DissertationsEnLigne.com - Dissertations gratuites, mémoires, discours et notes de recherche
Recherche

Résumé On Ne Badine Pas Avec l'Amour

Commentaires Composés : Résumé On Ne Badine Pas Avec l'Amour. Rechercher de 47 000+ Dissertation Gratuites et Mémoires
Page 1 sur 10

ier annonce au second que Camille oblige Dame Pluche de remettre une lettre adressée à un « gardien de dindons ».

Scène 5 Ayant lu le billet qui l’invite à « se trouver à la fontaine », Perdican y va et il y est rejoint par Camille. Au cours de cette longue scène, les deux personnages vont enfin se parler de leurs attentes, de leurs regrets et de leurs décisions. Cette fois-ci, Camille embrasse Perdican, qui en est tout étonné. Néanmoins, elle ne tarde pas à lui annoncer qu’elle s’apprête à prendre le voile et qu’elle aimerait même entendre qu’il l’appuie dans sa résolution. Elle lui pose aussi des questions sur les relations amoureuses qu’il aurait pu avoir et sur les dangers de brièveté et d’éparpillement de l’amour humain. Perdican répond à Camille qu’elle commet une erreur en voulant entrer au couvent au lieu d’accepter de devenir son épouse. Camille confie au jeune homme que, dans son vœu de devenir religieuse, elle se trouve confortée par une sœur, Louise, qui, autrefois mariée, fit l’expérience de l’isolement et de la tromperie dans l’amour humain, au point de se réfugier dans un couvent, où « elle se meurt de désespoir ».

ACTE III

Scène 1 Tandis que le baron chasse Blazius, auquel il reproche d’avoir accusé Camille de se livrer à une correspondance secrète, Perdican réfléchit à ses propres sentiments et à ceux de sa cousine.

Scène 2 Espérant retrouver les bonnes grâces du baron, Blazius contraint Dame Pluche de lui remettre la lettre écrite par Camille, et qu’elle allait justement poster. A Perdican, passant par là, Dame Pluche demande de lui reprendre la lettre des mains de Blazius. Perdican saisit l’occasion pour découvrir un message adressé par Camille à Louise, dans lequel elle disait être prête à la rejoindre, ayant tout fait pour mettre le cœur du jeune homme au désespoir. C’est alors que Perdican fait remettre un mot à Camille pour lui proposer un rendez-vous près de la fontaine, alors même qu’il était bien décidé à s’y rendre avec Rosette, qu’il s’appliquait à courtiser pour prouver à Camille qu’il n’est point boulversé par sa décision de le quitter.

Scène 3 Cachée derrière un arbre, Camille voit et entend tout : Perdican offre une chaîne en or à Rosette, jette dans l’eau une bague qui était un présent de Camille, et demande à Rosette son cœur.

Scène 4 Le chœur déclare que Camille à refuser d’épouser Perdican alors celui-ci a demandé à Rosette de l’épouser. Dame pluche prépare le départ de Camille ainsi que le sien et annonce à Camille qu’elle est prête à partir mais celle-ci s’emporte en disant quelle ne partirait point aujourd’hui.

Scène 5 Maître Bridaine fait par au Baron que Perdican fait la cour à une fille du village et en lui promettant de l’épouser. Le Baron est désemparé de cette décision et ne veut pas croire que son fils puisse avoir demandé une telle chose.

Scène 6 A son tour, Camille demande à Dame Pluche de faire savoir à Perdican qu’elle l’attend dans sa chambre. Conversant avec Rosette, elle lui dit de ne pas croire que Perdican puisse l’épouser et elle l’invite à se cacher derrière une tapisserie. Arrive Perdican, à qui Camille demande de lui faire la cour. Elle lui remet alors la bague qu’il avait jetée dans l’eau. Perdican est amené à dire à Camille qu’il l’aime. Pendant ce temps, Rosette qui a tout entendu s’évanouie. Celle-ci lui répond que, s’il n’est pas un lâche, il devra épouser Rosette. Perdican affirme qu’il le fera.

Scène 7 A l’annonce de cette nouvelle, le baron s’enferme dans sa douleur, puis Camille tente de faire revenir Perdican sur sa décision et Rosette demande de retourner chez sa mère, mais Perdican reste sur ses positions.

Scène 8 Camille se rend alors dans l’oratoire du château, où elle se jette au pied de l’autel, divisée entre amour divin et amour humain. Perdican la rejoint. Il lui avoue que, malgré qu’ils se soient fait du mal, ils s’aiment. Elle ressent la même conviction. Ils s’embrassent. A ce moment, un cri retentit de derrière l’autel. C’est celui de Rosette, qui était venue là. « Elle est morte ! Adieu, Perdican », s’écrie, à son tour, Camille.

