DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Le Mariage Interracial Est-Il Une Leçon De Tolérance?

Compte Rendu : Le Mariage Interracial Est-Il Une Leçon De Tolérance?. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 8

lement pour la société, mais pour le couple en question. Comme c'est une leçon de tolérance, cela veut dire que n'importe qui pourrait y être intolérant et devrait être toléré.

La tolérance épistémologique

La tolérance épistémologique explique qu'il est impossible d'imposer ou de forcer la tolérance sur autrui. Nombreux sont les philosophes qui ont développé une théorie sur la tolérance et sur ce qu'elle représente ou devrait représenter. La conclusion est presque toujours la même, l'homme doit apprendre à être tolérant s'il ne l'est pas déjà. La tolérance doit être une vertu, l'homme doit s'intérioriser de cette valeur en lui-même. C'est par cette vertu que les hommes acceptent les différences des autres qu’elles soient religieuses, physiques, culturelles, etc. Surtout mise en concept au 21e siècle ou la multi culturalité règne. La grande majorité du monde a accepté cette notion qu'est la tolérance. Ce qui explique pourquoi les mariages interraciaux sont si nombreux et sans préjugés maintenant. Bien, presque sans préjugés. Il y aura toujours des sceptiques, ce qui ne veut pas suivre la norme. Dans son essai Lettre sur la tolérance, le philosophe John Locke, parmi tant d'autres, explique qu'on ne peut pas forcer un individu à accepter les choses qu'il ne veut pas, à développer des croyances qui ne sont pas les siennes. '«On ne peut forcer quelqu'un à croire pour des raisons externes, au contraire la vraie vérité doit être crue pour des raisons internes.'»( Locke, J. A letter concerning toleration, [En ligne],http://www.constitution.org/jl/tolerati.htm. (Page consultée le 30 novembre 2011)

) Par ceci Locke veut simplement dire que les pressions sociales, le gouvernement, la société même ne devrait pas décider de ce qu'on tolère ou non. Les raisons internes, les valeurs, les vertus qui nous sont importantes sont ce qui décide de ce qu'on tolère ou pas.

Cette théorie de Locke fût utilisée dans les années 1600 pour défendre les différences des religions. Mais dans un contexte moderne, elle peut très bien être appliquée à la notion de mariage interracial. D'après cette théorie, la tolérance est favorable mais pas obligatoire. Si un individu est complètement contre l'idée des unions entre ethnies différentes, il n'a pas à prétendre qu'il l'est. Mais si cet individu veut être inclut, respecté et accepté de la société il devrait se questionner sur ses valeurs et peut être réussir à non seulement accepter mais aussi valoriser le mariage interracial comme étant des unions vraies et justes tous comme les autres.

Dans le camp opposé, on dit de cette philosophie qu'elle est biaisée. Selon Jeremy Waldron, il est impossible de croire que les croyances de quelqu'un ne peuvent être changées par un pouvoir de coercition. Le gouvernement, étant le pouvoir de coercition, s'il est intolérant ne donnera pas l'option au peuple d'être tolérant. Il est vrai qu'on ne peut pas forcer quelqu'un à croire les choses auxquelles cette personne est opposé, mais il est aussi très vrai qu'il est facile faire fondre cette personne avec la masse. Ce philosophe n'est pas complètement contre cette théorie de Locke, mais il y trouve beaucoup de contrariétés. Les gens donnent plus de valeur à la conformité qu'a la tolérance vraie. Ce qui voudrait dire qu'en fait de tolérance des mariages interraciaux, la plupart des gens ne font que se conformer et accepter les choses qu’elles ne peuvent pas changer puisque c'est ce que l'État leur demande de faire.

La tolérance politique et morale

La notion de tolérance est principalement morale mais elle peut aussi être politique. Ce concept de tolérance politique s'applique lorsqu'il est question des droits de la personne et des droits fondamentaux. Comme second argument, discutons de l'approche de John Rawls dans Political Liberalism. Lui, insiste que les principes de la justice sont politiques. Donc, la morale, les vertus, y n'ont rien à voir. La tolérance prend place quand les individus différents des uns les autres adoptent «un consensus général: soit un accord implicite entre citoyens sur une justice équitable entre différents citoyens qui possèdent des vues philosophiques (ou religieuses) différentes»( Rawls, J. (1993/1996/2005),Political Liberalism, (Columbia University Press, New York).

) qui incluront bien sûr des principes de tolérance. Il utilise aussi beaucoup le pluralisme pour expliquer sa théorie. Sans vouloir s'assimiler les groupes différents devraient pouvoir vivre en se tolérant et en harmonie.

Évidemment, pour ce qui est du mariage interracial, la théorie de Rawls supporte qu'il est bel et bien une leçon de tolérance. La politique, même s'il n'a pas toujours été le cas, tolère maintenant les mariages interraciaux et cela partout. Auparavant, ceux qui se voyaient coupable d'un crime de cette sorte, une union clandestine, pouvaient être sanctionnés à de graves peines de prisons. La politique maintenant est beaucoup plus tolérante aux besoins de ces citoyens. Le libre choix est prôné, l'État ne décide plus de ce qu'un individu doit faire en autant que ses choix n'empiètent pas sur ceux des autres.

Du côté adverse, on oppose que la tolérance politique est trop neutre. Comme ce concept vise le plus possible à ne pas entremêler les notions morales à celles politiques, on obtient une réaction très neutre. Une sorte d'indifférence, ce qui faut absolument éviter quand il est question de tolérance. La tolérance n'est ni indifférence, ni soumission. Ce qui parait être le cas pour une tolérance politique. Mais si on ajoute à la tolérance politique des concepts moraux, on obtient la balance ultime de la tolérance en société. De plus, toléré veut aussi dire toléré la vie privée d'autrui, ce qui est un concept moral. Dans ce concept, on souligne que certaines activités sont privées, comme le mariage, et que l'État ne devrait avoir aucun pouvoir sur ce qui est fait. La tolérance politique est sur le bon chemin puisque les lois contre les mariages interraciaux ont été abolies, mais d'autres lois devraient être changées dans différents pays pour que ce concept soit complètement juste (lois contre les mariages homosexuels).

Mon point de vu

Comme dernier argument, j'amène mon point de vue. Les mariages interraciaux ont toujours été pour moi d'une beauté sublime. Depuis un jeune âge, on m'a appris à être daltonienne. Et oui, aveugle au couleur. Voilà peut-être pourquoi j'ai finie moi-même dans une relation interraciale. Je suis néo-canadienne d'origine haïtienne et lui, est canadien. Pour nous, notre relation semble complètement normale. Nous aimons les mêmes choses, nous écoutons la même musique et etc. J'habite dans un environnement très homogène, un petit village ou tout le monde, ou presque, est blanc. Malgré le fait que ce milieu n'est pas raciste, du moins pas ouvertement, nous remarquons parfois les regards bizarres que les gens posent sur nous. Je me dis que

...

Télécharger au format  txt (11.2 Kb)   pdf (106.3 Kb)   docx (9.3 Kb)  
Voir 7 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com