la voix de son père ou de sa mère avec la voix d'un étranger)

  • Le bébé est l'indifférencié :

- l'importance de l'adaptation de l'environnement

- le bébé se représente comme étant à l'origine de tout ( du plaisir et du déplaisir)

- le bébé ne se rend pas compte que l'environnement n'est pas adapté

- l'éprouvé de culpabilité primaire

- les bases de l'image de soi, positive ou négative.

Donc de 1 à 8 mois c'est l'éveil à la vie : le bébé prend conscience de certaines sensations, l'enfant et sa « mère » (les soins « maternelles ») → fonctions maternelles et paternelles indispensables.

Concepts/ principes publié par D.W. Winnicott, Jeu et Réalité :

  • La « préoccupation maternelle primaire »

Il a proposé cette expression pour parler d'un état psychologique particulier. Cet état de folie temporaire se caractérise par une sensibilité extrême dans la perception des besoins du bébé et dans la capacité à répondre à ses besoins, il permet un parfait feeling entre l'enfant et son parent. Le parent est dans un état d'extrême sensibilité (savoir à quel moment il va se mettre à pleurer), il permet au bébé de se sentir exister comme un sujet valable et important.  Les besoins relationnels (que son environnement soit adapté à lui) sont presque plus important que les besoins physiques. C'est ça qui par la suite va lui permettre de dire « moi » et « je ». Si le bébé ne ressent plus cette attention portée sur lui, il va alors se retirer petit à petit du monde et se renfermer sur lui-même. Ça engendre des troubles graves du développement et de la personnalité. Les psychologues disent alors que le bébé s'est autistisé.

  • Les soins primaires sont:

- le « holding » ou « portage » en français, il représente le portage psychique et relationnel et non seulement le portage physique.

- la « handling » ou « maniement » en français, ce sont tous les soins qui engagent la main (caresses, massages), un bébé a obligatoirement besoin d'un contact physique. Le maniement représente aussi un coté psychique dans le sens «tendre la main » afin de soutenir l'enfant.

- l' «object presenting » ou « présentation d'objet » en français, représente tous les objets qui vont lui être indispensable à son développement.

  • Le concept de la « mère suffisamment bonne » : permanence, stabilité, contenance sécurisante.

- Rythmicité des échanges et ritualisation des soins

- La continuité relationnelle

- Le « pare-excitation » protéger et atténuer les excitations.

  • Une mémoire particulière : la capacité de mémorisation  d'une bébé est supérieure à celle d'un étudiant en médecine en période de partiels !

- tout est « enregistré » sous forme de sensations corporelles

- dire d'un bébé « il est trop petit, il ne se rend pas compte, il oubliera » est une erreur

- le partage esthétique : le bébé et sa mère se séduisent mutuellement

  • Entre 4 et 7 mois, le bébé sait s'asseoir, il tient mieux sa tête
  • Dès 5mois, il aime être mis sur ses pieds, et supporte une partie de son poids
  • L'unité oeil-main-bouche est acquise
  • Une activité de symbolisation et l'alternance présence-absence du parent
  • La personnalité commence à s'exprimer

Les autoérotismes : c'est une construction psychique qui donne l'impression au bébé qu'il peut se détacher de l'autre aimé → Façon de se faire plaisir tout seul.

Comment bébé va investir son propre corps ou des objets particuliers ? ( exemple : le pouce que l'on suce, les doigts dans la bouche) en s'appropriant un tissu, un bout de laine, objet du monde extérieur qui est choisi par l'enfant → activités auto-érotique

C'est ce qu'on appelle les phénomènes transitionnels. Le bébé y est attaché au plus profond (exemple : un enfant ne pourra jamais dormir sans son doudou si il a l'habitude de tjs l'avoir avec lui). A cet âge les pleurs servent surtout à dire « non, je ne suis pas d'accord », ça pousse le bébé à s'affirmer.

Le bébé va ensuite essayer de contrôler ses parents afin de les garder auprès de lui, par exemple au moment des séparations courtes ou longues. → les pleurs la nuit, le bébé est seul dans sa chambre, plus de contacts avec ses parents.

L'enfant va pouvoir découvrir l'altérité grâce à ses parents qui vont petit à petit résister à ses pleurs et ses envies pour donner les bonnes habitudes.

Vers 9 – 10 mois, le bébé commence sérieusement à vouloir bouger : c'est à cet âge que commence l'apprentissage de la station debout.

...

Télécharger au format  txt (29 Kb)   pdf (421.3 Kb)   docx (26.2 Kb)  
Voir 18 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com