DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Partie Iii De l'Extrait Frère Jean Des Entommeurs De Gargantua

Dissertations Gratuits : Partie Iii De l'Extrait Frère Jean Des Entommeurs De Gargantua. Rechercher de 51 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 5

’un de sa vieille connaissance lui criait : Ha ! frère Jean, mon ami, frère Jean, je me rends ! » et « Et soudain lui donnait dronos ». De plus, il attaque les soldats par surprise ce qui est contraire au Code de la Guerre : « il choqua donc si roidement sur eux, sans dire gare, qu’il les renversait comme porcs, frappant à tort et à travers, à la vieille escrime ». Les moinetons, eux-mêmes, n’hésitent pas à achever les blessés et les mourants, ce qui montre l’atrocité de la guerre : « Adonc, laissant leurs grandes capes sur une treille au plus près, commencèrent égorgeter et achever ceux qu’il avait déjà meurtris ». Rabelais réprouve également la crédulité des soldats qui pensent trouver leur salut dans des invocations aux saints : « les uns criaient : « Sainte Barbe ! », les autres « Saint Georges ! », les autres « Sainte Nitouche ! », les autres « Notre-Dame de Cunault, de Lorette, de Bonnes Nouvelles... ». Les uns se vouaient à Saint Jacques ; les autres au saint suaire de Chambéry... ». L’aspect superficiel de la vie des moines est critiquée grâce au jeu de mots : « service divin » et « service du vin ». Cela révèle le train de vie parfois indécent et luxueux que menait la plupart des moines à l’époque grâce aux dons des fidèles. L’apostrophe « vous-même, monsieur le prieur » implique ainsi directement le prieur claustral. De plus, frère Jean des Entommeurs compare un homme « noble » à un homme qui apprécie le bon vin et non à un homme qui y verrait le sang du Christ : « jamais homme noble ne hait le bon vin : c’est un apophtegme monacal ». Nous retrouvons ainsi la présence de la polémique sur la place de l’Eucharistie dans la religion : faut-il, comme les protestants, considérer l’Eucharistie comme un simple acte de mémoire du sacrifice du Christ ou faut-il au contraire, comme les catholiques, la considérer comme l’action de rejouer la Cène par la Transsubstantiation, c’est-à-dire la conversion du pain et du vin en corps et sang du Christ, afin de s’en imprégner dans tout le corps ?...

La description chirurgicale du combat entre un homme et treize mille six cent vingt-deux hommes témoigne de l’atrocité de la guerre qui ressemble plus à un massacre sans pitié qu’à un combat entre des hommes : « cervelle », « spondyles du col », « démoulait les reins », « fendait les mandibules », « décroulait les omoplates », « sphacelait les grèves », « dégondait les ischies », « débezillait les faucilles », « arête du dos », « commissure lambdoïde » ou encore « fondement ». Or, le fait que cet « horrible spectacle » soit perpétré par un moine est assez dégradant quant à l’image de la religion. L’inégalité en nombre et en armes correspond aussi à une caricature de l’Armée de Charles Quint qui fut battue par une poignée d’hommes. Rabelais critique ainsi la stupidité de la guerre.

Cet extrait nous apporte au final la vision humaniste de la société de Rabelais. On remarque que la majeure partie du texte est portée sur le corps morcelé ce qui fait référence aux dissections du corps humain à la Renaissance. En effet, l’Homme est au centre de tous les intérêts. Les humanistes veulent ainsi avoir connaissance de chaque partie du corps humain et s’attachent aux sciences abstraites et concrètes. Mais, en réalité, ces derniers ne prônent pas la violence gratuite puisqu’ici même s’ils pillaient, les soldats ne s’attaquaient pas directement aux

...

Télécharger au format  txt (5.7 Kb)   pdf (69.2 Kb)   docx (7.1 Kb)  
Voir 4 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com