LES PERSONNAGES

CAMILLE

Déconcertante et presque contradictoire, Camille est le personnage le plus énigmatique de toutes les figures féminines du théâtre de Musset. L’évolution de ses sentiments influe sur la progression des événements. Elle apparaît d’abord hautaine, repliée sur soi et presque insensible, refusant de répondre aux compliments de Perdican, résistant à tout signe de tendresse ou d’amitié, rejetant tout attendrissement par des souvenirs d’enfance. Mais Camille s’excuse auprès de Perdican d’avoir eu un air si brusque et qu’elle en vient à s’expliquer : parce qu’elle est pleine de méfiance à l’égard de la vie et de l’amour, elle a pris la résolution de renoncer au monde.

Certes, le désir d’amour n’a pas disparu de son cœur « je veux aimer », dit-elle, mais c’est pour ajouter aussitôt « je ne veux pas souffrir ». La décision, qui est celle de Camille, de retourner au couvent, où son éducation a été faite, se trouve consolidée par les confidences qu’elle avait reçues d’une autre sœur, Louise, qui n’avait cru pouvoir échapper à un amour humain malheureux qu’en se réfugiant dans l’amour du Christ.. Tout au cours de l’acte 3, Camille découvrira de plus en plus la force de l’attirance qui la pousse vers Perdican, notamment à partir de la jalousie qu’éveille en elle la cour que celui-ci fait à la jeune paysanne Rosette.

Cette jalousie prendra la forme d’un jeu de pouvoir et même d’un acte de vengeance, puisque c’est après avoir caché Rosette derrière une tenture que Camille demande à Perdican de lui exprimer l’amour qu’il lui porte, avant qu’elle ne lui révèle la présence de la jeune paysanne. Quand Perdican se résout à agir de la sorte, Camille prend peur et elle finit par le rappeler et lui avouer, dans l’oratoire, « Oui, nous nous aimons Perdican ; laisse-moi le sentir sur ton cœur ».

PERDICAN

Bien qu’il brille par son intelligence, ce jeune homme, tout juste promu docteur, n’a rien d’un pédant, mais il conserve un goût lyrique pour le monde de la nature, pour les gens simples et pour ses souvenirs d’enfance, au point où sa quête d’amour s’accroche d’abord à ceux-ci. A défaut de réussir à se faire aimer de Camille, il est sous le charme de la jeune paysanne Rosette, qui remplit la nostalgie qu’il éprouve pour le temps de l’enfance. L’émotivité passionnée qui le caractérise éclatera, dans une discussion très vive qu’il aura avec Camille.

En attendant, se rendant de plus en plus compte qu’il aime Camille, d’un amour non réciproque, Perdican se console en se rapprochant de Rosette, puis croit même se venger de la froideur de Camille en déclarant son amour à Rosette, alors même qu’il s’était arrangé pour que celle-là se trouve cachée dans le petit bois. Mais, presqu’au terme de l’intrigue, Perdican ne pourra qu’avouer à Camille : « Insensés que nous sommes ! Nous nous aimons (…), même si « il a bien fallu que nous nous fassions du mal, car nous sommes des hommes »

ROSETTE

Rosette est bien la paysanne dont le caractère est fait d’innocence, de lucidité, et qui se trouve près des choses de la nature, elle se laisse envouté par Perdican d’une certaine nostalgie de leur enfance. Consciente de la différence sociale entre elle et Perdican, elle ne cache pas une certaine méfiance face aux belles déclarations de Perdican comme il l’a fait dans le petit bois en lui donnant son collier.

Elle sera d’ailleurs la victime du cruel jeu d’amour qui va se dérouler entre Perdican et Camille. Par après, à l’instigation de Camille, Rosette, cachée derrière une tenture, entendra celle-là demander à Perdican des paroles d’amour. Finalement, passant derrière l’autel de l’oratoire, Rosette entendra Camille et Perdican avouer fermement leur amour l’un pour l’autre. Il ne lui restera plus qu’à mourir de douleur, le cri qu’elle pousse marque la séparation définitive des amoureux puisqu’elle meure de détresse.

LES FANTOCHES

Le baron est un personnage de pouvoir, grace a son titre il croit avoir des droits sur les autres, et qui croit agir sur les êtres et les événements en réglant tout à l’avance, jusqu’au moindre détail. Par exemple, il prévoit le mariage de son fils Perdican avec sa nièce Camille, en se faisant fort de veiller sur tout, même sur la façon dont les jeunes gens pénètrent dans le château. Plus il se rend compte que, en réalité, il n’agit sur rien, plus il se laisse aller à un désespoir.

Maître Blazius, prêtre et précepteur de Perdican, qui annonce le retour de celui-ci au château, est, tout comme le curé Bridaine, un être grotesque, buveur et glouton, préoccupé de tenir une place d’honneur à table, prêt à la médisance, et qui passe indifférent à côté de l’intrigue qui s’annonce et du drame qui se noue.

La Gouvernante de Camille, acerbe et bigote, hargneuse et intransigeante, fanatique et sotte, Dame Pluche tombe dans le burlesque de par son étroitesse d’esprit.

LOUISE

Le personnage absent, mais dont l’ombre plane sur Camille, est celui de Louise. Celle-ci est une

...

Télécharger au format  txt (14.9 Kb)   pdf (133 Kb)   docx (11.5 Kb)  
Voir 9 pages de plus »
Uniquement disponible sur DissertationsEnLigne.com